9000 migrants de Calais veulent entrer au Royaume-Uni et le camp se transforme en “no go zone”

Le nombre de migrants dans le camp de la Jungle de Calais voulant se rendre en Grande-Bretagne a doublé à 9.000 au cours des six derniers mois et la situation devient maintenant un “risque majeur pour la santé et la sécurité”, a indiqué la police aujourd’hui.

La hausse du nombre vient après que les responsables français ont averti cette semaine que le nombre croissant de terroristes djihadistes pourraient se cacher parmi les réfugiés sur le site tentaculaire près du port.

Le camp sordide est également en proie à la maladie, à la violence, la prostitution et devient une “no go zone” pour la police qui est fréquemment attaquée avec des barres de fer et des rochers quand ils essaient d’entrer.

Un porte-parole de la police a déclaré : “C’est vraiment ahurissant ce qui se passe là-bas. L’endroit est au point de rupture et c’est pire que jamais. Il est impossible de savoir si par exemple, un djihadiste venant de Belgique se cache là-dedans. Ce camp est une tache aveugle de la sécurité nationale au milieu de l’état d’urgence.”

Les autorités ont averti que des terroristes djihadistes pourraient se cacher parmi les réfugiés près du port

Les autorités ont averti que des terroristes djihadistes pourraient se cacher parmi les réfugiés près du port

Denis Hurth, porte-parole du syndicat de police à Calais a ajouté : “Avec le risque terroriste accru dans toutes les villes de France, nous avons ici seulement 1.000 agents pour lutter contre les menaces les plus gigantesques de l’ordre public.”

Et Pascal Brice, directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides a ajouté : “L’identification des personnes à risque élevé est maintenant devenue une priorité absolue pour nous. Il est impératif que nous les traquions.”

La maire de Calais Natacha Bouchart a accusé le "le système de prestations pépères" de la Grande-Bretagne

La maire de Calais Natacha Bouchart a accusé le “le système de prestations pépères” de la Grande-Bretagne

Un porte-parole de la police a déclaré que le camp est «une tache aveugle pour la sécurité nationale»

Un porte-parole de la police a déclaré que le camp est «une tache aveugle pour la sécurité nationale»

La maire de Calais Natacha Bouchart a accusé “l’économie de marché noir” de la Grande-Bretagne ainsi que des “système de prestations avantageux” pour des milliers de migrants dans sa ville.

Elle a déclaré l’année dernière : “Calais est un otage du Royaume-Uni. La frontière britannique devrait être déplacée de Calais vers le côté anglais de la Manche parce que nous ne sommes pas ici pour faire leur travail.”

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *