Le lac Biwa révèle certains de ses secrets : Un ancien pot découvert par un robot déconcerte les chercheurs japonais

lac Biwa

Il y a deux ans, des chercheurs japonais ont découvert les piliers d’une structure sous-marine dans le plus grand lac d’eau douce du Japon : le lac Biwa.

Aujourd’hui, une ancienne urne en céramique presque intacte a été découverte par un robot sous-marin utilisé par des chercheurs dirigés par Kenichi Yano, professeur d’archéologie à l’université de Ritsumeikan.

L’artefact (un pot) a été repéré à 71,5 mètres de profondeur sur le lit du lac Biwako (le plus grand lac d’eau douce du Japon) situé dans la partie centrale du pays, selon le Asahi Shimbun.

La jarre appartient à la poterie Haji, elle est de 30-40 centimètres de hauteur avec une ouverture de 20 cm et est pré-datée à la période Asuka (592-710) et la période Nara (710-784).

Au cours du siècle dernier, un certain nombre de pièces de poterie représentant une vaste gamme chronologique ont été récupérées au lac Biwa, dans le centre du Japon.

lac Biwa

L’urne se trouve à l’extrémité nord du lac, dans un site archéologique sous-marin connu sous le nom de Tsuzuraozaki Kotei Iseki et en raison de la profondeur du lac et d’un fort courant, dans cette région, les chercheurs ont décidé d’utiliser un robot au lieu de plongeurs.

Certains spéculent qu’une colonie a été submergée par une élévation du niveau de l’eau ou que les pots y ont été coulés lors de rituels obscurs. D’autres suggèrent que l’endroit était un dépotoir pour des céramiques inutiles.

Le lac est considéré comme le berceau d’un roi-dragon, dans certaines références, identifié comme Biwa, et qui est lié à de nombreux mythes et légendes. Il est situé dans le centre ouest de Honshu, près de Kyoto. Les profondeurs du lac Biwa seraient surveillées par une carpe de 3 mètres de long qui dévore les corps de ceux qui se noient.

La structure du lac est assez unique et les chercheurs ont dit qu’ils pensent que les restes pourraient avoir été un sanctuaire dédié à une divinité qui a supervisé le château ou la région locale.

Source : Ancient Pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *