Harvey Weinstein avait embauché une « armée d’espions » pour éviter d’être pris

armée d’espions

Une enquête du « New Yorker » révèle les moyens utilisés par le producteur américain pour discréditer ses accusatrices.

Harvey Weinstein œuvrait depuis l’automne 2016 pour étouffer les révélations sur ses abus sexuels présumés. C’est ce qu’a affirmé le New Yorker lundi 6 novembre, en détaillant les moyens colossaux utilisés par le producteur américain. Selon l’article, ce dernier a employé ni plus ni moins une « armée d’espions » pour empêcher, en vain, l’éclatement du scandale qui secoue Hollywood depuis un mois.

D’après le New Yorker, M. Weinstein a eu recours à des journalistes de la presse à scandale, voire à des agents secrets d’entreprises comme Kroll, l’une des plus grandes sociétés de renseignement au monde, ou Black Cube, essentiellement composée d’anciens agents du Mossad ou d’autres agences de renseignement israéliennes. L’hebdomadaire américain cite des dizaines de documents et sept personnes directement impliquées dans les efforts du producteur déchu.

Une ancienne agent israélienne pour Rose McGowan

L’article détaille ainsi le rôle d’une ancienne agente israélienne, employée de la société Black Cube, dont le contrat prévoyait au moins 200 000 dollars d’honoraires. Elle avait notamment contacté l’actrice Rose McGowan, l’une des principales accusatrices d’Harvey Weinstein, en prétendant être une militante pour les droits des femmes. En secret, elle a enregistré des heures de conversations avec l’actrice, qui s’apprête à publier ses mémoires, The Brave, un livre qui inquiétait déjà M. Weinstein depuis des mois.

Pour discréditer les accusations de Rose McGowan, la société Kroll a par ailleurs envoyé à M. Weinstein onze photos où l’actrice et le producteur apparaissaient ensemble à l’occasion de différents événements, des années après son agression présumée.

Sous une autre fausse identité, l’agent de Black Cube qui s’était renseigné sur Mme McGowan a par ailleurs contacté des journalistes enquêtant sur les agressions sexuelles présumées de M. Weinstein, notamment un reporter du magazine New York, Ben Wallace, pour connaître les informations dont ils disposaient.

Mais Harvey Weinstein et son équipe ont également enquêté sur les reporters eux-mêmes, y compris sur leur vie personnelle et sexuelle, leurs précédentes enquêtes et potentiels litiges, pour tenter de les contredire, les discréditer ou les intimider. Son équipe d’espions a notamment rassemblé des éléments sur l’ex-femme de M. Wallace.

Avocats et presse à scandale impliqués

L’article affirme que M. Weinstein, aujourd’hui visé par des enquêtes policières à Londres, New York et Los Angeles, « surveillait personnellement les progrès de ces enquêtes ». Certaines étaient orchestrées par ses avocats. Parmi eux, David Boies, notamment célèbre pour avoir défendu Al Gore lors du litige sur le scrutin présidentiel de 2000 et pour avoir plaidé en faveur du mariage gay devant la Cour suprême.

M. Boies aurait personnellement signé le contrat mandatant Black Cube pour essayer d’empêcher la publication d’une information du New York Times sur les abus sexuels de M. Weinstein. Pourtant, le cabinet de David Boies – qui nie tout conflit d’intérêts – défend par ailleurs le Times dans un procès pour diffamation.

Lire la suite sur Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *