Découverte d’une araignée à queue conservée dans l’ambre après 100 millions d’années

araignée à queue

Une nouvelle espèce remarquable d’arachnide, ressemblant à une araignée à queue, a été découverte dans l’ambre du Myanmar (anciennement Birmanie), du milieu du Crétacé, il y a environ 100 millions d’années.

Le nouveau spécimen ressemble à une araignée en ayant des crocs, des pédipalpes mâles, quatre pattes de marche et des filières de soie à l’arrière. Cependant, il porte aussi une longue queue. Aucune araignée vivante n’a de queue.

Quatre nouveaux spécimens ont été trouvés, tous minuscules, d’une longueur de corps d’environ 2,5 millimètres, à l’exclusion de la queue de près de 3 millimètres.

“Le nord du Myanmar a produit beaucoup d’ambre et son intérêt s’est accru il y a une dizaine d’années lorsqu’il a été découvert que cet ambre était du milieu du Crétacé ; par conséquent, tous les insectes qu’il contenait étaient beaucoup plus vieux que prévu”, a déclaré Paul Selden de l’Institut paléontologique et du Département de géologie de l’Université du Kansas.

“C’est arrivé en Chine où les négociants vendent aux institutions de recherche. Ces spécimens ont été mis à la disposition de l’Institut de Géologie et Paléontologie de Nanjing.”

Cette nouvelle découverte attrayante confirme une prédiction faite il y a quelques années par Selden et ses collègues lorsqu’ils ont décrit un arachnide à queue similaire, qui ressemblait à une araignée mais sans filières. Ces animaux, issus des périodes beaucoup plus anciennes du Dévonien (il y a environ 380 millions d’années) et du Permien (il y a 290 millions d’années), formaient la base d’un nouvel arachnide, l’Uraraneida, qui se trouve le long de la lignée des araignées modernes.

araignée à queue

Gauche : Tout le spécimen en vue ventrale dorsale. Crédit : KU; droite : Illustration d’un arachnide remarquable de l’ambre birman du Myanmar du milieu du Crétacé (il y a environ 100 millions d’années), qui documente une étape clé de la transition dans l’évolution de l’araignée. Crédit : Dinghua Yang

“Les spécimens que nous avons reconnus auparavant étaient différents en ce sens qu’ils avaient une queue mais n’ont pas de filières”, a dit Selden. “C’est pour cette raison que la nouvelle découverte est vraiment intéressante, à part le fait qu’elle est beaucoup plus jeune ; elle semble être une forme intermédiaire. Dans notre analyse, elle ressort en quelque sorte entre l’ancienne qui n’avait pas développé la filière et l’araignée moderne qui a perdu la queue.”

Le nouvel animal, appelé Chimerarachne d’après la Chimère mythologique grecque, une créature hybride composée des parties de plus d’un animal, se rapproche un peu plus des araignées modernes.

Selden, qui a travaillé en coopération avec ses collègues de Chine, d’Allemagne, de Virginie et du Royaume-Uni, a déclaré que peu de choses sur le comportement quotidien de la petite araignée pourrait être déterminé.

“Nous pouvons seulement supposer que, parce qu’elle était piégée dans l’ambre, elle vivait sur ou autour des troncs d’arbres”, dit-il. “L’ambre est de la résine fossilisée, donc pour qu’une araignée soit piégée, elle peut bien avoir vécu sous l’écorce ou dans la mousse au pied d’un arbre.”

Tandis que l’araignée à queue était capable de produire de la soie en raison de ses filières, Selden a dit qu’il était peu probable qu’elle ait construit des toiles pour piéger les insectes comme beaucoup d’araignées modernes.

“Nous ne savons pas si elle tisse des toiles”, a déclaré le chercheur de la KU. “Les filières sont utilisées pour produire de la soie, mais pour une foule de raisons : envelopper les œufs, creuser des terriers, faire des hamacs ou tout simplement laisser des sentiers. Si elles vivent dans des terriers et partent, elles laissent une trace pour retrouver leur chemin. Elles ont toutes évoluées avant que les araignées n’inventent des pièges à insectes. Les araignées sont montées en l’air quand les insectes sont montés en l’air. Je présume qu’il n’y avait pas de toiles tendues sur des buissons. Cependant, comme toutes les araignées, elle aurait été carnivore et aurait mangé des insectes, j’imagine.”

“Nous en savons beaucoup sur le biote birman pendant le Crétacé”, dit-il. “C’était une forêt tropicale humide assez bonne, et il y a beaucoup d’autres arachnides que nous connaissons, en particulier des araignées, qui sont très semblables à celles que l’on trouve aujourd’hui dans la forêt tropicale d’Asie du Sud-Est. Cela nous amène à nous demander si elles sont encore vivantes aujourd’hui. Nous ne les avons pas trouvées, mais certaines de ces forêts ne sont pas si bien étudiées, et ce n’est qu’une minuscule créature.”

Document de recherche

Source : MessageToEagle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *