Découvrez les fast food et la culture à emporter dans la Rome antique

culture à emporter

Les gens croient aujourd’hui que le concept de restauration rapide, de repas instantanés et de plats à emporter sont le résultat de la recherche contemporaine d’un plus grand profit grâce au temps, pourtant, les archives historiques ont montré que ces contreparties nutritionnelles dites notoires ont été très courantes depuis la Grèce antique et Rome.

Selon Business Insider, lorsque les Romains de l’Antiquité, frappés par la pauvreté, voulaient prendre un repas chaud, ils passaient habituellement à ce qui est considéré comme un thermopolium, c’est-à-dire des fast-foods qui fournissaient des repas rapides et accessibles aux pauvres.

culture à emporter

Taberna D. Juni Proculi (D. Junius Proculus) aux ruines de Pompéi. La ville était une ancienne cité romaine détruite par le volcan Vésuve. Pompéi, Campanie, Italie.

Le mot “thermopolium” signifie littéralement “endroits où l’on vend des repas et des boissons chaudes”. De plus, l’historien Steven J.R. Ellis a expliqué que le terme qui décrivait ce que l’on appelle aujourd’hui “thermopolium” était plutôt interchangeable et rarement utilisé à l’époque de la Rome antique.

culture à emporter

Cuisine romaine d’un thermopolium dans la rue Via Consolare à Ruines de Pompéi. La ville était une ancienne cité romaine détruite par le volcan Vésuve. Pompéi, Campanie, Italie.

Les fouilles ont révélé que des thermopolia ont été construits avec de petits locaux avec de grands comptoirs à l’avant, certains d’entre eux comprenaient un service de table assis pour manger mais, en général, le but principal de ces restaurants était de vendre des plats à emporter.

John Donahue, l’auteur de Food and Drink in Antiquity: A Sourcebook: Readings from the Graeco-Roman World, nous raconte qu’il y avait beaucoup de Romains qui manquaient de temps et surtout de soutien financier pour préparer les repas à la maison (cuisson, chauffage, ébullition) donc ils dépendaient soit de la boulangerie pour la préparation des aliments, soit de ces restaurants.

culture à emporter

Dolias et fresque détaillée, des vestiges archéologiques du thermopolium de Vetutius Placidus, aux Ruines de Pompéi. La ville était une ancienne cité romaine détruite par le volcan Vésuve. Pompei, Campanie, Italie

Les citoyens démunis de la Rome antique n’avaient pas les moyens d’avoir une cuisine à la maison et donc de cuisiner à la maison, beaucoup d’entre eux apportaient leur nourriture chez le boulanger qui la faisait cuire dans leur four.

Le menu comprenait du poisson, de la viande, du fromage, des lentilles, du miel, des noix et des fruits secs en collation et du vin chaud. L’intérieur de ces restaurants différait de celui des restaurants d’aujourd’hui.

culture à emporter

Pompéi antique – Thermopolium d’Asellina avec comptoir de service de nourriture ancienne

Certains d’entre eux avaient l’air plus fantaisistes que d’autres, ayant des salles à manger avec des murs et des ornements de couleur sombre. Néanmoins, ces restaurants étaient principalement destinés à fournir de la nourriture à emporter.

Les comptoirs des cuisines et les zones de préparation des aliments du thermopolium étaient tapissés de pots en terre cuite (aussi appelés dolium) remplis d’aliments secs et froids qui pouvaient être chauffés pour les clients ou simplement remis à ces derniers. Les repas chauds étaient servis dans de petits pots.

culture à emporter

Comptoir de surface en marbre du thermopolium d’Asellina – les trous du comptoir servent à servir des cruches avec de la nourriture et du vin, Pompéi.

Les archives historiques, ainsi que les découvertes archéologiques, ont montré que le thermopolium était largement répandu sur le territoire de la Rome antique. Il y aurait eu 150 restaurants de ce type à Pompéi avant la célèbre éruption volcanique.

Mary Beard, professeure de lettres classiques à l’Université de Cambridge, a décrit la pratique des plats à emporter à Pompéi : “La meilleure façon d’échapper à un régime de pain, de fromage et de fruits, mangés dans de petits logements au-dessus d’un magasin ou d’un atelier, où il n’y avait que peu ou pas de possibilités pour faire la cuisine, était de manger dehors.”

culture à emporter

Thermopolium, Dolias (jarres) détail, de vestiges archéologiques de la rue Via Stabiana aux Ruines de Pompéi. La ville était une ancienne cité romaine détruite par le volcan Vésuve. Pompéi, Campanie, Italie.

Pompéi a longtemps été considéré comme ayant une sorte de culture de café bon marché, avec des bars, des pubs, et des thermopolia bordant les rues, attrapant le trafic de rue, quel qu’il soit.

Les comptoirs de pierre face à la rue, avec de grandes jarres (dolia) placées à l’intérieur et des présentoirs derrière, sont l’un des aspects les plus familiers de la cuisine de rue à Pompéi, note Mary Beard.

culture à emporter

Thermopolium des vestiges archéologiques de la rue Via della Abbondanza. La ville était une ancienne cité romaine détruite par le volcan Vésuve. Pompéi, Campanie, Italie.

Étonnamment (ou peut-être sans surprise), comme le rapporte Business Insider, les établissements gastronomiques de la Rome antique étaient de mauvaise réputation en raison du rassemblement fréquent de joueurs et de grands buveurs.

Les riches Romains méprisaient et critiquaient ces restaurants, mais il leur arrivait aussi de manger un morceau ou deux. À ce propos, certains historiens racontent l’histoire de l’empereur Caligula qui a condamné à mort un homme qui vendait de l’eau chaude.

culture à emporter

Pompéi antique – Thermopolium d’Asellina avec comptoir de service de nourriture ancienne

Cette position détériorée des thermopolia dans le public et un peu plus tard, de l’empereur Claude, a entraîné la fermeture de nombreux établissements en raison de l’opposition publique.

Au fil du temps, les archéologues ont également trouvé une autre destination où les plats à emporter romains étaient très populaires, la ville d’Herculanum qui a également été détruite par l’éruption volcanique du Mont Vésuve.

culture à emporter

“Un thermopolium était un lieu, utilisé à l’époque de la Rome antique où il était possible d’acheter de la nourriture prête à consommer. Il se composait d’une petite pièce avec un bureau d’accueil, et les aliments chauds étaient rangés dans de grands pots en terre cuite insérés dans le bureau d’accueil. Il a probablement été utilisé d’une manière similaire à la restauration rapide moderne. Des restes de thermopolia sont conservés à Pompéi et à Herculeanum.”

Finalement, on a découvert que les Romains qui ne considéraient pas les thermopolia et leur service comme leur tasse de thé et qui préféraient la “cuillère grasse” étaient des invités privilégiés dans la “taberna”.

La taberna offrait de la place pour diverses négociations d’affaires, de l’hébergement pour les voyageurs fatigués et un marché qui offrait de la nourriture cuite, du vin et du pain.

Lire aussi : En Grèce, découverte de la plus vieille trace manuscrite de L’Odyssée d’Homère sur une tablette antique

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *