Ces fermiers qui nourrissent leur bétail avec des Skittles

Skittles

La semaine dernière, des centaines de milliers de Skittles rouges étaient retrouvés renversés sur une autoroute américaine du comté de Dodge, dans le Wisconsin (États-Unis). Selon la police locale, ces tonnes de « bonbons » étaient en chemin vers des fermes locales pour nourrir le bétail.

Dans la soirée de mardi dernier, des milliers de Skittles se sont retrouvés étalés sur le bitume de l’autoroute, tous de couleur rouge, sans aucun véhicule à proximité. Après enquête, le bureau du shérif a indiqué dans un message publié sur Facebook que les sucreries s’étaient échappées de l’arrière d’un camion. Jusqu’ici, rien de très étonnant, encore que. Plus inquiétant, ces bonbons étaient destinés à des fermes locales pour être utilisés pour alimenter le bétail. Pourquoi ? Parce que c’est une alternative au maïs, plus cher. L’histoire en choquera plus d’un, mais il semblerait pourtant que la pratique soit commune.

Les agents ont en effet remarqué que le « S » blanc que les consommateurs retrouvent sur les bonbons fruités n’était pas présent sur ceux qui ont recouvert l’autoroute. Ne pouvant être commercialisés, ces Skittles étaient destinés à être servis à du bétail. Cette pratique existe depuis des années, mais aurait pris de l’ampleur depuis 2012 quand les prix du maïs ont explosé, forçant les éleveurs à trouver des sources alternatives de nourriture censées ne pas présenter de danger pour les animaux. Les Skittles en font partie, « car ils fournissent des glucides bon marché », rapporte Doug Criss pour CNN, citant un ancien agriculteur habitué de la pratique. « Les bonbons conviennent tout aussi bien que le maïs », explique cette fois-ci un professeur de nutrition animale au Washington Post.

Ces aliments sont donc fournis par les entreprises agroalimentaires, dont Mars Incorporated qui fabrique les barres du même nom ainsi que les Skittles. Les fabricants de bonbons en général seraient concernés, ainsi que certaines boulangeries locales. Le groupe a l’habitude de vendre aux éleveurs les produits qu’il juge impropres à la vente. Ainsi les produits indésirables sont utilisés pour l’alimentation animale. L’enseigne a tout de même lancé une enquête : il s’avère en effet que l’usine en question ne fait pas partie du programme de vente en lien avec les éleveurs.

Concernant l’environnement, les conséquences d’une telle alimentation ne sont pas encore claires. Une étude publiée en 2012 dans le Journal of Dairy Science constatait néanmoins que les graminées riches en sucre pourraient augmenter les émissions de méthane.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *