Une ancienne cité cachée découverte sous le lac Titicaca

Titicaca

À cinq minutes de la ville de Tiquina, sur les rives du lac Titicaca, des archéologues ont trouvé les restes d’une ancienne civilisation sous les eaux du lac.

La découverte a été faite il y a 10 ans, par Christophe Delaere, un archéologue de l’Université libre de Belgique, en suivant les informations fournies par les habitants. 24 sites archéologiques submergés ont été identifiés sous le lac, selon la BBC.

Le plus important de ces sites se trouve à Santiago de Ojjelaya, et le gouvernement bolivien a récemment accepté d’y construire un musée pour préserver à la fois les structures sous-marines et celles qui sont sur terre.

Titicaca

Lac Titicaca. Photo par Alex Proimos CC BY SA 2.0

Le projet devrait être terminé en 2020 et coûtera environ 10 millions de dollars. Le gouvernement bolivien finance le projet avec l’aide de l’UNESCO et est soutenu par l’agence belge de coopération au développement.

Le bâtiment proposé comprendra deux parties et couvrira une superficie d’environ 2,3 acres (9 360 mètres carrés). Une partie du musée sera située sur la rive et exposera des artefacts qui ont été collectés du fond du lac. La deuxième partie sera partiellement submergée, avec d’énormes murs de verre qui donneront sur le lac, permettant aux visiteurs de voir la “ville cachée” en dessous.

Titicaca

Ancienne poterie de Tiwanaku au Musée Ethnologique, Berlin-Dahlem.

Selon la chaîne Bolivia Travel Channel, le musée facilitera le démarrage d’une entreprise de tourisme archéologique, qui “sera un centre de villégiature et de recherche archéologique, géologique et biologique, des caractéristiques qui le rendent unique au monde”, selon Wilma Alanoca Mamani, titulaire du portefeuille de l’Etat plurinational. Christophe Delaere a déclaré que la conception du bâtiment intègre des éléments d’architecture utilisés par les cultures andines qui ont habité la région.

Jose Luis Paz, directeur du patrimoine au ministère bolivien de la Culture, affirme que deux types de ruines sous-marines seront visibles lorsque le bâtiment sera terminé : les sites d’offrandes religieuses/spirituelles, principalement sous-marines, et les lieux où les gens ont vécu et travaillé, qui étaient principalement sur le littoral. Il a poursuivi en disant que les sites spirituels ont probablement été inondés beaucoup plus tard que les colonies.

Titicaca

Chullpas de l’époque de Tiwanaku. Photo : Diego Delso CC BY-SA 4.0

Une équipe de plongeurs archéologues et d’experts boliviens et belges ont localisé des milliers d’objets dans les sites sous-marins. Certaines de ces pièces seront remontées, mais la plupart resteront sous l’eau car elles sont assez bien conservées.

Wilma Mamani a dit que plus de 10.000 objets ont été trouvés, y compris des pièces d’or et de céramique et divers types de bols et autres récipients. Les objets sont des civilisations pré-Inca Tiwanaku. Certains artefacts ont été estimés à 2 000 ans et d’autres remontent à l’époque où l’empire Tiwanaku était l’une des principales civilisations andines.

Titicaca

Porte du Soleil, Tiwanaku, dessiné par Ephraim Squier en 1877.

Tiwanaku était une civilisation majeure en Bolivie, avec la principale ville construite à environ 4 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, près du lac Titicaca, ce qui en a fait un des plus hauts centres urbains jamais construits.

La ville a atteint son apogée entre 500 et 1000 après J.-C. et, à ce moment, elle comptait environ 10.000 habitants. On ne sait pas exactement quand la civilisation s’est installée, mais on sait que les gens ont commencé à s’installer autour du lac Titicaca vers 2 000 ans avant J.-C.

Titicaca

La Porte du Soleil de la civilisation Tiwanaku en Bolivie.

Selon Live Science, l’ancien nom de la ville est inconnu, car ils n’ont jamais développé une langue écrite, mais les preuves archéologiques suggèrent que l’influence culturelle Tiwanaku atteint à travers les Andes du sud, en Argentine, au Pérou et au Chili, ainsi que la Bolivie.

Tiwanaku a commencé à décliner vers l’an 1000 après J.-C. et la ville a finalement été abandonnée. Elle a tout de même conservé une place importante dans la mythologie du peuple andin, qui la considérait comme un site religieux.

Outre les avantages évidents de pouvoir étudier et partager les artefacts des civilisations anciennes, le projet a aussi un autre avantage. La plupart des gens qui vivent actuellement dans la région vivent de l’agriculture ou de la pêche.

Ce projet offre la possibilité de créer de nouveaux emplois pour les résidents locaux, ce qui peut empêcher les gens de quitter la région en raison du manque de possibilités, ce qui contribue à revitaliser les collectivités locales.

Lire aussi : Découverte : Un masque de pierre rare de 9 000 ans utilisé lors d’anciens rituels

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *