États-Unis : Des marques populaires de bière et de vin contaminées par le désherbant de Monsanto

désherbant de Monsanto

Les dernières années ont révélé des nouvelles inquiétantes pour l’industrie de l’alcool. En 2015, CBS News a annoncé un procès contre 31 marques de vins pour des niveaux élevés d’arsenic inorganique. En 2016, les tests de bière en Allemagne ont également révélé la présence de résidus de glyphosate dans chaque échantillon testé, même dans les bières indépendantes.

L’association à but non lucratif Moms Across America a publié les résultats des tests de 12 vins californiens qui se sont tous révélés positifs pour le glyphosate en 2016. Nous avons testé et publié la semaine dernière de nouvelles découvertes de glyphosate dans toutes les marques de vins les plus populaires dans le monde, dont la majorité proviennent des États-Unis et dans les résultats des tests de lots dans la bière américaine.

Qu’est-ce que ces événements ont en commun ? Le Roundup de Monsanto.

Le biologiste moléculaire français Gilles-Éric Séralini a publié en janvier 2018 des conclusions choquantes selon lesquelles, parmi tous les produits Roundup testés, plus d’une douzaine présentaient des niveaux élevés d’arsenic (plus de cinq fois la limite permise) ainsi que des niveaux dangereux de métaux lourds.

Le Roundup est couramment pulvérisé dans les vignobles pour garder les rangs en ordre et sans mauvaises herbes et sur les cultures céréalières (utilisées dans la bière) comme agent de séchage juste avant la récolte. Les herbicides à base de glyphosate ne sèchent pas, ne se lavent pas et ne cuisent pas, et il a été prouvé qu’ils sont neurotoxiques, cancérigènes, perturbateurs endocriniens et une maladie du foie à de très faibles niveaux.

Les marques de vin testées sont Gallo, Beringer, Mondavi, Barefoot et Sutter Home. Les marques de bière testées comprenaient Budweiser, Busch, Coors, Michelob, Miller Lite, Sam Adams, Samuel Smith, Peak Organic et Sierra Nevada.

Au début, certains des résultats des tests étaient déroutants. On s’attendrait à ce que les vins et bières biologiques et les marques de bière indépendantes soigneusement fabriquées ne contiennent pas de glyphosate, car les herbicides ne sont pas autorisés ou utilisés en agriculture biologique. Au lieu de cela, il semble qu’ils sont contaminés. Les tests précédents ont montré que certains vins biologiques étaient contaminés, et l’une des marques biologiques était aussi faible que 0,38 ppb, mais les vins conventionnels avaient des résidus de glyphosate 61 fois plus élevés, à 23,30 ppb. Des études ont montré que 1ppb est suffisant pour stimuler la croissance des cellules cancéreuses du sein, donc toute quantité est préoccupante.

En ce qui concerne la bière, d’autres tests devraient être effectués (nous l’espérons par les marques elles-mêmes), mais il semble que les tests de lots (quantités égales de plusieurs marques testées dans un lot) de marques de bière indépendantes avaient des niveaux plus élevés : jusqu’à 13,60 ppb de plus que les bières conventionnelles. Le lot biologique a été testé à 2,57. Les essais par lots de grandes marques conventionnelles telles que Budweiser, Coors et Michelob ont montré 2,11 ppb collectivement.

Les enquêtes sur le processus de fabrication de la grande compagnie de bière ont révélé une explication possible. Les producteurs de bière conventionnelle ont tendance à utiliser des ingrédients moins chers, comme le riz, au lieu de l’orge, de l’avoine, du seigle et du blé, qui sont plus chers et sont généralement utilisés par les compagnies de bière indépendantes et biologiques qui préfèrent une saveur plus riche. On s’attend à ce que le riz blanc décortiqué moins cher ait des niveaux de résidus de glyphosate bien inférieurs à ceux de l’orge, de l’avoine et du malt entiers. S’ils ne sont pas biologiques, il s’agit de cultures qui sont généralement pulvérisées avec du glyphosate comme agent de séchage juste avant la récolte.

Mais il est clair que les industries de la bière et du vin doivent s’éloigner du Roundup de Monsanto afin d’éviter la contamination par cet herbicide chimique nocif.

Pam Strayer de Viewpoint-Wines & Vines a souligné qu’“en 2016, le vin biologique a augmenté de 11% en volume ; les vins biologiques importés ont augmenté de 14%, soit le double de celui des producteurs biologiques américains à 7%”.

“Je n’ai pas utilisé Roundup depuis 1977”, a déclaré Phil Coturri, le directeur du vignoble de Sonoma, qui a été reconnu plus tôt cette année par la Golden Gate Salmon Association pour sa viticulture respectueuse de l’environnement. “On ne peut pas constamment utiliser un produit et penser qu’il n’aura pas d’effet. Le glyphosate est fait pour tuer.”

Plus de 1 000 plaignants, pour la plupart des agriculteurs, ont intenté des poursuites contre Monsanto, l’un des principaux fabricants de glyphosate, pour exposition au Roundup conduisant à un lymphome non hodgkinien.

Même les grandes marques de bière voient les avantages de l’agriculture biologique. Anheuser-Busch a annoncé la semaine dernière que sa marque Michelob a lancé une nouvelle bière à base de blé biologique appelée Ultra Pure Gold.

L’Association des brasseurs, qui certifie les petites bières indépendantes et artisanales, a fait cette déclaration concernant les résultats du nouveau test de glyphosate MAA :

“Les brasseurs ne veulent pas que le glyphosate soit utilisé pour l’orge ou toute autre matière première de brasserie, et les organisations de producteurs d’orge se sont également prononcées fermement contre le glyphosate. Il est clair que les industries du maltage et de la brasserie s’opposent à l’utilisation du glyphosate sur l’orge de brasserie.”

Comment le glyphosate contamine les vins et les bières biologiques ? Dérive, eau d’irrigation polluée, sol et par un nouveau phénomène : les pluies de pesticides. Le glyphosate et d’autres particules chimiques toxiques restent dans l’eau évaporée ou dans les nuages de poussière qui se transforment en pluie et peuvent contaminer les vignobles et les cultures céréalières à des milliers de kilomètres de distance.

En Amérique, un homme sur deux et une femme sur trois sont susceptibles d’avoir un cancer, un sur cinq souffre de maladie mentale, beaucoup sont aux prises avec l’infertilité, la stérilité et la mort infantile, et nos coûts de soins de santé sont paralysants. Pas plus tard que la semaine dernière, une nouvelle étude a révélé que l’exposition maternelle au glyphosate montrait des taux significativement plus élevés de gestation raccourcie. Les bébés prématurés courent un risque important de mortalité infantile.

Selon un rapport de Save the Children 2013, les États-Unis ont 50% de plus de décès infantiles le premier jour de la vie que tous les autres pays développés réunis. Cela pourrait-il être dû à l’utilisation généralisée, à la dérive et à la contamination des pesticides et des herbicides comme le Roundup ? Ces études peuvent le suggérer. Si les décideurs américains veulent réduire les coûts des soins de santé, l’élimination de l’utilisation des herbicides à base de glyphosate pourrait être une mesure raisonnable à prendre.

Les consommateurs préoccupés qui ne veulent pas boire du vin et de la bière contaminés par des pesticides chimiques nocifs et des herbicides comme le glyphosate ont une chance d’être entendus. L’Environmental Protection Agency des États-Unis accepte actuellement des commentaires jusqu’au 30 avril 2018 sur le réenregistrement ou le refus d’homologation du glyphosate.

Les résultats complets, les noms de marque et les liens vers les rapports de laboratoire peuvent être trouvés ici.

Source : TruthTheory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *