Des chercheurs veulent ramener l’Aurochs à la vie

aurochs

Officiellement disparu en 1627 lorsque le dernier individu fut tué dans la forêt dans la forêt de Jaktorow, en Pologne, l’aurochs pourrait bien revenir à la vie avec l’aide de quelques chercheurs.

Les aurochs ont parcouru l’Europe pendant des milliers d’années. Ils pouvaient mesurer deux mètres au garrot et peser plus d’une tonne. Une sorte de (très) grosse vache aujourd’hui disparue. En Allemagne, durant les années 1920 et 1930, les frères Lutz et Heinz Heck entreprirent de recréer l’espèce. Ils croisèrent alors des races domestiques dites rustiques supposées plus proches de l’aurochs. Aujourd’hui, près de 450 de ces « aurochs reconstitués » sont élevés à l’heure actuelle en France, mais la copie n’est pas vraiment conforme. Leur taille demeure inférieure à celle de l’aurochs originel et leurs cornes s’avèrent aussi plus petites avec une orientation ne correspondant pas toujours à celles de l’aurochs sauvage. Leur pelage reste également plus clair. Mais l’aurochs fait toujours fantasmer. Depuis 2009, des chercheurs européens tentent eux aussi de ramener l’animal à la vie en élevant des bovins qui portent encore l’ADN d’aurochs.

Deux programmes tentent aujourd’hui de faire revivre une version de l’aurochs par l’élevage. L’une d’elles, l’opération Taurus, vise à élever sélectivement 300 veaux avec de l’ADN d’aurochs via un processus de back-élevage. Ils choisissent alors des races de bovins (la maremmana italienne ou encore la race Busha des Balkans) qui présentent des caractéristiques des aurochs et chaque génération de veaux se rapproche alors de l’aurochs original en apparence, en comportement et de la constitution génétique. Un autre programme, le Projet Taurus au Portugal, tente également le croisement d’espèces dans une tentative de recréer l’animal. Ces programmes rentrent dans le Rewilding Europe project qui vise à réintégrer les espèces sauvages perdues en Europe, non seulement pour améliorer et façonner l’environnement européen, mais également pour favoriser le tourisme local.

Crédits : Prof saxx

« Les bovins sauvages ont façonné le paysage européen sur des centaines de milliers d’années », explique Wouter Helmer, fondateur du Rewilding Europe project. « S’il n’y a pas de grands herbivores, la forêt ne se régénère pas assez rapidement. Le retour de ces grands animaux pourrait créer une grande variété dans le paysage qui favoriserait le retour de milliers d’espèces de plantes, d’insectes et d’animaux ».

Une chose est sûre : l’aurochs fascine toujours. Chassé par l’Homme de Neandertal voici près de 125 000 ans comme l’attestent certaines peintures rupestres, l’aurochs, éteint depuis presque quatre siècles, hante toujours notre imaginaire.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *