Découverte d’inscriptions hiéroglyphiques inconnues par des chercheurs polonais à Gebelein, Égypte

Science in Poland rapporte que des douzaines d’inscriptions hiéroglyphiques auparavant inconnues ont été découvertes par des chercheurs polonais travaillant à Gebelein, situé sur le Nil, à environ 40 km au sud de Thèbes, dans le gouvernorat de la Nouvelle Vallée, en Égypte.

Les inscriptions, qui ont été trouvées sur les rochers près du temple d’Hathor, contiennent des prières aux divinités et ont été faites par des pèlerins ou des prêtres, selon les chercheurs.

Des chercheurs polonais ont déterminé que le temple a été fondé sous le règne d’Hatchepsout, il y a 3,5 mille ans, et qu’il était dédié à la déesse Hathor.

“Le scribe du temple Senebiu vénère Hathor, Dame de Gebelein”, se lit l’une des inscriptions découvertes par une équipe de scientifiques polonais travaillant à Gebelein. Comme quelques dizaines d’autres, elle a été gravée sur une surface rocheuse près de la chapelle de la déesse Hathor, vieille de 3,5 mille ans.

Des inscriptions ont été trouvées sur une surface rocheuse près de la chapelle de la déesse Hathor, vieille de 3,5 mille ans. Crédit d’image : PAP/Science in Poland

“Les inscriptions découvertes par notre mission sont une source inestimable pour la recherche sur les croyances religieuses populaires”, a déclaré à PAP Wojciech Ejsmond, doctorant au Centre de recherche sur l’Antiquité de l’Europe du Sud-Est de l’Université de Varsovie, qui a dirigé l’expédition polonaise travaillant à Gebelein.

“Nous connaissons les croyances égyptiennes principalement grâce aux textes officiels des temples monumentaux et des tombeaux, faits pour les membres de la famille royale et de l’élite.”

La traduction faite par l’égyptologue Dawid F. Wieczorek montre que les gravures découvertes sont principalement des inscriptions religieuses courtes, dans lesquelles les scribes vénèrent des divinités. Certains pourraient être créés à diverses occasions, par exemple les fêtes religieuses.

Les inscriptions, gravées simplement ou gravées et peintes, datent de 1770 avant J.-C. à 1400 avant J.-C., de la fin du Moyen Empire au début du Nouvel Empire.

Hathor était vénérée dans le temple le plus proche, et Anubis et Sobek dans les autres lieux de la région. Des signatures sont visibles dans certaines inscriptions, ce qui permet aux chercheurs d’apprendre les noms des anciens scribes ; par exemple Senebiu.

Il est également important d’ajouter que le travail avec ces inscriptions situées dans des endroits si difficiles d’accès n’était certainement pas facile et exigeait à la fois des rampes et de l’équipement.

Article original

Source : Ancient Pages

Voir les commentaires (1)

  • Bonjour,
    Permettez quelques mots sur la déesse Hathor, aussi connu sous le nom de Myriam et auteure du premier Livre du pentateuque, la Genèse.
    L'Egypte a gardé le souvenir de Myriam et l'a glorifiée sous le nom de Hathor (Ha-thorah, la Loi, en hébreu). Les égyptologues nous disent que Hathor est la forme sensible d'Isis.
    On l'appelle la Déesse au clair visage, de qui émanent les joies pures de la vie. On la prend aussi pour la Muse divine, qui embellit et charme l'existence par l'amour, le chant et l'allégresse. Elle protège, comme une fée bienveillante, les petits enfants et choisit leur destinée.
    Dans le Salon égyptien du British Muséum de Londres se trouve une Hathor adorée par le Pharaon Thotmès. Ce monolithe a été pris à Karnak. La légende suivante est inscrite sur le trône de cette Déesse : « La divine Mère et Dame ou Reine du Ciel », puis « Etoile du Matin » et « Lumière des mers » (Stella matutina et Lux maris).
    C'est avec les louanges adressées à Hathor qu'on a fait les litanies de la Vierge Marie.
    Le nom de Hathor signifie aussi le Beau et le Bien.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/histoire-des-israelites.html
    Cordialement.

Ce site Web utilise des cookies. En savoir plus