Le scientifique chinois des bébés génétiquement modifiés a disparu

scientifique chinois

Le scientifique controversé He Jiankui est actuellement porté disparu après avoir provoqué une controverse majeure à la fin novembre.

  • He Jiankui a provoqué une controverse internationale en prétendant avoir utilisé l’outil d’édition de gènes CRISPR pour modifier les gènes de deux bébés.
  • Certains rapports suggèrent qu’il était assigné à résidence, alors que d’autres disent que c’est inexact.
  • Il n’est pas rare que des personnes disparaissent en Chine aux mains des autorités gouvernementales.

Où est Jiankui ?

Le scientifique qui a provoqué le tumulte international en prétendant avoir utilisé l’outil d’édition de gènes CRISPR pour modifier les embryons de deux bébés récemment nés en Chine est absent, et on ne sait pas pourquoi.

Dans une vidéo sur YouTube publiée fin novembre, il a assommé le monde avec des affirmations qui, si elles étaient vraies, seraient à la fois historiques et hautement contestables du point de vue éthique. Presque immédiatement, les généticiens et d’autres membres de la communauté scientifique ont qualifié ses recherches de prématurées et contraires à l’éthique, notant des lacunes dans ses recherches et ses méthodes, ainsi que le fait généralement reconnu qu’on en sait trop peu sur les conséquences de la modification génétique.

La co-inventrice de CRISPR, le Dr Jennifer Doudna, a publié une déclaration disant que lui et ses collègues devraient “expliquer pleinement leur rupture avec le consensus mondial selon lequel l’application du CRISPR-Cas9 pour l’édition germinale humaine ne devrait pas avoir lieu pour le moment”.

L’Université de sciences et technologie de Chine, où il travaillait, a déclaré qu’elle n’était pas au courant de la recherche controversée et qu’elle allait ouvrir une enquête.

Le South China Morning Post a écrit qu’on ne sait pas où il se trouve depuis mercredi dernier. Selon d’autres informations, il aurait été assigné à résidence par les autorités chinoises. Une porte-parole de l’Université Southern a dit qu’il n’avait pas été assigné à résidence, mais qu’elle ne pouvait pas confirmer les détails.

“À l’heure actuelle, aucune information n’est exacte, seuls les canaux officiels le sont”, a déclaré la porte-parole au Morning Post, ajoutant qu’elle ne pouvait “répondre à aucune question à ce sujet à l’heure actuelle”.

Jeudi, Huai Jinpeng, chef du Parti et vice-président exécutif de l’Association chinoise pour la science et la technologie, a déclaré que son travail était “extrêmement abominable par nature” et avait “violé de manière flagrante les lois et règlements chinois pertinents”.

Xu Nanping, vice-ministre de la science et de la technologie, a déclaré au radiodiffuseur d’État CCTV que le travail avait “violé les principes éthiques auxquels la communauté universitaire adhère. C’est choquant et inacceptable”. L’Association chinoise des sciences et de la technologie a ordonné une enquête sur cette affaire.

Disparition en Chine

Bien qu’on ne sache pas encore très bien pourquoi il a disparu, il n’est pas rare que des citoyens chinois, et même des hauts fonctionnaires, disparaissent après avoir commis une erreur en public ou présenté le gouvernement sous un jour négatif.

Début novembre, Lu Guang, un photographe chinois renommé qui a documenté l’injustice sociale et la destruction de l’environnement en Chine, a disparu lors d’une conférence dans la province du Xinjiang. Sa femme a appris par un ami que Lu avait été arrêté par les autorités.

Plus largement, des milliers de cadres et de fonctionnaires ont disparu ces dernières années, probablement dans le cadre de la campagne anti-corruption que la Chine a lancée en 2012. Le gouvernement dit que son objectif est de purger de ses rangs les fonctionnaires qui abusent du pouvoir ou acceptent des pots-de-vin. Cependant, certains critiques affirment que l’objectif premier du programme, qui a été élargi en mars, est de permettre aux chefs du Parti de se débarrasser de leurs adversaires et de maintenir un consensus idéologique entre tous.

Amnesty International a qualifié cette campagne, qui peut entraîner la détention forcée de personnes pendant des mois sans accès à un avocat, de “menace systémique pour les droits humains en Chine”.

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *