«Make France great again !» : revenu de Paris, Trump tweete à boulets rouges contre Macron

Make France

À peine revenu de sa visite officielle à Paris pour commémorer l’armistice de la Grande guerre en compagnie de 70 chefs d’Etat, Donald Trump livre sur Twitter une vision acerbe de sa rencontre avec Emmanuel Macron.

Coutumier de l’exercice, Donald Trump a dégainé son compte Twitter ce 13 novembre pour livrer un compte-rendu sarcastique de sa visite officielle à Paris. Il a particulièrement dardé ses flèches numériques en direction de l’actuel locataire de l’Elysée.

Dans un premier temps, l’homme fort de Washington a pris pour cible la volonté d’Emmanuel Macron de construire une armée européenne et a déclaré : «Emmanuel Macron suggère de se doter d’une armée propre pour protéger l’Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c’était l’Allemagne, lors de la Première et Seconde guerres mondiales. Comment la France s’en est-elle sortie ? On commençait à apprendre l’allemand à Paris avant que les Etats-Unis n’interviennent. Payez pour l’OTAN ou non !»

Le sujet qui fâche ayant été évoqué, on aurait pu espérer que le ban serait fermé. Ce serait mésestimer le président américain qui à peine une heure plus tard s’est adonné de nouveau aux joies du tweet ironique… en quatre salves :

«Sur le plan commercial, la France fait d’excellents vins, mais les Etats-Unis aussi. Le problème, c’est que la France rend très difficile la vente des vins américains en France et ajoute des tarifs douaniers importants alors que les Etats-Unis favorise les vins français et appliquent de tout petits tarifs douaniers. Ce n’est pas juste et ça doit changer !»

«Le problème, c’est qu’Emmanuel est mis à mal par une cote de popularité très basse en France, 26% [d’opinions favorables] et un chômage à 10%. Il essayait juste de changer de sujet. Et soit en passant, il n’existe pas de pays plus nationaliste que la France, un peuple très fier et ils ont bien raison ! MAKE FRANCE GREAT AGAIN !»

«Et d’ailleurs, quand l’hélicoptère n’a pas pu décoller pour rejoindre le premier cimetière du parcours en France à cause de la visibilité quasiment nulle, j’ai proposé qu’on y aille en voiture. Les services secrets ont dit NON. C’était trop loin de l’aéroport et Paris était bouclé. Le discours a eu lieu le lendemain au cimetière américain sous une pluie intense ! Personne n’en a parlé ou presque. Fake news !»

“By the way, when the helicopter couldn’t fly to the first cemetery in France because of almost zero visibility, I suggested driving. Secret Service said NO, too far from airport & big Paris shutdown. Speech next day at American Cemetary in pouring rain! Little reported-Fake News!— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 13 novembre 2018

L’Elysée a déclaré ne pas vouloir réagir à la série de tweets du président américain, affirmant quelques minutes après leur publication : «Nous nous refusons à tout commentaire». Un conseiller de la présidence française a cependant assuré, au cours d’un déjeuner organisée par l’Association de la presse présidentielle, que ces tweets étaient «faits pour les Américains, sinon ils ne seraient pas écrits en anglais». Et d’ajouter : «Nous n’avons pas à commenter les contenus qui sont dédiés à ses concitoyens».

Dans des propos relayés par l’AFP, le même conseiller a soutenu que «la relation entre Emmanuel Macron et Donald Trump n'[était] pas toujours facile mais [qu’] elle [était] continue (…) Au-delà des tweets, ce qui importe c’est qu’ils se parlent plusieurs fois par semaine, et qu’ils évoquent les sujets qui perturbent la marche du monde», concluant ainsi : «Donald Trump est arrivé parmi les premiers à Paris, et a réservé son premier entretien au président Macron. Ces signaux ont une valeur bien plus grande que des tweets dont on sait comment et pourquoi ils sont faits».

Source : RT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *