Le plus vieil animal découvert au monde pourrait être le “Saint Graal” de la paléontologie

plus vieil animal

Le plus vieil animal du monde est différent de tout ce que nous avons vu auparavant. Cette créature bizarre peut être le Saint Graal de la paléontologie.

Des scientifiques de l’Université nationale australienne ont découvert des molécules de graisse dans un fossile ancien pour révéler le plus ancien animal confirmé dans le dossier géologique ayant vécu sur Terre il y a 558 millions d’années.

L’étrange créature appelée Dickinsonia, qui mesurait jusqu’à 1,4 mètre de long et était de forme ovale avec des segments en forme de côtes le long de son corps, faisait partie de la faune de l’Édiacarien qui vivait sur Terre 20 millions d’années avant l’“explosion cambrienne” de la vie animale moderne.

Le fossile de Dickinsonia a été découvert dans une région éloignée près de la mer Blanche, au nord-ouest de la Russie. Il était si bien conservé que les tissus contenaient encore des molécules de cholestérol, un type de graisse qui est la marque de la vie animale.

Jochen Brocks, professeur agrégé principal et chercheur principal à l’ANU Research School of Earth Sciences, a déclaré que l’“explosion cambrienne” a été le moment où les animaux complexes et d’autres organismes macroscopiques – comme les mollusques, les vers, les arthropodes et les éponges – ont commencé à dominer la chronique des fossiles.

“Les molécules de graisse fossile que nous avons trouvées prouvent que les animaux étaient grands et abondants il y a 558 millions d’années, des millions d’années plus tôt qu’on ne le pensait, a déclaré Brocks dans un communiqué de presse.

“Les scientifiques se battent depuis plus de 75 ans pour savoir ce qu’étaient Dickinsonia et d’autres fossiles bizarres de la faune de l’Édiacarien : amibes unicellulaires géantes, lichens, expériences d’évolution ratées ou les premiers animaux sur Terre. La graisse fossile confirme maintenant Dickinsonia comme le plus ancien fossile animal connu, résolvant un mystère vieux de plusieurs décennies qui a été le Saint Graal de la paléontologie.”

plus vieil animal

Ilya Bobrovskiy, doctorante à l’Australian National University, a déclaré que l’équipe avait mis au point une nouvelle approche pour étudier les fossiles de Dickinsonia, qui détiennent la clé entre le vieux monde dominé par les bactéries et le monde des grands animaux qui a émergé il y a 540 millions d’années lors de l’explosion cambrienne.

“Le problème que nous avons dû surmonter a été de trouver des fossiles de Dickinsonia qui retiennent une partie de la matière organique “, dit Bobrovskiy.

“La plupart des roches contenant ces fossiles, comme celles des collines d’Ediacara en Australie, ont enduré beaucoup de chaleur, beaucoup de pression, et ensuite elles ont été altérées – ce sont les roches que les paléontologues ont étudiées pendant plusieurs décennies, ce qui explique pourquoi elles étaient coincées sur la question de la véritable identité de Dickinsonia.”

Les paléontologues étudient normalement la structure des fossiles, mais M. Bobrovskiy a extrait et analysé des molécules du fossile de Dickinsonia trouvé dans des roches anciennes en Russie pour faire cette découverte révolutionnaire.

“Ces fossiles se trouvaient au milieu des falaises de la Mer Blanche, hautes de 60 à 100 mètres. J’ai dû m’accrocher au bord d’une falaise sur des cordes et creuser d’énormes blocs de grès, les jeter, laver le grès et répéter ce processus jusqu’à ce que je trouve les fossiles que je cherchais”, dit Bobrovskiy.

Les molécules d’étude de ces organismes antiques étaient un changeur de jeu et les scientifiques pouvaient à peine en croire leurs yeux.

Avant cette découverte, les scientifiques n’étaient pas certains que Dickinsonia était un animal, c’est-à-dire qu’il appartenait à Animalia, le même royaume biologique que les humains.

“Quelle que soit leur apparence”, écrivent les auteurs, “la découverte de grands animaux de Dickinsonia révèle que l’apparition de la faune de l’Édiacarien dans les archives fossiles n’est pas une expérience indépendante de grande taille mais bien un prélude à l’explosion cambrienne de la vie animale”.

Source : MessageToEagle.com – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *