Victoire des Bleus : Trois morts, des blessés graves et 292 mises en garde à vue

Victoire des Bleus

En dépit de la victoire des Bleus et de scènes conviviales, témoins d’une liesse générale qui s’est étendue dans toutes les rues de France, en particulier dans la capitale, des pillages et des accidents ont donné lieu à des centaines de gardes à vue et plusieurs morts dans la soirée et la nuit du 15 juillet.

La Coupe du monde remportée par l’équipe de France ce dimanche fera date, mais elle est également accompagnée de nombreux incidents, pillages et heurts qui ont éclaté à Paris et en province, faisant deux morts et des blessés graves. Le Ministère de l’Intérieur a relevé 292 mises en garde à vue et 45 gendarmes et policiers blessés au cours d’interventions.

DES PILLAGES, DES SACCAGES ET DES AFFRONTEMENTS

La plupart des incidents violents ont eu lieu à Paris, où des actes de malveillance allant de la dégradation bien publics et privés à des scènes de pillage et de cassage, ont été perpétré par des individus mêlés à la foule et ont été largement diffusés via les réseaux sociaux. Proche de l’Arc de Triomphe, la vitrine d’un magasin de scooters a été brisée et le contenu de la boutique vidée par le groupe de malfaiteurs. Un journaliste du Figaro a également mis en ligne sur Twitter, les images de plusieurs saccages et pillages, comme celui du Publicis Drugstore vandalisé par « 150 casseurs » avenue des Champs-Élysées, qui ont emporté plusieurs bouteilles de vin et de champagne. Un kiosque à journaux aurait également été incendié sur la célèbre avenue.

Des accidents ont fait des dégâts, humains cette fois. La chaîne LCI rapporte qu’un conducteur de deux-roues qui roulait à contre-sens sur le périphérique a percuté « des véhicules » et en est mort sur le coup, porte de Champerret, dans le Nord-Ouest parisien. Des affrontements ont eu lieu dans Paris et un homme s’est trouvé grièvement blessé par un « coup de casque » qu’on lui aurait porté à la tête. Ces rixes sauvages ont donné lieu à l’arrestation d’une vingtaine d’individus. Vers 23h30, les forces de l’ordre ont mobilisé des véhicules lanceurs d’eau pour disperser ces attroupements.

DEUX MORTS ET DE NOMBREUX BLESSÉS LÉGERS ET GRAVES PARTOUT EN FRANCE

En province, des faits aux conséquences fatales ont été rapportés, comme la mort d’un quinquagénaire survenue à Annecy, en Haute-Savoie, après avoir plongé d’un pont dans un canal peu profond à l’annonce de la victoire. A Saint-Félix, dans l’Oise, un homme est décédé au volant de sa voiture en s’encastrant dans un platane. Trois enfants âgés de 3 à 6 ans ont été grièvement blessés en étant percutés par une moto à Frouard, en Meurthe-et-Moselle, le conducteur a ensuite pris la fuite. A Saint-Jeoire en Haute-Savoie, une jeune femme a été écrasée par le tracteur sur lequel elle défilait, elle a ensuite été transportée à l’hôpital en urgence, selon les informations du Dauphiné Libéré.

Des arrestations et des attaques similaires ont été constatées dans tout le pays, comme à Nantes, Ajaccio, Strasbourg, Lyon, Marseille, Rouen et Bordeaux. Voitures incendiées, pillages de supérettes, de kiosques et d’enseignes, affrontements à coups de projectiles et de pétards avec les forces de l’ordre, bagarres faisant plusieurs blessés, et passants heurtés par des véhicules, blessés plus ou moins légèrement.

Frédéric de Lanouvelle, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a souligné qu’« aucun incident majeur n’[avait] été à déplorer », compte-tenu de la ferveur qui a rassemblé des milliers Français dans les rues.

LES “VOITURES FOLLES” DE 98 DONT ON PARLE PEU

Dans un article paru hier, Vice est revenu sur un événement occulté de la finale France-Brésil 1998. Le magazine raconte qu’aux alentours de 3h00 du matin, le 13 juillet 1998, « Deux voitures folles ont fait 147 blessés » dont un mort et 36 cas graves, parmi le million de supporters et de fêtards présents dans les rues de Paris ce soir-là. Deux accidents, aggravés par la folie de certains badauds qui s’en sont pris aux conducteurs, l’un étant en état d’ébriété, et l’autre, rue Marboeuf, une enseignante ayant paniqué à cause de la foule qui a réussi à s’extraire de son véhicule pris d’assaut. L’association Mondial 98 a été créée par les victimes contre la désinformation et l’apparent silence médiatique, dont Vice fait part dans son article, qui aurait entouré l’affaire.

De quoi mettre ce drame en perspective avec les quelques 845 voitures détruites et brûlées et les 508 personnes placées en garde à vue depuis le 14 juillet, qui eux, ont bien été ébruités.

Source : MinuteNews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *