Les archéologues ont découvert ce qui pourrait être la plus ancienne poterie d’Amérique


Les archéologues ont fait une autre découverte historique dans les Amériques.

Des archéologues russes et équatoriens ont découvert en Equateur des artefacts qui pourraient remonter jusqu’à 6 000 ans.

Si la découverte est confirmée, ces céramiques deviendraient la plus ancienne céramique américaine jamais retrouvée à ce jour.

La découverte a été rendue possible grâce à la collaboration de scientifiques de l’Université Fédérale d’Extrême-Orient de Russie et de l’École Polytechnique du Littoral (ESPOL) d’Equateur.

poterie

Morceaux des fragments de poterie récupérés par les archéologues. Crédit Image : Université Fédérale d’Extrême-Orient de Russie

Les chercheurs ont découvert une couche culturelle qui représente les premières étapes de la colonisation d’un des sites les plus importants dans l’histoire ancienne du continent, après avoir effectué des fouilles à l’ancienne colonie de Real Alto.

Les pierres et les céramiques récemment découvertes appartiennent à la culture peu étudiée de San Pedro et permettront de clarifier leur rôle dans l’histoire de l’Amérique précolombienne, ont expliqué des chercheurs de l’Université Fédérale d’Extrême-Orient de Russie.

Les fouilles ont montré que la culture de San Pedro existait en même temps que les premiers stades de la culture de Valdivia ou peut-être même qu’elle l’avait précédée.

Nous avons identifié son contexte et son âge stratigraphique approximatif, tandis que nos collègues japonais de l’Université de Tohoku ont prélevé des échantillons de sol pour effectuer des datations au radiocarbone.

poterie

Crédit Image : Université Fédérale d’Extrême-Orient de Russie

“Il s’agit d’une réalisation remarquable pour l’archéologie de la région, mais nous avons encore à déterminer la portée chronologique exacte de l’existence de ce matériel”, a expliqué le chef de l’expédition russe, Alexandr Popóv.

L’analyse des vestiges et de leur antiquité peut fournir de nouvelles informations sur le développement des cultures anciennes dans la région et l’apparition de la céramique sur la côte Pacifique.

Les artefacts en céramique peuvent aider à identifier l’histoire ethnique, les caractéristiques de la structure économique, et contiennent une variété d’informations sur le développement de la population ancienne, la migration des technologies et la culture.

“Les nouveaux matériaux nous permettront de reconsidérer ce que nous savons jusqu’à présent et de créer un nouveau schéma pour le développement des cultures anciennes dans la région Pacifique et Asie-Pacifique d’Amérique”, a ajouté Popóv.

Cette équipe archéologique travaille en Equateur depuis 2014.

Son objectif premier est de comparer l’adaptation humaine aux changements environnementaux de l’antiquité des deux côtés de l’océan Pacifique : des côtes d’Amérique du Sud à l’Asie de l’Est.

Parallèlement, une étude comparative est en cours à l’Université fédérale d’Extrême-Orient de Russie, au sud de Primorye et sur l’île de Russki.

Source : Ancient Code


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *