Un autre télescope spatial de la NASA est passé en “mode sécurisé”

Quelques jours après Hubble. Qu’est-ce qui se passe là-haut ?

Ça a été une semaine importante pour la NASA. Tout d’abord, le très apprécié télescope spatial Hubble est entré en “mode sécurisé” après la panne de l’un des gyroscopes qui le dirigeait dans la bonne direction.

Puis, jeudi matin, une fusée russe Soyouz a échoué en plein vol, entraînant l’atterrissage d’urgence (en toute sécurité !) du cosmonaute Alexey Ovchinine et de l’astronaute Nick Hague, ce qui a laissé l’organisation spatiale sans moyen d’envoyer des gens dans l’espace et l’équipage de la Station spatiale internationale se retrouve “bloqué”.

Maintenant, l’Observatoire de rayons X Chandra a des problèmes.

Le télescope spatial, qui nous montre l’Univers en détail depuis 1999, est entré en “mode sécurisé” le mercredi 10 octobre, a annoncé la NASA dans un communiqué de presse.

Le “mode sécurisé” est essentiellement une configuration de protection qui maintient le télescope stable jusqu’à ce que le contrôle au sol puisse déterminer ce qui se passe et remettre la mission sur les rails.

La NASA n’est pas sûre de ce qui a causé le problème avec Chandra, mais elle soupçonne qu’il pourrait aussi s’agir d’un gyroscope.

“Tous les systèmes ont fonctionné comme prévu et les instruments scientifiques sont indemnes”, a écrit la NASA dans une mise à jour le 12 octobre. “La cause de la transition en mode sécurisé (impliquant éventuellement un gyroscope) est à l’étude, et nous afficherons plus d’information dès qu’elle sera disponible.”

Les gyroscopes sont importants parce qu’ils aident les engins spatiaux à rester bien orientés.

Pour ajouter aux malheurs de la NASA, son rover Mars Opportunity est coincé depuis le 10 juin, date à laquelle une tempête de poussière a empêché ses panneaux solaires d’être exposés au Soleil.

Son télescope chasseur de planètes Kepler est presque à court de carburant, tout comme l’engin spatial Dawn.

Mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles, les ingénieurs de la NASA pourraient être en mesure de réparer les gyroscopes de Hubble et potentiellement de Chandra à distance.

En outre, toutes les missions susmentionnées ont déjà dépassé leurs objectifs initiaux et ont duré beaucoup plus longtemps que prévu. Toute science que nous obtenons maintenant est un bonus.

“Chandra a 19 ans, ce qui est bien au-delà de la durée de vie initiale de 5 ans”, explique la NASA.

“En 2001, la NASA a prolongé sa durée de vie à 10 ans. Sa mission est maintenant bien avancée et on s’attend à ce qu’elle continue de mener des activités scientifiques de pointe pendant de nombreuses années encore.”

Nous souhaitons à Chandra un prompt rétablissement.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *