Monsanto paie les agriculteurs pour utiliser son pesticide controversé

Le fabricant de pesticides Monsanto, qui a récemment fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires contre ses produits, paye les agriculteurs pour qu’ils utilisent son désherbant controversé XtendiMax avec VaporGrip, un herbicide à base d’un produit chimique connu sous le nom de dicamba, a rapporté Yahoo News.

L’incitation à utiliser XtendiMax vise à rembourser aux agriculteurs plus de la moitié du prix du produit en 2018 s’ils le pulvérisent sur des fèves de soja que Monsanto a conçues pour résister, selon les données de l’entreprise.

“Nous croyons que les incitatifs de remise en argent pour l’utilisation de XtendiMax avec la technologie VaporGrip permettent aux producteurs d’utiliser un système de gestion qui représente le prochain niveau de lutte contre les mauvaises herbes”, a déclaré Ryan Rubischko, directeur de produit chez Monsanto.

Monsanto fait face à des interdictions et des restrictions de ses pesticides dans plusieurs états en raison des récoltes endommagées de son produit qui ont affecté 3,1 millions d’acres dans près de deux douzaines d’états, selon Reuters.

Reuters a rapporté :

XtendiMax coûte environ 11 $ l’acre à acheter, et Monsanto offre un supplément de 6 $ l’acre en remise en argent aux agriculteurs lorsqu’ils l’appliquent sur le soja Xtend, plutôt que d’utiliser une autre combinaison de semences et de produits chimiques pour lutter contre les mauvaises herbes.

Cette remise permet aux agriculteurs de recevoir jusqu’à 11,50 $ par acre en argent comptant l’an prochain lorsqu’ils utiliseront XtendiMax avec d’autres produits chimiques approuvés, comme Intact, qui vise à prévenir la dérive et coûte 2,40 $ l’acre, selon Monsanto.

Selon Reuters, Monsanto a lancé un programme d’incitation à l’utilisation d’herbicides multiples en 2010.

Le lundi de cette semaine, le Missouri a déclaré qu’il interdirait la pulvérisation de XtendiMax dans 10 comtés après le 1er juin 2018, et à l’échelle de l’État après le 15 juillet 2018, a rapporté STLPublicRadio.

Au début du mois dernier, le Dakota du Nord a indiqué qu’il avait l’intention d’interdire l’utilisation des formulations d’herbicides à base de dicamba (XtendiMax, Engenia et FeXapan) après le 30 juin 2018 ou après la première floraison (phase de croissance R1), selon la première éventualité, ce qui limitera l’utilisation des produits.

Le communiqué de presse du ministère de l’Agriculture du Dakota du Nord indique également qu’aucune demande ne peut être présentée si la température de l’air du champ dépasse alors 30 degrés Celsius. L’annonce ajoutait que les applicateurs doivent maintenir une vitesse de 20 kilomètre par heure ou moins lorsqu’ils appliquent des produits, et qu’ils ne peuvent appliquer les produits chimiques qu’une heure après le lever du Soleil à une heure avant le coucher du Soleil.

De plus, le mois dernier, Monsanto a stoppé le lancement d’un nouveau produit chimique dans sa gamme NemaStrike, conçu pour être appliqué sur les semences de cultures afin de les protéger des vers et d’autres insectes, après que des rapports aient indiqué qu’il provoquait d’étranges éruptions cutanées chez les personnes qui avaient été en contact avec le produit chimique.

L’EPA a approuvé l’an dernier l’utilisation d’une nouvelle version du désherbant de Monsanto à base de dicamba sur les cultures au cours de l’été dernier.

Ce produit est également sous le feu des agriculteurs pour avoir causé des dommages généralisés à leurs cultures qui ne sont pas des OGM conçus pour résister à ce produit chimique. Dicamba a même été interdit en Arkansas par le Plant Board que Monsanto a contesté et a poursuivi le groupe pour avoir agi en dehors de son autorité en interdisant l’utilisation de son herbicide et en omettant de considérer la recherche que Monsanto avait soumis aux régulateurs fédéraux.

Le dicamba est considéré comme plus toxique que le glyphosate, mais moins toxique que le 2,4-D, le troisième herbicide à base de dicamba le plus courant. (Monsanto travaille également sur des cultures résistantes au 2,4-D.) Pourtant, lorsqu’il est utilisé correctement, le dicamba n’est considéré comme légèrement toxique que pour les humains, les pollinisateurs, la faune et les organismes aquatiques. Il n’ y a pas de consensus scientifique sur ses propriétés cancérigènes, bien que l’EPA affirme que “le dicamba n’est pas susceptible d’être cancérogène pour l’homme”.

La différence entre le Roundup et le Dicamba est que ce dernier est plus volatil et peut facilement devenir aéroporté et dériver à partir de l’endroit où il a été pulvérisé.

Le glyphosate a également été inscrit comme cancérogène sur la liste Prop 65 de l’EPA de Californie en juillet 2017, tandis qu’une étude publiée en janvier 2017 prouvait que la consommation chronique de faibles niveaux de Roundup (qui contient du glyphosate) causait des maladies du foie chez les animaux.

Le produit chimique a également été considéré comme un “cancérogène humain probable” par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé en mars 2015, et a récemment été trouvé dans cinq marques différentes de jus d’orange, y compris des marques de pointe comme Tropicana, a rapporté Natural Blaze.

Monsanto est confronté à des attaques multiples contre ses produits dangereux, finalement exposé pour leurs éléments cancérigènes dans leurs produits chimiques et d’autres dangers pour la santé dans pas un, pas deux, mais trois produits différents.

L’Environmental Protection Agency des États-Unis a exigé une formation spéciale pour les utilisateurs de dicamba pour 2018, exigeant des agriculteurs qu’ils tiennent des registres prouvant qu’ils se conformaient aux instructions de l’étiquette.

Source : Waking Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *