Il y a 4 ans, cette île magnifique n’existait pas. Maintenant, elle grouille de vie

Tonga

Il y a quatre ans, cette île est née de presque rien : une vaste formation de roches en saillie surgissant dans le Pacifique Sud, où il n’y avait autrefois que des vagues.

Cet endroit incroyable – émergeant entre deux îles existantes du Royaume des Tonga – n’a pas de nom officiel, mais les habitants l’appellent Hunga Tonga-Hunga Ha’apai (Hunga Tonga), d’après ses voisins et le volcan sous-marin caché qui l’a engendré.

Les scientifiques étudient les îles Hunga Tonga depuis des années, pour en savoir plus sur la façon dont des îles volcaniques extrêmement rares comme celle-ci prennent forme.

Incroyablement, Hunga Tonga n’est que le troisième phénomène volcanique connu de ce type apparu au cours des 150 dernières années, c’est donc une occasion scientifique incroyable d’étudier son environnement ésotérique – et surtout de voir comment ce paysage pourrait ressembler à un autre terrain étrange et rocheux (incluant, hypothétiquement, celui de Mars).

Tonga

(Institut océanographique de Woods Hole)

La plupart du temps, cependant, ces types d’explorations scientifiques de Hunga Tonga se font à distance, à l’aide de relevés aériens ou par satellite.

Mais une récente expédition en bateau sur l’île a donné aux scientifiques une rare occasion de voir de leurs propres yeux le jeune arriviste et d’explorer à pied ses pentes rocheuses.

(NASA Scientific Visualisation Studio)

“Nous étions tous comme des écoliers”, a déclaré Dan Slayback, chercheur en télédétection du Goddard Space Flight Centre de la NASA, sur le blog Earth Expeditions de l’agence spatiale.

“C’est surtout du gravier noir, je n’appellerai pas ça du sable – du gravier de la taille d’un pois – et nous portons surtout des sandales donc c’est assez douloureux parce que ça passe sous les pieds.”

Slayback, qui est en quelque sorte un expert de l’île instantanée, s’est rendu à Hunga Tonga avec un groupe de scientifiques et d’étudiants dans le cadre d’une expédition de recherche organisée par l’Association d’éducation maritime de l’Institut océanographique de Woods Hole en octobre dernier.

Sur l’île, les chercheurs ont effectué des mesures GPS et des levés de drones aériens, enregistrant des données sur l’élévation des blocs rocheux et diverses caractéristiques d’érosion, obtenant ainsi de nouvelles perspectives révélatrices sur le paysage de la Hunga Tonga.

Tonga

(Dan Slayback)

“Immédiatement, j’ai remarqué que ce n’était pas aussi plat qu’il n’y paraît d’après le satellite”, a dit Slayback.

“C’est plutôt plat, mais il y a encore quelques gradients et les graviers ont formé des motifs frais à cause de l’action des vagues.

Et puis il y a l’argile qui s’écoule du cône. C’est de la boue, cette boue argileuse claire. C’est très collant. Donc, même si nous l’avions vu, nous ne savions pas vraiment de quoi il s’agissait, et je suis encore un peu perplexe quant à sa provenance. Parce que ce n’est pas de la cendre.”

Mais ce qui est peut-être le plus remarquable dans cette jeune île, c’est la rapidité avec laquelle la vie semble l’avoir embrassée.

Tonga

(Dan Slayback)

En plus des parcelles de végétation qui poussent sur la masse terrestre (que l’on soupçonne d’avoir été ensemencées par des excréments d’oiseaux), l’équipe a également observé des centaines d’oiseaux marins appelés sternes fuligineuses (Onychoprion fuscatus) nichant dans les ravines de la falaise de Hunga Tonga, ainsi que des chouettes lapones qui passent au-dessus.

“Cela m’a vraiment surpris de constater à quel point il était précieux d’être présent en personne pour certains de ces événements”, a dit M. Slayback.

“Cela rend vraiment évident pour vous ce qui se passe avec le paysage.”

Mais ce paysage est déjà menacé. Des îles volcaniques comme celle-ci ne durent parfois que quelques mois avant que l’érosion ne les replonge dans le néant, et personne ne sait avec certitude combien de temps les îles Hunga Tonga vont garder la tête hors de l’eau.

Pour l’instant, le pronostic est sombre.

“L’île s’érode par les pluies beaucoup plus rapidement que je ne l’imaginais”, a dit M. Slayback.

“Nous nous sommes concentrés sur l’érosion de la côte sud où les vagues s’effondrent, ce qui se poursuit. C’est juste que toute l’île est en train de s’écrouler aussi.”

Pendant ce temps, les scientifiques apprennent tout ce qu’ils peuvent sur ce havre de paix éphémère, et pour les étudiants qui participent au voyage de recherche, l’expérience constitue des souvenirs inoubliables et uniques.

“Je suis descendue dans le petit bateau avec quelques autres, prête à faire le court voyage vers l’île que l’on pourrait décrire comme une masse terrestre semblable à Mars”, a noté Mariah Reinke, l’une des élèves, dans un article de blog.

“En sautant sur la plage de sable noir en forme de cailloux, je me suis demandé comment j’allais décrire ça aux autres.”

Lire aussi : Une des îles du Japon vient de disparaître sous les vagues, et personne n’a remarqué

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *