Découverte : La ville biblique de Corinthe ensevelie avec ses monuments géants et vestiges

Corinthe

Les archéologues ont découvert des ruines de la ville perdue de Léchaion, le port de l’ancienne cité grecque de Corinthe. Beaucoup des ruines sous-marines anciennes sont extrêmement bien conservées et parmi les monuments construits avec des blocs de 5 tonnes, il y a même les vestiges d’un ancien phare représenté sur des pièces de monnaie de l’époque.

Pour les chrétiens, l’ancienne cité grecque de Corinthe a une signification biblique puisque deux lettres du disciple de Jésus, Paul, figurent dans le Nouveau Testament de la Bible ; les livres Première épître aux Corinthiens et Deuxième épître aux Corinthiens.

L’Apôtre Paul a visité Corinthe

Selon la Bible chrétienne, Paul aurait aussi visité l’ancienne ville sous la domination romaine.

Paul l’Apôtre – Crédit image : Renata Sedmakova/Shutterstock

En 146 avant J.-C., les Romains ont vaincu les armées grecques et détruit Corinthe. Plus d’un siècle passera avant que Corinthe ne soit reconstruite, cette fois par Jules César qui reconnut la position stratégique de Corinthe. En 44 av. J.-C., il nomma la nouvelle colonie en son honneur : Colonia Laus Iulia Corinthiensis.

Jules César a fait de Corinthe l’un des ports les plus importants de la Méditerranée orientale en raison de son emplacement fondamental et la ville ressuscitée a prospéré à des degrés divers pour le reste de l’antiquité et au-delà.

Corinthe

L’archéologue et illustrateur Yiannis Nakas dessine un bloc délogé du front du port. Notez que les pinces métalliques qui ont tenu le bloc en place sont conservées. (Photo : Vassilis Tsiairis 2016)

Un proverbe grec a dit précédemment que “tout le monde ne peut pas se permettre d’aller à Corinthe”, démontrant le luxe de la région qui a prospéré abondamment.

Mais la ville a été détruite et on ne la reverra plus jamais.

Première preuve qu’un tremblement de terre a détruit la ville biblique de Corinthe

Entre 50 et 125 de notre ère, un tremblement de terre a frappé Léchaion. La plupart des ruines ont été ensevelies sous les sédiments, où les plongeurs travaillent maintenant selon le projet du port de Léchaion, une collaboration de l’Ephorate of Underwater Antiquities en Grèce, l’Institut Danois d’Athènes et l’Université de Copenhague.

“Il se pourrait bien que ce soit la première preuve du tremblement de terre d’environ 70 ans après J.-C. sous l’empereur Vespasien mentionné dans les sources littéraires antiques”, a dit Guy Sanders, un chercheur de l’American School of Classical Studies à Athènes, qui a précédemment dirigé des fouilles à Corinthe

L’ADN ancien peut aider à reconstruire l’environnement passé

Le projet du port de Léchaion lancé en 2013 et les dernières fouilles ont permis des découvertes sous-marines remarquables.

Corinthe

Pièce de monnaie romaine de Corinthe représentant un phare (Münzkabinett der Staatlichen Museen zu Berlin Acc. 1852/9550,177-192 AD). Les conclusions de l’équipe comprennent les fondements de ce qui aurait pu être un phare.

“Nous avons creusé des couches archéologiques où presque tout est préservé. Pensez à la préservation du poteau en bois vieux de près de 2000 ans (voir vidéo) et imaginez à quel point le bois et les autres matériaux organiques qui se trouvent encore au fond de ce port ont été bien conservés”, a déclaré Bjørn Lovén, archéologue de l’Université de Copenhague et co-directeur du projet du port de Léchaion.

Le poteau en bois servait probablement soit de fondation pour la structure elle-même, soit de borne pour l’amarrage des bateaux. L’équipe a également découvert une variété de graines, d’os avec des marques coupées, un rouleau d’un bloc de bois et des fragments de bois travaillé.

Corinthe

“Dans le cadre de nos recherches, le Centre for Geogenetics extraira et analysera l’ADN environnemental ancien des importants gisements archéologiques et tentera de reconstruire génétiquement l’environnement passé. Récemment, ils ont montré que l’ADN ancien dans les dépôts peut identifier une grande variété d’organismes, allant des bactéries aux plantes et aux animaux.

Ainsi, ils caractériseront ce qui a vécu dans la région de Léchaion pendant les différentes phases de l’Antiquité, y compris la période romaine. Nous découvrons tout, des preuves d’ADN aux superbes constructions en blocs de cinq tonnes”, a déclaré M. Lovén.

Source : Ancient Pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *