Selon une étude, les selfies à travers le monde ont fait plus de morts que les requins

La prochaine fois que vous vous tenez au bord d’une falaise pittoresque ou au sommet d’une chute d’eau, faites attention avant de faire un selfie. C’est peut-être la dernière chose que vous ferez.

Plus de 250 personnes dans le monde sont mortes en prenant des selfies au cours des six dernières années, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs associés au All India Institute of Medical Sciences, un groupe de facultés de médecine publiques basées à New Delhi.

Les résultats, qui ont analysé les rapports des 259 décès liés aux selfies d’octobre 2011 à novembre 2017, ont été publiés dans le numéro de juillet-août du Journal of Family Medicine and Primary Care.

Sur les 259 décès, les chercheurs ont découvert que la cause principale était la noyade, suivie par les incidents liés au transport – par exemple, l’automutilation devant un train en sens inverse – et les chutes de hauteur.

D’autres causes de décès liés aux selfies comprennent les animaux, les armes à feu et l’électrocution.

“Les morts à cause de selfies sont devenues un problème majeur de santé publique”, a déclaré Agam Bansal, l’auteur principal de l’étude, au Washington Post.

Bien que l’étude ait révélé que l’Inde comptait le plus grand nombre de décès de tous les pays, de nombreux incidents mortels liés aux selfies ont également été signalés en Russie, aux États-Unis et au Pakistan.

M. Bansal a fait remarquer que même si le simple fait de se prendre en photo n’est pas mortel, les dangers surviennent lorsque les gens prennent des risques tout en essayant d’obtenir la photo parfaite.

“Si vous vous contentez de rester debout, de simplement prendre un selfie avec une célébrité ou quelque chose comme ça, ce n’est pas nuisible”, dit-il. “Mais si cet égoïsme s’accompagne d’un comportement risqué, c’est ce qui rend les selfies dangereux.”

M. Bansal a ajouté qu’il était également préoccupé par le nombre de décès liés aux selfies chez les jeunes. Plus de 85 % des victimes avaient entre 10 et 30 ans, a dit M. Bansal.

“Ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’il s’agit d’une cause de décès facilement évitable”, a-t-il dit.

“Les gens oublient les risques pour de simples J’aimes, des partages sur Facebook, Twitter ou d’autres médias sociaux, je ne pense pas que cela vaille la peine de compromettre une vie pour une telle chose.”

Bien que le nombre de décès signalés dans l’étude puisse sembler élevé, M. Bansal a déclaré qu’il pourrait y avoir beaucoup plus de cas qui n’ont tout simplement pas été documentés en raison de problèmes de déclaration.

Rien qu’en 2018, il y a déjà eu plusieurs décès liés aux selfies. En mai, un homme en Inde a tenté de s’emparer d’un ours blessé et a été mutilé à mort, a rapporté Independent.

Pas plus tard que le mois dernier, deux personnes sont mortes aux États-Unis dans des affaires distinctes impliquant également des selfies.

Le 5 septembre, un jeune randonneur de 18 ans originaire de Jérusalem est décédé après être tombé d’une falaise à plus de 243 mètres au parc national Yosemite, selon ABC News.

La mère de l’homme a dit qu’il avait essayé de prendre un selfie au bord de Nevada Fall, une chute d’eau populaire dans le parc, quand il est tombé, selon le Times of Israel.

Environ deux semaines plus tard, une femme californienne de 32 ans a connu le même sort lors d’une randonnée au Pictured Rocks National Lakeshore, Michigan, lorsqu’elle a glissé et est tombée morte après s’être arrêtée au bord d’une falaise de 61 mètres pour prendre quelques selfies, rapporte le Detroit Free Press.

Mohit Jain, un chirurgien orthopédiste qui n’a pas participé à l’étude récente, mais qui a fait des recherches sur la mort liée aux selfies, a décrit le travail de Banal et de ses collègues chercheurs Chandan Garg et Abhijit Pakhare comme “vraiment nécessaire” pour “faire prendre conscience aux gens que l’on peut mourir en prenant un selfie”.

L’an dernier, Jain a publié sa propre étude sur la mortalité liée aux selfies dans l’International Journal of Injury Control and Safety Promotion.

“Parfois, les yeux ne voient pas si l’esprit ne sait pas”, a dit Jain au Post.

La recherche de Jain a révélé que 75 personnes étaient mortes en tentant de prendre des selfies entre 2014 et mi-2016.

“C’est comme un désastre causé par l’homme”, a-t-il dit. “Ce n’est pas une catastrophe naturelle.”

L’un des moyens possibles de prévenir la mort des personnes qui se prennent en selfie serait de créer des “zones sans selfie”, a dit M. Bansal, en les interdisant dans certaines zones telles que les plans d’eau, les sommets des montagnes et au sommet des grands immeubles.

Des efforts pour dissuader les gens de prendre de dangereux selfies ont déjà été entrepris dans plusieurs pays, dont l’Inde, la Russie et l’Indonésie.

Il y a trois ans, la Russie a lancé une campagne “Safe Selfie”, dont le slogan était le suivant : “Même un million d'”amis” sur les médias sociaux ne valent pas votre vie et votre bien-être”, selon la BBC.

Un graphique informatif avec des icônes de “mauvaises idées de selfie” a également été distribué, a noté Jain dans son étude.

En 2016, Mumbai a déclaré 16 “zones sans selfie” à travers la ville à la suite d’une série de morts liées au selfie, a rapporté The Guardian. Plus tôt cette année, un parc national indonésien a annoncé qu’il s’efforcerait de créer un endroit sûr pour les photos après la mort d’un randonneur qui se prenait en selfie, selon le Jakarta Post.

Sources : ScienceAlert, The Washington Post – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *