Le feu : Symbole puissant qui a joué un rôle clé dans l’histoire de l’humanité

le feu

Le feu a joué un rôle important dans la vie humaine depuis l’aube de l’histoire.

Généralement, il symbolise l’éternité, la chaleur, l’amour, l’illumination spirituelle, l’enfer, la punition, le mal, la sorcellerie, le martyre, le sacrifice, la persécution, la maison, la protection, la fertilité, l’énergie divine, la purification et la proximité spirituelle entre les hommes et l’esprit.

Le feu peut symboliser les flammes du Soleil, qui lui-même a des qualités de chaleur, de lumière et de puissance créatrice. En raison de ces qualités, on associe ainsi force de vie et force créatrice masculine et en général, force de vie incroyable, au sein d’un être humain. C’était un signe de vigueur, de force et d’énergie psychique.

Le feu dans les religions et les mythes du monde

Il est utilisé dans les rites et le symbolisme religieux depuis des centaines d’années ; l’image principale de la fumée du feu se disperse dans le ciel. Associé au Soleil, le feu est purifiant et/ou destructeur, révèle la puissance spirituelle et a donc joué un rôle important dans les principaux rituels et cérémonies religieuses à travers le monde.

Dans les croyances hindoues, Agni est un puissant dieu du feu hindou, et l’un des cinq éléments sacrés dont sont composés tous les êtres vivants est le feu. Le feu est considéré comme un témoignage éternel essentiel aux cérémonies religieuses sacrées. Dans le christianisme, le feu est un symbole du Saint-Esprit et est souvent utilisé dans d’innombrables descriptions de l’enfer.

Dans la religion zoroastrienne, le Créateur a fait le monde entier de feu, d’eau, de terre et d’éther qui nourrit tout. Le feu est continuellement utilisé pour représenter Ahura Mazda – Dieu des Zoroastriens, y compris le feu à Yazda, qui brûle depuis plus de deux millénaires.

Les dieux créateurs dans les mythes de nombreuses cultures anciennes possédaient ces qualités mêmes et étaient donc liés au Soleil.

Le feu était important pour l’agriculture ; il était courant d’utiliser le feu dans divers rituels, où les torches, les feux de joie, les braises et même les cendres étaient considérés comme capables de stimuler la croissance des champs de maïs et le bien-être de l’homme et des animaux.

Le feu dans l’alchimie et l’astrologie

En alchimie, le feu est associé à l’élément chimique du soufre et son symbole est un triangle dirigé vers le haut. Dans l’Europe antique, les chimistes savants parlaient du feu comme d’un “facteur de transmutation” parce qu’ils croyaient que toutes les choses explosaient du feu et retournaient dans le feu. Les alchimistes ont un concept important du feu comme “un élément qui opère au centre de toutes choses”, comme un facteur unificateur et stabilisateur.

L’un des symboles alchimiques les plus importants est un incroyable oiseau de feu mythique, Phoenix, symbole du Soleil, de l’immortalité, de la renaissance par le feu et de la vie éternelle.

Paracelse, alchimiste, médecin, astrologue et occultiste, a démontré le parallèle entre le feu et la vie, soulignant que les deux doivent se nourrir d’autres vies pour rester en vie.

Dans la “roue de la fortune” astrologique, les signes du feu sont énergiques et pleins de force.

Le feu comme l’un des quatre éléments

Le feu, accompagné par l’eau, la terre et l’air ont été reconnus comme les quatre éléments primaires par Aristote et Platon et par un philosophe grec, Héraclite d’Éphèse (vers 535 av. J.-C. – 475 av. J.-C.).

Dans son Dictionnaire des symboles, Juan-Eduardo Cirlot Laporta dit que dans les hiéroglyphes égyptiens, le feu est aussi lié au symbolisme solaire de la flamme, et lié aux concepts de vie et de santé car il est issu de l’idée de chaleur du corps. Il est également allié au concept de supériorité et de contrôle (19), ce qui montre que le symbole s’était alors transformé en une expression d’énergie spirituelle.

Dans le système d’Héraclite, le cosmos se réfère au “feu éternel”. Héraclite assimile le feu à Dieu/Zeus comme le dit l’ordre divin : “Le tonnerre dirige toutes choses”, faisant allusion au pouvoir directeur du feu, un élément important étant l’origine de toutes choses, mais en même temps, il est le plus inconstant et le plus changeant. Héraclite a observé que toutes choses sont échangées contre le feu, et le feu pour toutes choses. Le feu se transforme en eau puis en terre ; la terre se transforme en eau puis en feu.

Le feu dans la Bible

Dans la Bible, le feu fait partie de la révélation de la Déité.

le feu

Quand Dieu s’est révélé à l’humanité, l’événement a été accompagné par le feu. Lorsque nous brûlons les lampes et les bougies le jour des morts et prions, notre prière est un symbole d’admission des morts à l’éternité de la lumière, car le feu symbolise la lumière.

Le feu est un symbole de purification, qui est la coutume de la crémation dans certaines cultures. La flamme d’un feu qui change constamment exprime la vie, c’est donc un élément permanent des pierres tombales que ce soit sous la forme d’une bougie ou d’une torche. En tant que symbole de purification, le feu s’est manifesté par la destruction du mal et de la peste.

Dans l’Apocalypse de Saint Jean, l’Apôtre, c’est un feu punissant dans lequel les pécheurs brûleront.

8:5. dit : “Et l’ange prit l’encensoir, le remplit du feu de l’autel et le jeta sur la terre ; il y eut des tonnerres, des voix, des éclairs et un grand séisme.”

Le feu dans les arts

Le feu est souvent présenté par les artistes comme une purification. Un tableau du peintre anglais John Martin de 1852 est intitulé “Destruction de Sodome et Gomorrhe”.

le feu

La destruction de Sodome et Gomorrhe par John Martin

Il montre l’histoire biblique de la destruction des deux villes de Sodome et Gomorrhe. L’acte de destruction a été commis par Dieu qui a utilisé la pluie de soufre et le feu du ciel pour punir les gens pour leur méchanceté et leur débauche incontrôlée. Dans ce cas, le peintre a utilisé le feu pour symboliser la punition, une destruction et un malheur indomptables.

On croit que le feu est un symbole du mal et du malheur et que les flammes vives du feu représentent de nouvelles pensées ou la passion et le désir sexuel.

Il ne fait aucun doute que le feu a longtemps été l’une des plus grandes inspirations de la population, notamment des artistes et peut-être des fous.

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *