Découverte d’une pyramide cachée et de milliers d’anciennes structures mayas

À l’aide d’une technique de cartographie aérienne au laser appelée lidar, une équipe internationale d’archéologues a découvert un nombre incroyable de structures appartenant à l’ancienne civilisation maya qui n’avaient jamais été détectées auparavant – une découverte qui change ce que nous savons de cette société remarquable.

Aussi difficile à croire que cela puisse paraître, cet effort de cartographie, qui est aujourd’hui le plus grand relevé lidar de l’histoire de l’archéologie méso-américaine, a révélé la présence de 61 480 structures anciennes distinctes cachées dans les denses forêts tropicales humides du Guatemala.

“Même si certaines études antérieures sur le lidar nous y avaient préparés, le simple fait de voir la quantité de structures anciennes à travers le paysage était époustouflant”, a déclaré Thomas Garrison, co-auteur de la nouvelle étude et archéologue au Collège Ithaca, à Gizmodo. “Cela fait 20 ans que je me promène dans la jungle maya, mais le lidar m’a montré ce que je n’avais pas vu. Il y avait trois à quatre fois plus de structures que ce que j’avais imaginé. Un site sur lequel je travaille, El Palmar, est maintenant 40 fois plus grand que nous le pensions ! C’est un endroit totalement différent de ce que nous avions imaginé, et cela exige une interprétation totalement nouvelle.”

structures mayas

Grâce au lidar, les archéologues ont pu documenter un nouveau site au nord de Tikal. Le bâtiment allongé en haut à droite fait partie d’un complexe qui peut être antérieur à 500 avant J.-C. De l’autre côté de la vallée se trouve une grande acropole, qui est probablement mille ans plus jeune.
Image : Luke Auld/Thomas Garrison/PACUNAM

Ce projet, dont les détails ont été publiés aujourd’hui dans Science, a fait appel à une équipe de 18 experts des États-Unis, de l’Europe et du Guatemala et, comme le souligne Garrison, il fournit de nouvelles perspectives sur la civilisation maya des basses terres anciennes, particulièrement en ce qui concerne sa démographie, son agriculture et son économie politique.

La civilisation maya des Basses Terres a prospéré pendant près de 2 500 ans, commençant vers 1 000 avant J.-C. et se terminant avec l’arrivée des Européens au XVIe siècle de notre ère. Les anciens Mayas, dont l’aire de répartition s’étendait de ce qui est aujourd’hui le sud du Mexique, le Guatemala et le Belize, étaient connus pour leur architecture sophistiquée, leur art, leur écriture, leur astronomie et leurs mathématiques. À son apogée, cette civilisation s’était répandue sur un territoire de 95 000 kilomètres carrés de superficie, en grande partie des terres humides. Aujourd’hui, une partie importante de ce territoire est obscurcie par la forêt tropicale, difficile à explorer à pied. Par conséquent, il y a certaines lacunes dans notre compréhension des sociétés mayas anciennes.

Et c’est là que le lidar peut nous aider. Cette technique de levé aérien consiste à projeter de la lumière laser pulsée sur une zone cible et à mesurer la lumière réfléchie à l’aide d’un capteur. Il produit ensuite une vue tridimensionnelle à haute résolution de la zone située en dessous, révélant, comme dans ce cas-ci, des caractéristiques de surface inédites.

Le levé lidar a été effectué en 2016 et couvrait 2 144 kilomètres carrés du nord du Guatemala. Les chercheurs, dirigés par Marcello A. Canuto de l’Université de Tulane, ont cartographié une douzaine de zones différentes à Petén, au Guatemala, en acquérant des scans lidar d’établissements et d’infrastructures mayas. Comme nous l’avons mentionné, le levé a permis d’identifier 61 480 structures anciennes, qui ont fait l’objet d’analyses plus poussées à l’aide de cartes préexistantes et de travaux de fouilles antérieurs. Il est toutefois important de noter qu’un grand nombre de ces sites ont également été confirmés par une vérification sur le terrain (c.-à-d. une inspection visuelle des sites à partir du sol) et par la réalisation de nouvelles fouilles, qui ont toutes deux eu lieu entre août et décembre 2017.

structures mayas

Cette étude a nécessité des mois de travail méticuleux, au cours desquels les chercheurs ont dû traduire les données du lidar en interprétations archéologiques significatives. Les trois images ci-dessus représentent le site de Dos Torres, dans les collines karstiques accidentées entre les villes de Tikal et Uaxactun.
Image : Luke Auld-Thomas and Marcello A. Canuto/PACUNAM

“L’une des structures les plus excitantes retrouvées était un petit complexe pyramidal en plein cœur du centre-ville de Tikal”, a déclaré Garrison. “Bien que nous ne connaissions pas encore bien cette structure, le fait que lidar ait révélé une nouvelle pyramide dans une des villes les mieux cartographiées et comprises est incroyable et souligne vraiment combien cette technologie est puissante pour les archéologues.”

En examinant les données de lidar, les chercheurs estiment qu’entre 7 et 11 millions de personnes ont vécu dans les basses terres mayas pendant la période classique tardive (650 à 800 ap. J.-C.). Cette population ancienne était inégalement répartie dans les basses terres centrales, avec des degrés d’urbanisation variables.

C’est beaucoup de gens, et cela signifie probablement qu’une partie importante des terres humides a dû être modifiée à des fins agricoles pour soutenir cette population. Comme l’écrivent les auteurs de l’étude :

Environ la moitié des basses terres centrales sont des terres humides saisonnières appelées bajos. Comme les établissements permanents avaient tendance à éviter ces zones sujettes aux inondations et mal drainées, ils sont restés en grande partie inhabités et pouvaient ensuite être utilisés, après un investissement supplémentaire, pour l’agriculture intensive.

En effet, environ 1 314 kilomètres carrés de terres ont été utilisés pour l’agriculture, dont 362 kilomètres carrés ont dû être fortement modifiés.

Les balayages ont également révélé un vaste réseau routier (les chercheurs ont documenté environ 106 kilomètres de chaussées), qui reliait les villes et les villages. Beaucoup de ces centres urbains étaient fortement fortifiés, ce qui n’était pas prévu.

“Les réseaux de chaussées que nous voyons reflètent une époque antérieure pour les Mayas – ce que nous appelons les Préclassiques – où les villes étaient reliées par de longues routes qui traversaient le paysage de la jungle”, a dit Garrison. “À l’époque classique, les Mayas étaient divisés en douzaines de cités-États concurrentes, chacune ayant sa propre dynastie locale. Il semble qu’une partie de l’entretien de ces royaumes impliquait des investissements dans des projets d’infrastructure importants pour intégrer la population (chaussées internes), nourrir la population (systèmes de champs extensifs), et protéger le royaume (terrassements défensifs).”

En effet, les Mayas se livraient à la guerre de temps à autre. Garrison dit que leurs propres comptes rendus écrits décrivent la guerre de façon vivante, dans un cas en utilisant les ouragans comme métaphore de la fureur de la guerre et dans un autre cas, en décrivant ses conséquences comme “l’empilement de crânes et la formation de flaques de sang”. Les archéologues connaissaient également certains travaux de terrassement défensifs sur des sites comme Tikal, et même à des points stratégiques du paysage dans la région occidentale maya. Mais les nouvelles données du lidar montrent que ces caractéristiques étaient beaucoup plus courantes que les archéologues ne l’avaient imaginé, reflétant un niveau de militarisation jusque-là inconsidéré.

“Par exemple, je travaille dans le petit royaume d’El Zotz, la ville la plus proche de Tikal. Lidar a révélé une véritable forteresse sur le bord d’un escarpement entre ces deux villes”, a dit Garrison à Gizmodo. “La citadelle est protégée par des murs de plus de 7 mètres de haut, et il y a un grand réservoir artificiel qui ressemble à une piscine olympique. En d’autres termes, cet endroit, appelé La Cuernavilla, était prêt pour un siège. Ce n’est pas vraiment le genre de conflit auquel nous pensons pour les anciens Mayas.”

Garrison admet que le lidar n’est pas parfait, qu’il manque certaines choses et qu’il donne parfois l’impression que les éléments naturels sont artificiels. Dans l’ensemble, cependant, il estime qu’“il s’agit d’une empreinte presque complète de l’ancien Maya”. Ce qui soulève une autre limite.

“Ces images représentent toute la durée de l’ancienne civilisation maya. C’est plus de 2 000 ans comprimés dans les images que vous voyez”, dit-il. “Tout n’était pas occupé en même temps, et c’est maintenant à nous, archéologues, de régler tout cela. Mais nous sommes certainement heureux d’avoir ces nouveaux problèmes !”

[Science]

Source : Gizmodo – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *