De mystérieuses interférences technologiques aux pôles de la Terre font l’objet d’une enquête


Quelque chose d’inhabituel interfère avec la technologie aux pôles de la Terre et les scientifiques sont maintenant déterminés à découvrir ce qui se cache derrière ce phénomène mystérieux.

Pourquoi les appareils utilisant des connexions radio ou satellite fonctionnent-ils mal au-dessus des pôles Nord et Sud ?

La NASA veut lancer trois missions pour étudier le cornet polaire nord, un entonnoir dans l’espace qui pourrait donner un indice pour expliquer ce phénomène étrange.

Les trois missions s’inscrivent toutes dans le cadre de l’Initiative Grand Challenge – une série de neuf missions de fusées sondes explorant le cornet polaire.

Chaque seconde, 1,5 million de tonnes de matière solaire jaillissent du Soleil et s’échappent dans l’espace, parcourant des centaines de kilomètres par seconde. Connu sous le nom de vent solaire, ce flux incessant de plasma, ou gaz électrifié, parcourt la Terre depuis plus de 4 milliards d’années. Grâce au champ magnétique de notre planète, il est en grande partie dévié. Mais allez assez au nord, et vous trouverez l’exception.

“La plus grande partie de la Terre est protégée du vent solaire”, a déclaré Mark Conde, physicien de l’espace à l’Université de l’Alaska, Fairbanks.

“Mais tout près des pôles, notre champ magnétique devient un entonnoir où le vent solaire peut descendre jusqu’à l’atmosphère.”

Les cornets polaires ou quelque chose d’autre sont-ils responsables ?

Ces entonnoirs, appelés cornets polaires, peuvent causer des problèmes. L’afflux du vent solaire perturbe l’atmosphère, perturbant les satellites et les signaux radio et GPS.

Le cornet polaire nord a également une zone d’atmosphère dense, ce qui pourrait être un réel problème pour notre engin spatial.

“Une petite masse supplémentaire de 320 km d’altitude pourrait sembler anodine”, a déclaré Conde, le chercheur principal de la mission Cusp Region Experiment-2, ou CREX-2. “Mais le changement de pression associé à cette augmentation de la masse volumique, s’il se produisait au niveau du sol, provoquerait un ouragan continu plus fort que tout ce que l’on trouve dans les relevés météorologiques.”

Cette masse supplémentaire crée des problèmes pour les engins spatiaux qui la traversent, comme les nombreux satellites qui suivent une orbite polaire. Le passage à travers la zone dense peut ébranler leurs trajectoires, ce qui rend la rencontre avec d’autres engins spatiaux ou débris orbitaux plus risquée qu’elle ne l’aurait été autrement.

Le pôle Nord tel qu’observé par la caméra Web de la National Oceanic and Atmospheric Administration North Pole Web Cam, qui fait partie de l’Observatoire environnemental du pôle Nord. Crédit : Domaine public

“Un petit changement de quelques centaines de mètres peut faire la différence entre avoir à faire une manœuvre évasive ou non”, a déclaré Conde.

“La turbulence est l’une des questions les plus difficiles de la physique classique. Nous ne savons pas vraiment ce que c’est parce que nous n’avons pas encore de mesures directes”, a déclaré le physicien spatial norvégien Jøran Moen, qui dirige Cusp Irregularities-5, destiné à mesurer la turbulence et la distinguer des ondes électriques.

Moen compare la turbulence aux tourbillons qui se forment lorsque les rivières s’engouffrent autour des rochers. Lorsque l’atmosphère devient turbulente, les signaux GPS et les signaux de communication qui la traversent peuvent devenir brouillés et envoyer des signaux peu fiables aux avions et aux navires qui en dépendent.

Lire aussi : Le pôle Nord magnétique de la Terre se déplace rapidement et nous pourrions enfin savoir pourquoi

Source : MessageToEagle – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *