Un scientifique affirme que la plus vieille pyramide du monde est cachée dans une montagne indonésienne


Lorsque les colons hollandais sont devenus les premiers Européens à découvrir le Gunung Padang au début du 20ème siècle, ils ont dû être stupéfaits par l’ampleur de leur environnement de pierres anciennes.

Ici, éparpillés sur une vaste colline de la province indonésienne de Java Ouest, reposent les vestiges d’un énorme complexe de structures et de monuments rocheux – une merveille archéologique décrite depuis comme le plus grand site mégalithique de toute l’Asie du Sud-est.

Mais ces premiers colons n’auraient pas pu deviner que la plus grande merveille de toutes pouvait être cachée, enfouie profondément dans le sol sous leurs pieds.

plus vieille pyramide

(Danny Hilman Natawidjaja)

Dans une nouvelle étude controversée présentée au 2018 AGU Fall Meeting à Washington, DC, la semaine dernière, une équipe de scientifiques indonésiens a présenté des données pour démontrer que le Gunung Padang est en fait le site de la plus ancienne structure pyramidale connue dans le monde.

Leurs recherches, qui ont été menées pendant plusieurs années, suggèrent que Gunung Padang n’est pas la colline que nous pensons qu’elle est – mais est en fait une série de structures anciennes en couches avec des fondations remontant à environ 10.000 ans (ou même plus).

“Nos études prouvent que la structure ne couvre pas seulement le sommet, mais qu’elle s’étend aussi sur les pentes d’au moins 15 hectares”, écrivent les auteurs dans le résumé de leur nouvelle affiche.

“Les structures sont non seulement superficielles, mais enracinées plus profondément.”

En utilisant une combinaison de méthodes d’arpentage – y compris le radar à pénétration de sol (RPS), la tomographie sismique et les fouilles archéologiques – l’équipe explique que le Gunung Padang n’est pas seulement une structure artificielle, mais une série de plusieurs couches construites au cours de périodes préhistoriques successives.

La couche mégalithique la plus élevée, composée de colonnes rocheuses, de murs, de sentiers et d’espaces, se trouve au-dessus d’une deuxième couche à environ 1-3 mètres sous la surface.

plus vieille pyramide

(Danny Hilman Natawidjaja)

Les chercheurs suggèrent que cette deuxième couche a déjà été interprétée à tort comme une formation rocheuse naturelle, mais qu’il s’agit en fait d’une autre disposition de roches en colonnes organisées selon une structure matricielle.

En dessous, une troisième couche de roches disposées – contenant de grandes cavités ou chambres souterraines – s’étend jusqu’à 15 mètres de profondeur, et repose sur la couche inférieure (quatrième), faite de roche basaltique de langue de lave, en quelque sorte modifiée ou sculptée par les mains humaines.

Selon les chercheurs, la datation préliminaire au radiocarbone suggère que la première couche pourrait être vieille d’environ 3 500 ans, la deuxième d’environ 8 000 ans et la troisième d’environ 9 500 à 28 000 ans.

Quant à la finalité de ces anciennes et vastes structures, les chercheurs – dirigés par le géophysicien Danny Hilman Natawidjaja de l’Institut indonésien des sciences – suggèrent que l’ancienne pyramide aurait pu avoir une base religieuse.

“C’est un temple unique”, a dit Natawidjaja à Live Science.

Pour l’instant, c’est de la spéculation, mais si les autres affirmations des chercheurs sur les structures s’avèrent exactes, c’est une découverte majeure qui pourrait remettre en question les notions de ce dont les sociétés préhistoriques étaient capables.

“C’est énorme”, a déclaré Natawidjaja au Sydney Morning Herald en 2013. “Les gens pensent que la préhistoire était primitive, mais ce monument prouve le contraire.”

plus vieille pyramide

(Danny Hilman Natawidjaja)

Pourtant, tout le monde n’est pas convaincu. Les recherches de Natawidjaja ont fait l’objet de nombreuses controverses en Indonésie et ailleurs, un grand nombre d’archéologues et de sceptiques critiquant les méthodes et les résultats de l’équipe.

Les dernières présentations de recherche – qui, pour l’instant, ne font pas l’objet d’un examen par les pairs – ajouteront probablement de l’huile sur le feu, mais elles donneront aussi au monde un aperçu plus précis de ce qui pourrait être l’une des structures les plus anciennes et mystérieuses du monde.

En ce qui concerne cette structure, seul le temps nous le dira.

Les résultats ont été présentés à la réunion annuelle de l’American Geophysical Union à Washington, DC la semaine dernière.

Lire aussi : Une ville perdue et l’une des plus grandes pyramides de la planète découvertes en Chine

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


1 réponse

  1. Franck dit :

    Cette pyramide est antédiluvienne. Ses entrailles doivent recéler des secrets perdus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *