Il y a de plus en plus de preuves que le continent africain se divise en deux

continent africain se divise

Une grande fissure, qui s’étend sur plusieurs kilomètres, a fait son apparition soudaine plus tôt cette année dans le sud-ouest du Kenya. Cette déchirure, qui ne cesse de s’aggraver, a provoqué l’effondrement d’une partie de la route Nairobi-Narok.

Initialement, l’apparition de la fissure était liée à l’activité tectonique le long du Rift est-africain.

Mais bien que les géologues pensent maintenant qu’il s’agit probablement d’un ravin d’érosion, il reste à savoir pourquoi il s’est formé à cet endroit et si son apparition est liée au rift est-africain actuel.

Par exemple, la fissure pourrait être le résultat de l’érosion de sols mous recouvrant une ancienne faille liée au rift.

La Terre est une planète en constante évolution, même si, à certains égards, les changements peuvent être presque imperceptibles pour nous. La tectonique des plaques en est un bon exemple.

Mais de temps en temps, quelque chose de dramatique se produit et suscite de nouvelles questions sur la division du continent africain en deux.

La lithosphère terrestre (formée par la croûte et la partie supérieure du manteau) est divisée en plusieurs plaques tectoniques. Ces plaques ne sont pas statiques, mais se déplacent les unes par rapport aux autres à des vitesses variables, “glissant” sur une asthénosphère visqueuse.

On discute encore de la nature exacte du ou des mécanismes à l’origine de leur mouvement, mais il est probable qu’ils incluent les courants de convection dans l’asthénosphère et les forces générées à la limite entre les plaques.

Ces forces ne font pas que déplacer les plaques, elles peuvent aussi provoquer leur rupture, former une brèche et potentiellement conduire à la création de nouvelles limites de plaques. Le système du Rift est-africain est un exemple de ce qui se passe actuellement.

La vallée du Rift est-africain s’étend sur plus de 3 000 km du golfe d’Aden au nord vers le Zimbabwe au sud, divisant la plaque africaine en deux parties inégales : les plaques somalienne et nubienne.

L’activité le long de la branche orientale de la vallée du rift, le long de l’Éthiopie, du Kenya et de la Tanzanie, est devenue évidente lorsque la grande fissure est soudainement apparue dans le sud-ouest du Kenya.

Pourquoi la division se produit ?

Lorsque la lithosphère est soumise à une force d’extension horizontale, elle s’étire et devient plus mince. Elle finira par se rompre, ce qui entraînera la formation d’une vallée du rift.

Ce processus s’accompagne de manifestations en surface le long de la vallée du rift sous forme de volcanisme et d’activité sismique. Les failles constituent la première étape de la dislocation continentale et si elles réussissent, elles peuvent mener à la formation d’un nouveau bassin océanique.

Un exemple d’un endroit sur Terre où cela s’est produit est l’océan de l’Atlantique Sud, qui est le résultat de l’éclatement de l’Amérique du Sud et de l’Afrique il y a environ 138 millions d’années – avez-vous remarqué comment leurs côtes correspondent comme des pièces du même puzzle ?

La distension continentale nécessite l’existence de forces d’extension suffisamment importantes pour briser la lithosphère. Le rift d’Afrique de l’Est est décrit comme un type de rift actif, dans lequel la source de ces contraintes réside dans la circulation du manteau sous-jacent.

Sous cette brèche, l’élévation d’un large panache mantellique domine la lithosphère vers le haut, l’affaiblissant sous l’effet de l’augmentation de la température, l’étirant et la cassant par faille.

La preuve de l’existence de ce panache mantellique plus chaud que la normale a été trouvée dans les données géophysiques et est souvent appelée la “super houle africaine”.

Ce super-panache n’est pas seulement une source largement acceptée des forces de traction qui entraînent la formation de la vallée du rift, mais il a également été utilisé pour expliquer la topographie anormalement élevée des plateaux d’Afrique australe et orientale.

Ce n’est pas facile de rompre

Les failles présentent une topographie très particulière, caractérisée par une série de dépressions délimitées par des failles et entourées d’un terrain plus élevé. Dans le système est-africain, une série de vallées de rift alignées et séparées les unes des autres par de grandes failles limitrophes peuvent être clairement vues de l’espace.

Toutes ces fractures ne se sont pas formées en même temps, mais elles ont suivi une séquence commençant dans la région Afar au nord de l’Ethiopie il y a environ 30 millions d’années et se propageant vers le sud en direction du Zimbabwe à un taux moyen de 2,5-5 cm par an.

Bien que la plupart du temps, la formation de nouvelles failles, fissures ou la reprise du mouvement le long d’anciennes failles à mesure que les plaques nubiennes et somaliennes continuent de se séparer peuvent provoquer des tremblements de terre, même si nous ne nous en rendons pas compte la plupart du temps.

Cependant, en Afrique de l’Est, la majeure partie de cette sismicité est répartie sur une vaste zone à travers la vallée du rift et est d’une magnitude relativement faible.

Le volcanisme qui longe cette zone est une autre manifestation superficielle du processus continu de désintégration continentale et de la proximité de l’asthénosphère chaude et fondue à la surface de l’eau.

Une chronologie en action

Le Rift d’Afrique de l’Est est unique en ce sens, il nous permet d’observer les différents stades de la formation des rifts sur toute sa longueur. Au sud, où le rift est jeune, les taux d’extension sont faibles et des failles se produisent sur une vaste zone. Le volcanisme et la sismicité sont limités.

Cependant, vers la région de l’Afar, tout le fond de la vallée du rift est recouvert de roches volcaniques. Cela suggère que, dans cette région, la lithosphère s’est amincie au point de se désintégrer presque complètement.

Lorsque cela se produit, un nouvel océan commencera à se former par la solidification du magma dans l’espace créé par les plaques brisées. Éventuellement, sur une période de plusieurs dizaines de millions d’années, l’étalement du fond marin progressera sur toute la longueur du rift.

L’océan va affluer et par conséquent, le continent africain deviendra plus petit et il y aura une grande île dans l’océan Indien composée de parties de l’Éthiopie et de la Somalie, y compris la Corne de l’Afrique.

Des événements dramatiques, tels que des ruptures soudaines d’autoroutes peuvent donner un sentiment d’urgence à la dérive continentale. Cependant, la séparation est un processus très lent qui, la plupart du temps, va jusqu’à diviser l’Afrique sans que personne ne s’en rende compte.

Lucia Perez Diaz, chercheuse postdoctorale, Fault Dynamics Research Group, Royal Holloway.

Cet article a été publié à l’origine sur The Conversation. Lire l’article original.

Une version antérieure de cet article a été publiée pour la première fois en avril 2018.

Lire aussi : Dans le futur, la Terre n’aura plus qu’un seul continent

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *