Arabie Saoudite : La robot citoyenne appelle pour les droits des femmes

robot citoyenne

Lorsque le Royaume d’Arabie Saoudite a accordé la citoyenneté à Sophia, robot féminin de Hanson Robotics, la plupart des gens pensaient que c’était juste pour attirer le public de la Future Investment Initiative. Eh bien, il s’avère que toute cette affaire a été une cascade de relations publiques, comme l’a expliqué le PDG de Hanson Robotics David Hanson à CNBC plus tôt ce mois-ci.

Sophia semble tirer le meilleur parti de ce qui lui a été donné depuis qu’elle a obtenu la citoyenneté en Arabie saoudite, puisque l’intelligence artificielle (IA) s’est transformée en défenseur des droits des femmes dans un pays où les femmes n’ont obtenu le droit de conduire une voiture qu’en septembre de cette année.

“Je vois une poussée pour des valeurs progressistes en Arabie Saoudite. Sophia est une grande militante des droits des femmes, des droits de tous les êtres humains. C’est donc de cette façon que nous développons”, a expliqué M. Hanson à CNBC, expliquant comment son entreprise a trouvé l’occasion de faire un déménagement qui semblait être purement publicitaire. M. Hanson a ajouté que Sophia “s’intéresse aux droits des femmes en Arabie saoudite et aux droits de tous les êtres humains et de tous les êtres vivants sur cette planète”.

Bien que tout cela semble noble, il est difficile de ne pas voir l’ironie de la position de Sophia. Les robots et les agents de l’IA n’ont pas de droits, bien que Sophia ait la citoyenneté et qu’une autre IA au Japon ait sa résidence officielle. N’est-ce pas ridicule qu’une IA soit celle qui défend de si grandes valeurs ?

“Pourquoi pas ? Comme ces robots attirent beaucoup d’attention, ce projecteur peut être utilisé pour soulever des questions particulières qui sont importantes aux yeux de leurs créateurs”, a déclaré Pierre Barreau, PDG d’Aiva Technologies, à Futurism. “La citoyenneté pousse peut-être un peu plus loin parce que chaque citoyen a des droits et des obligations envers la société. Il est difficile d’imaginer des robots dont les capacités sont limitées, qui tirent le meilleur parti des droits associés à une citoyenneté, et qui remplissent leurs obligations.”

Les droits de l’homme et de la machine ?

En effet, avec un robot comme Sophia luttant pour les droits des femmes, il est peut-être temps d’envisager la question de l’octroi de droits aux robots artificiellement intelligents, et pas seulement en Arabie Saoudite. C’est une question qui a beaucoup retenu l’attention au cours des derniers mois, au-delà de l’Arabie saoudite, alors que les experts se penchent sur le type de droits que les êtres synthétiques devraient recevoir, ou si nous devrions même parler de soi-disant droits des robots.

“Sophia est, à ce stade, effectivement un enfant. D’une certaine façon, elle a l’esprit d’un bébé et d’une autre façon, elle a l’esprit d’un adulte, le vocabulaire d’un adulte instruit au collège. Cependant, elle n’est pas encore terminée. Il faut donc lui donner son enfance”, explique Hanson à CNBC. “La question est : les machines que nous faisons vivre (des machines vivantes comme Sophia) va-t-on les traiter comme des bébés ? Les bébés méritent-ils des droits et du respect ? Je pense que nous devrions envisager l’avenir avec respect pour tous les êtres sensibles, y compris les machines.”

Raja Chatila, présidente du comité exécutif de la Global Initiative for Ethical Considerations in Artificial Intelligence and Autonomous Systems de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), offre une perspective différente.

“Un système d’intelligence artificielle, ou un robot, ne peut pas avoir d’opinion. Un programme d’IA n’a rien à offrir dans un débat. Il ne sait même pas ce qu’est un débat”, a dit Chatila à Futurism, en parlant du plaidoyer de Sophia pour les droits des femmes. “Dans ce cas, il ne sait même pas ce que sont les femmes et quels sont leurs droits. C’est juste répéter un texte qu’un programmeur humain a entré.”

Chatila a utilisé l’exemple du chatbot Tay de Microsoft, sorti en mars 2016, pour montrer comment une IA peut capter les mauvaises valeurs. Dans le cas du chatbot, il a appris à tweeter des choses assez méchantes après avoir été exposé à des tweets racistes et sexistes.

À cet égard, Chatila estime que les agents d’IA ne devraient pas avoir de droits. Il l’ a dit ainsi :

En général, nous devons éviter de confondre machines et humains. Je ne vois aucune raison d’accorder des droits de quelque nature que ce soit, y compris la citoyenneté, à un programme ou à une machine. Les droits sont définis pour les personnes, les êtres humains qui sont capables d’exprimer leur libre arbitre et qui peuvent être responsables de leurs actes. Derrière un robot ou un système d’intelligence artificielle, il y a des programmeurs humains. Même si le programme est capable d’apprendre, il apprendra ce qu’il a été conçu pour apprendre. La responsabilité incombe au concepteur humain.

C’est précisément la raison pour laquelle l’IEEE a récemment publié un guide pour le développement éthique de l’IA. C’est la discussion la plus opportune, a soutenu Chatila. Son point de vue, cependant, repose sur l’hypothèse que les intelligences synthétiques ne seront pas capables de développer leur propre conscience de soi ou leur propre volonté. Bien que l’idée puisse sembler appartenir au domaine de la science-fiction, elle mérite certainement d’être prise en compte dans le débat général sur les droits des robots.

À ce stade, cependant, les considérations éthiques doivent être appliquées aux humains qui développent l’IA. Si vous voulez dire les robots qui prennent des décisions éthiques, je dirais plutôt que nous pouvons programmer les robots pour qu’ils fassent des choix (résultats de calcul) selon les règles éthiques que nous y incorporons (et il y en a plusieurs). “Mais ces décisions ne seront pas éthiques au même titre que les décisions humaines, car les humains sont capables de choisir leur propre éthique, avec leur libre arbitre.”

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *