Les scientifiques prédisent la prochaine extinction de masse d’ici 2100

Des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont prédit que l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone depuis le 19ème siècle pourrait déclencher la sixième extinction de masse, une extermination des espèces vivantes sur notre planète. Selon les scientifiques, d’ici 2100, les océans pourraient contenir suffisamment de carbone pour lancer l’extermination massive d’espèces dans les millénaires à venir.

Daniel Rothman, professeur de géophysique au Département des sciences atmosphériques et planétaires et co-directeur du Centre Lorenz au MIT, a identifié des «seuils de catastrophe» : une quantité critique de 310 millions de tonnes de carbone introduites dans les océans.

Si elle est dépassée, elle entraînera un environnement instable et en fin de compte, une extinction massive.

“Cela ne veut pas dire que le désastre surviendra le lendemain”, dit Rothman.

“C’est dire que, si on le laisse sans contrôle, le cycle du carbone se transformera en un domaine qui ne sera plus stable et fonctionnera d’une manière qui serait difficile à prévoir. Dans le passé géologique, ce type de comportement est associé à une extinction massive.”

Le professeur Rothman a déjà travaillé sur l’extinction du Permien, l’extinction la plus sévère de l’histoire de la Terre, où plus de 95% des espèces marines dans le monde ont disparu en raison d’une augmentation massive des niveaux de dioxyde de carbone.

À cette occasion, il voulait répondre à la question de savoir si les émissions actuelles de ces gaz à effet de serre pourraient avoir des conséquences similaires aujourd’hui.

Le problème a surgi dans la comparaison d’un événement géologique, qui a duré des milliers ou même des millions d’années, avec un phénomène dont la durée n’atteint pas les deux siècles où la planète a été industrialisée.

Pour essayer de comparer les deux, il a conçu une formule mathématique basée sur des principes physiques liés au fonctionnement du cycle du carbone.

Ce cycle naturel dépend fondamentalement de l’équilibre entre la photosynthèse (la production de sucres et d’autres molécules du dioxyde de carbone par les plantes et les microbes) et la respiration (l’ensemble des phénomènes développés par les êtres vivants destinés à obtenir de l’énergie et à produire du dioxyde de carbone à leur tour).

Rothman voulait vérifier si sa formule fonctionnait ou non, alors il s’est mis au travail avec des données historiques déjà collectées.

Le professeur Rothman a analysé des centaines d’articles de géochimie déjà publiés et identifié 31 événements au cours des 542 millions d’années au cours desquels il y a eu un changement significatif dans le cycle du carbone de la Terre à cause de causes naturelles.

Rothman a mesuré la nature et la durée des changements et les a associés à la quantité de CO2 dissoute dans les océans à ce moment-là.

Très vite, il a trouvé un seuil commun à la plupart des 31 événements.

Presque tous étaient très bénins et ne pouvaient pas déstabiliser la planète.

Le fait inquiétant est que quatre des cinq extinctions massives, qui ont poussé le cycle du carbone hors de contrôle, ont dépassé ce seuil.

À la lumière de ces données, le chercheur a calculé combien de temps il faudra pour atteindre ce seuil aujourd’hui.

Selon les données du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), cela se produira d’ici l’an 2100.

Comme l’a noté le MIT, le meilleur scénario prévoit que les humains ajouteront environ 300 gigatonnes de carbone aux océans terrestres d’ici l’an 2100, tandis que plus de 500 gigatonnes seront ajoutés dans le pire des cas, dépassant largement le seuil critique. Dans toutes les situations, Rothman montre que d’ici 2100, le cycle du carbone sera proche ou bien au-delà du seuil de catastrophe.

“Il devrait y avoir des façons de retransmettre [les émissions de dioxyde de carbone]”, dit Rothman. “Mais ce travail souligne les raisons pour lesquelles nous devons faire attention, et cela donne plus de raisons d’étudier le passé pour informer le présent.”

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *