Ce seul glacier pourrait faire grimper le niveau des eaux de 3,50 mètres

niveau des eaux

Alors que l’ouest de l’Antarctique a mobilisé l’attention des scientifiques en ce qui concerne la fonte des glaciers, une équipe de chercheurs s’est penchée sur un glacier situé à l’est de l’Antarctique. Selon eux, il est capable à lui seul d’élever le niveau des mers de 3,50 mètres de manière globale s’il venait à fondre.

Les années passent et se réchauffent, les glaciers fondent et le niveau des mers augmente. Alors que les glaces de l’Arctique fondent à une vitesse vertigineuse, celles de l’Antarctique ne sont pas en reste. Si jusque-là, c’était les glaciers de l’ouest de l’Antarctique qui étaient au cœur de l’attention des scientifiques, une équipe de chercheurs australiens s’est penchée sur un glacier en particulier, cette fois situé à l’est de l’Antarctique : le glacier de Totten.

Dans leur étude publiée dans la revue Science Advances, ces chercheurs australiens expliquent que la calotte glaciaire et les glaciers de l’est de l’Antarctique fondent par le bas. Ce sont en effet les couches inférieures qui fondent en premier et jusque-là, ils ne savaient pas comment ce phénomène se produit ni quels en sont les facteurs principaux.

Les calottes glaciaires de l’Antarctique sont extrêmement vastes, au point qu’elles s’étendent par-delà le bout des terres. « À la rencontre du glacier et de l’eau se trouve un contrefort de glace qu’on appelle une “langue glaciaire” et qui empêche la glace rattachée au continent de tomber dans la mer », nous apprend Motherboard.

niveau des eaux

Une équipe dirigée par l’océanographe Stephen Rich Rintoul de la Commonwealth Scientific and Industrial Research Organization, en Australie, est partie en expédition au glacier de Totten pour y faire d’étonnantes découvertes, notamment le potentiel destructeur d’une fonte de ce glacier.

En effet, à environ 600 mètres de profondeur se trouve une vaste cavité de 10 km de large, creusée dans le flanc de la langue glaciaire. Plus bas, les chercheurs ont découvert la division de la cavité en deux canaux avec un écoulement d’eau chaude creusant la glace. À sa base, cette calotte glaciaire fond bien plus vite que n’importe quelle autre calotte glaciaire de l’est de l’Antarctique de taille similaire. C’est là que se trouve le danger : selon les chercheurs, si la calotte venait à céder, la quantité de glace qui se répandrait dans les eaux serait si grande que le niveau des eaux monterait de plus de 3,50 mètres à l’échelle globale.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *