Pourquoi les fausses croyances sont-elles plus fortes que des preuves tangibles ?

fausses croyances

Pourquoi certaines personnes s’en tiennent-elles à de fausses croyances alors qu’on leur présente des preuves tangibles qui démontrent le contraire ?

Une nouvelle étude révèle que la rétroaction, plutôt que des preuves tangibles, nous donne plus confiance en notre capacité d’avoir raison.

Les psychologues du développement ont constaté que les croyances des gens sont plus susceptibles d’être renforcées par les réactions positives ou négatives qu’ils reçoivent en réponse à une opinion, une tâche ou une interaction, que par la logique, le raisonnement et les données scientifiques.

Leurs conclusions, publiées aujourd’hui dans le numéro en ligne de la revue Open Mind, jettent un nouvel éclairage sur la façon dont les gens traitent l’information qui remet en question leur vision du monde et dont certaines habitudes d’apprentissage peuvent limiter leurs horizons intellectuels.

“Si vous pensez en savoir beaucoup sur quelque chose, même si vous ne le savez pas, vous êtes moins susceptible d’être assez curieux pour explorer davantage le sujet, et vous n’apprendrez pas à quel point vous en savez peu”, affirme Louis Marti, auteur principal de l’étude et étudiant au doctorat en psychologie à UC Berkeley.

Cette dynamique cognitive peut jouer dans tous les domaines de la vie réelle et virtuelle, y compris les médias sociaux et les salles d’écho des nouvelles par câble, et peut expliquer pourquoi certaines personnes sont facilement dupées par des charlatans.

“Si vous utilisez une théorie folle pour faire une prédiction correcte deux ou trois fois, vous pouvez vous enliser dans cette croyance et ne pas être aussi intéressé à recueillir plus d’informations”, a déclaré Celeste Kidd, auteure principale de l’étude, professeur adjoint de psychologie à UC Berkeley.

Plus précisément, l’étude a examiné ce qui influence la certitude des gens pendant qu’ils apprennent. Elle a constaté que la confiance des participants à l’étude était fondée sur leur rendement le plus récent plutôt que sur les résultats cumulatifs à long terme. Les expériences ont été menées à l’Université de Rochester.

Pour l’étude, plus de 500 adultes, recrutés en ligne sur la plateforme de production participative Mechanical Turk d’Amazon, ont examiné différentes combinaisons de formes colorées sur leurs écrans d’ordinateur. On leur a demandé d’identifier les formes colorées qualifiées de “Daxxy”, un objet imaginaire inventé par les chercheurs dans le cadre de l’expérience.

N’ayant aucun indice sur les caractéristiques définissant un Daxxy, les participants à l’étude ont dû deviner aveuglément quels éléments constituaient un Daxxy alors qu’ils voyaient 24 formes de couleurs différentes et qu’ils recevaient une rétroaction pour savoir s’ils avaient deviné le bon ou le mauvais. Après chaque supposition, ils ont indiqué s’ils étaient certains ou non de leur réponse.

Les résultats finaux ont montré que les participants ont toujours fondé leur certitude sur le fait qu’ils avaient correctement identifié un Daxxy au cours des quatre ou cinq dernières suppositions plutôt que sur toute l’information qu’ils avaient recueillie.

“Ce que nous avons trouvé intéressant, c’est qu’ils pouvaient se tromper sur les 19 premières suppositions d’affilée, mais s’ils avaient raison sur les cinq dernières, ils se sentaient très confiants”, a dit Marti. “Ce n’est pas qu’ils ne faisaient pas attention, ils apprenaient ce qu’était un Daxxy, mais ils n’utilisaient pas tout ce qu’ils avaient appris pour informer leur certitude.”

La certitude d’un apprenant idéal serait fondée sur les observations accumulées au fil du temps ainsi que sur la rétroaction, a dit Marti.

“Si votre objectif est d’arriver à la vérité, la stratégie consistant à utiliser vos commentaires les plus récents, plutôt que toutes les données que vous avez accumulées, n’est pas une grande tactique”, a-t-il dit.

Source : MessageToEagle.com – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *