La déclaration d’Assange sur l’élection Américaine

déclaration d'Assange

Par Julian Assange

Ces derniers mois, WikiLeaks et moi-même avons subi une énorme pression pour arrêter de publier les informations au sujet de la campagne de Clinton. Cette pression est venue des alliés de la campagne, y compris l’administration Obama, et des libéraux qui sont inquiets au sujet de qui sera élu président des États-Unis.

À la veille de l’élection, il est important de rappeler pourquoi nous avons publié ce que nous avions.

Le droit de recevoir et de communiquer des informations vraies est le principe directeur de WikiLeaks ; une organisation qui a une mission allant bien au-delà de ma personne. Notre organisation défend le droit du public d’être informé.

C’est pourquoi, quel que soit le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2016, le véritable vainqueur est le public américain qui est mieux informé à la suite de notre travail.

Le public américain s’est engagé à fond avec les publications liées à l’électorat de WikiLeaks, qui comptent plus de cent mille documents. Des millions d’Américains se sont penchés sur les fuites et ont transmis leurs citations un peu partout. C’est un modèle ouvert de journalisme avec lequel les « gardiens » sont mal à l’aise, mais qui est parfaitement en harmonie avec le Premier Amendement.

Nous publions des informations qui nous sont données si elles ont une importance politique, diplomatique, historique ou éthique et qu’elles n’ont pas été publiées ailleurs. Lorsque nous avons du matériel qui remplit ces critères, nous publions. Nous avons eu des informations qui correspondent à nos critères éditoriaux qui ont trait à la campagne Sanders et Clinton (Fuites DNC), la campagne politique de Clinton et la Fondation (Emails Podesta). Personne ne conteste l’importance publique de ces publications. Il serait déraisonnable pour WikiLeaks de retenir une telle archive du public lors d’une élection.

En même temps, nous ne pouvons pas publier ce que nous n’avons pas. À ce jour, nous n’avons pas reçu d’information sur la campagne de Donald Trump, ni sur la campagne de Jill Stein, ni sur la campagne de Gary Johnson, ni sur aucun des autres candidats qui répondent à nos critères éditoriaux. À la suite de la publication des câbles de Clinton et l’indexation de ses e-mails, nous sommes considérés comme des experts de domaine sur les archives de Clinton. Il est donc naturel que les sources de Clinton viennent à nous.

Nous publions aussi vite que nos ressources le permettent et aussi vite que le public pourra l’absorber.

C’est notre engagement envers nous-mêmes, envers nos sources et envers le public.

Cela n’est pas dû à un désir personnel d’influencer le résultat de l’élection. Les candidats démocrates et républicains ont tous deux exprimé leur hostilité envers les dénonciateurs. J’ai parlé lors du lancement de la campagne pour Jill Stein, la candidate du Parti Vert, parce que sa plate-forme aborde la nécessité de les protéger. C’est une question qui me tient à cœur, à cause du traitement inhumain et dégradant de l’administration Obama d’une de nos prétendues sources, Chelsea Manning. Mais les publications de WikiLeaks ne sont pas une tentative pour obtenir l’élection de Jill Stein ou de se venger du traitement de Mme Manning.

L’édition est ce que nous faisons. De refuser la publication de ces informations jusqu’à ce que l’élection ait été de favoriser un des candidats au-dessus du droit du public de savoir.

C’est après tout ce qui s’est passé quand le New York Times a retenu la preuve d’une surveillance illégale de masse de la population américaine pendant un an avant les élections de 2004, ce qui a privé le public d’une compréhension critique du président sortant, George W. Bush, qui a probablement obtenu sa réélection. Le rédacteur actuel du New York Times s’est éloigné de cette décision et à juste titre.

Le public américain défend la liberté d’expression plus passionnément, mais le Premier Amendement ne vit vraiment que grâce à son exercice répété. Le Premier Amendement empêche expressément l’exécutif de tenter de restreindre la capacité de parole et de publier librement. Le Premier Amendement ne privilégie pas les anciens médias, les publicitaires et les dépendances des factions du pouvoir en place, le modèle de journalisme scientifique de WikiLeaks ou la décision d’un individu d’informer ses amis sur les médias sociaux. Le Premier Amendement favorise sans détour la démocratisation du savoir. Avec l’Internet, il a atteint son plein potentiel.

Pourtant, il y a quelques semaines, dans une tactique qui rappelait le sénateur McCarthy et l’alerte rouge, Wikileaks, le candidat du Parti Vert Stein, Glenn Greenwald et le principal adversaire de Clinton ont été peints avec une large brosse rouge. La campagne de Clinton, quand elle ne diffusait pas de faussetés évidentes, a mis en évidence des sources anonymes ou des déclarations spéculatives et vagues de la part de la communauté de renseignement pour suggérer une alliance néfaste avec la Russie. La campagne n’a pas été en mesure d’invoquer des preuves concernant nos publications ; parce qu’aucune n’existe.

En fin de compte, ceux qui ont tenté de nuire à notre travail révolutionnaire au cours des quatre derniers mois cherchent à empêcher la compréhension du public peut-être parce que c’est gênant pour eux ; une raison de censure que le Premier Amendement ne peut pas tolérer. Seulement en vain, ils essaient de prétendre que nos publications sont inexactes.

Le dossier de l’authentification de WikiLeaks, qui dure depuis dix ans, demeure. Nos principales publications de ce cycle ont même été prouvées à travers les signatures cryptographiques des entreprises qu’ils ont traversé, comme Google. Ce n’est pas tous les jours que vous pouvez mathématiquement prouver que vos publications sont parfaites, mais ce jour est l’un d’entre eux.

Nous avons subi des critiques intenses, principalement de la part de partisans de Clinton, pour nos publications. Beaucoup de partisans à long terme ont été frustrés parce que nous n’avons pas abordé cette critique de manière systématique ou répondu à un certain nombre de faux récits sur la motivation ou les sources de Wikileaks. En fin de compte, cependant, si WL réagissait à toute fausse revendication, nous devrions détourner des ressources de notre travail principal.

WikiLeaks, comme tous les éditeurs, est finalement responsable devant ses bailleurs de fonds. Ces bailleurs de fonds sont vous. Nos ressources sont entièrement constituées de contributions du public et de nos ventes de livres. Cela nous permet d’avoir des principes, d’être indépendants et libres d’une manière qu’aucune autre organisation médiatique influente ne l’est. Mais cela signifie également que nous n’avons pas les ressources de CNN, MSNBC ou de la campagne de Clinton à constamment rejeter la critique.

Pourtant, si la presse obéit à des considérations ci-dessus informant le public, nous ne parlons plus d’une presse libre, et nous ne parlons plus d’un public averti.

Wikileaks reste engagé pour publier des informations qui informent le public, même si beaucoup, surtout ceux au pouvoir, préféreraient ne pas le voir. WikiLeaks doit publier.

Source : WikiLeaksLe 8 novembre 2016, juste avant les élections

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *