Un cercueil égyptien que l’on pensait vide contient une momie âgée de 2 500 ans

Une momie de 2 500 ans a été retrouvée dans un ancien cercueil égyptien qui a été classé par erreur comme étant vide il y a 150 ans.

Le sarcophage était l’un des quatre anciens et complexes cercueils égyptiens acquis vers 1860 par Charles Nicholson, ancien chancelier de l’Université de Sydney. À l’intérieur, trois des cercueils contenaient des momies, mais on croyait que le quatrième cercueil était soit vide, soit rempli de débris. Personne n’a pris la peine d’ouvrir le sarcophage et d’enquêter sur son contenu.

Cependant, les scientifiques ont finalement enlevé le couvercle du cercueil et à leur grande surprise, ils ont découvert qu’il contenait une momie ancienne.

cercueil égyptien

Selon Jamie Fraser, l’enquêteur principal et conservateur principal au Nicholson Museum de Sydney, la momie est celle d’un être humain, un adulte probablement âgé d’environ 30 ans.

“Les hiéroglyphes montrent que l’occupant original du cercueil qui date de 600 avant J.-C. était une prêtresse appelée Mer-Neith-ith-it-es. L’Égypte était alors gouvernée par des Égyptiens de souche”, rapporte USA Today.

“Nous savons par les hiéroglyphes que Mer-Neith-it-it-es travaillait dans le temple de Sekhmet, la déesse à tête de lion. Il y a des indices dans les hiéroglyphes et la façon dont la momification a été faite et le style du cercueil qui nous disent comment ce temple de Sekhmet a pu fonctionner”, a dit M. Fraser.

cercueil égyptien

Les scientifiques ont terminé des tomodensitométrie (TDM) détaillées et un balayage laser à des fins de modélisation 3D et les premiers résultats montrent la présence de plusieurs os, bandages, fragments de résine et plus de 7000 perles de verre provenant d’un châle funéraire.

Malheureusement, la momie a été “fortement perturbée” et probablement volée pour des bijoux et des amulettes par des voleurs de tombes, mais les scientifiques pensent que cette découverte est une occasion rare de tester le cadavre qui pourrait aider à percer des mystères autour de l’Egypte ancienne.

“Nous pouvons commencer à poser des questions intimes sur la pathologie, l’alimentation, les maladies et le mode de vie de cette personne”, a dit M. Fraser.

Source : Ancient Pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *