Floride : Les chercheurs ne savent pas ce qui tue la barrière de corail

barrière de corail

À l’automne 2014, quelque chose de mystérieux a commencé à arriver à la barrière de corail près de Miami, en Floride. Des taches blanches apparaissaient sur la chair colorée du corail. Les taches ont grandi jusqu’à ce qu’elles consomment toute la chose, ne laissant qu’un squelette derrière elles.

Près de quatre ans plus tard, les chercheurs ne savent toujours pas ce qui détruit les coraux de Miami. Et le problème n’a fait qu’empirer.

La maladie mystérieuse prospère maintenant sur plus de 270 kilomètres de la côte de la Floride et selon le Miami Herald, elle est considérée comme la plus grande et la plus longue infection récifale jamais enregistrée. Toutes sortes d’équipes de recherche, de la National Oceanic and Atmospheric Administration aux universités de Floride, se sont jointes à l’effort pour vaincre ce tueur de corail. Et comme le réchauffement de nos océans soumet déjà les coraux de Floride à un stress important, le troisième plus grand récif du monde pourrait ne pas être en assez bon état pour résister à une maladie comme celle-ci.

Les biologistes sont presque sûrs que ce qu’on appelle le “syndrome blanc” est une infection bactérienne. Mais le fait de préciser quelles espèces de bactéries sont responsables signifierait qu’ils devraient infecter un corail sain avec les bactéries suspectes dans le laboratoire. Mais comme votre propre corps, les coraux hébergent une vaste gamme de bactéries, même lorsqu’ils sont en bonne santé, donc isoler celui qui en est responsable s’est avéré difficile. Il a aussi réussi à passer entre des récifs qui sont physiquement séparés, comme ceux de part et d’autre du pont Seven Mile Bridge, que les chercheurs ne pensaient pas qu’une maladie pouvait traverser. Bref, sa progression est imprévisible.

Comme la maladie évolue si rapidement, les chercheurs n’ont pas le temps d’identifier le coupable avant d’essayer de l’arrêter. Et sérieusement, ils essaient tout : découper les coraux malades, appliquer du chlore ou des antibiotiques sur les coraux comme désinfectant.

Aucun d’entre eux n’a fait l’affaire. À l’heure actuelle, les espoirs reposent sur une tactique de combat qui croît plus lentement, littéralement. Mote Marine Lab, une installation privée et indépendante de recherche marine en Floride, cultive des coraux qui peuvent remplacer les parties d’un récif qui ont subi le plus de dommages. Jusqu’à présent, leurs coraux sont résistants à la maladie, bien qu’ils ne fassent pas grand-chose pour aider les coraux restants autour d’eux à survivre. L’installation prévoit de planter 35 000 coraux produits localement dans les Florida Keys cette année, selon NPR.

Croisons les doigts pour que leurs implants aident à stopper le syndrome. Le Miami Herald note que, dans les années 1980, une maladie tout aussi brutale a frappé le récif de Floride et a poussé deux espèces de coraux, le corail corne de cerf et le corail corne d’élan, sur la liste des espèces en voie de disparition. Mais il y a une chance que cette maladie n’aille pas aussi loin. Il y a 30 ans, nous ne pouvions pas cultiver des coraux sains en laboratoire.

On peut donc dire sans risque de se tromper que nous comprenons mieux que jamais la biologie du corail. C’est peut-être suffisant pour nous aider à stopper leur disparition.

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *