Le minage de crypto-monnaie consomme tellement de bande passante qu’il affaiblit la recherche de vie extraterrestre

crypto-monnaie

Les astronomes qui écoutent les messages radio des civilisations extraterrestres ont besoin de beaucoup de puissance de traitement pour comprimer les données. Aujourd’hui, ces astronomes rencontrent un problème avec les GPU dont ils ont besoin, ils sont en quantité limitée car les mineurs de crypto-monnaie les achètent tous.

À cause de l’engouement pour la crypto-monnaie, on pourrait rater un appel d’E.T. Les astronomes signalent qu’ils ne peuvent pas aussi facilement accéder aux unités de traitement graphique (GPU) nécessaires pour faire fonctionner leurs puissants télescopes et leurs réseaux de radiocommunications qu’ils ne le sont pour ceux qui cherchent à extraire de la crypto-monnaie.

Daniel Werthimer, scientifique en chef du projet SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) de l’Université de Californie à Berkeley, a déclaré à la BBC une pénurie des GPU ces derniers mois. Aaron Parsons, un autre astronome de Berkeley qui travaille sur le radiotélescope Hydrogen Epoch of Reionisation Array (Hera), avait une histoire similaire : il a raconté à la BBC que le prix des GPU dont son équipe a besoin avait doublé.

Bien que conçus spécifiquement pour effectuer des tâches visuelles, les GPU ont été recrutés pour le minage de crypto-monnaies grâce à leur rapidité et leur efficacité dans l’exécution des calculs répétitifs nécessaires. Mais ils sont également essentiels pour les scientifiques qui ont besoin de traiter de grandes quantités de données, comme ceux qui scannent les ondes radio à partir d’immenses étendues de l’Univers dans l’espoir de capter un message extraterrestre.

“Au SETI, nous voulons regarder autant de canaux de fréquences que possible car nous ne savons pas à quelle fréquence un message sera diffusé”, a déclaré Werthimer à la BBC. “Et nous voulons rechercher beaucoup de types de signaux différents : est-ce AM ou FM, quelles communications utilisent-ils ?” En conséquence, SETI a jusqu’à 100 GPU sur certains télescopes.

La radioastronomie n’est pas la seule victime de l’engouement pour la crypto-monnaie ; un rapport datant de 2017 met en lumière les fortes émissions de carbone produites par l’exploitation des cryptos, qui nécessite de grandes quantités d’énergie. Pourtant, ce coût pourrait être compensé si l’électricité nécessaire était produite à partir de ressources renouvelables plutôt que de combustibles fossiles.

M. Parsons s’est dit préoccupé par le fait que les travaux de radioastronomie pourraient être complètement interrompus si la pénurie de GPU persistait. Pendant ce temps, nous pourrions rater un appel de nos voisins galactiques ; et la Terre n’a pas actuellement de répondeur téléphonique.

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *