Dans le futur, un quart des 18-34 ans préféreront sortir avec un robot !

Une société américaine de communication estime que parmi les personnes issues de la génération Y, c’est-à-dire les personnes nées entre 1980 et 2000, ils seraient 27 % à s’imaginer un jour avoir une relation amoureuse avec un robot.

Selon une étude publiée le 7 décembre 2017 par la branche britannique de la société Havas Worldwide, de plus en plus de femmes estimeront normal le fait d’entretenir des relations sentimentales avec un robot. L’amour entre robots et humains a été popularisé depuis quelques années à peine, par exemple avec le film Her (2013) dans lequel un homme s’éprend de son assistante personnelle virtuelle après une rupture difficile. Ce film était d’ailleurs l’occasion de rappeler l’existence de Siri, l’assistant vocal à succès avec lequel il est possible de nouer une relation unique.

L’étude en question avait pour but de comprendre l’évolution de la perception de ce type de relation en examinant le futur de l’intelligence artificielle et en analysant l’avis de 12 000 personnes dispersées aux quatre coins du monde. Selon les résultats évoqués, pas moins de 27 % des 18-34 ans, soit un peu plus d’un quart se sont montrés ouverts à une relation amoureuse avec une machine.

Quelques précisions sont néanmoins à apporter. En effet, il faut savoir que dans cette étude, lorsque l’on parle de robots, on évoque davantage des entités virtuelles bien plus évoluées que Siri et des machines physiques qui se rapprocheraient à tous les niveaux des « hôtes » présents dans la série du moment, Westworld.

Les hommes sont-ils décevants au point qu’un quart des jeunes femmes d’aujourd’hui pensent davantage à sortir avec un robot ? En effet, les femmes sont tout de même trois fois plus que les hommes à se montrer ouvertes à une relation sentimentale avec un robot, ces derniers portant davantage leur attention sur les réseaux sociaux. Autre chiffre très parlant : 70 %, soit la part des 18-34 ans à estimer que les réseaux sociaux sont, entre autres, une source de dépression et que le smartphone est d’une manière générale un outil impactant les liens humains.

Sources : SciencePostThe Daily MailAuFemininProlific North

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *