Les Aurignaciens : Une culture sophistiquée et mystérieuse qui est arrivée au Levant il y a 40 000 ans – Nouvelle étude


Qui étaient exactement les Aurignaciens, qui vivaient dans le Levant il y a 40 000 ans ?

La culture aurignacienne est apparue pour la première fois en Europe il y a environ 43 000 ans et est connue pour avoir produit des outils en os, des objets, des bijoux, des instruments de musique et des peintures rupestres. C’était une culture à la fois sophistiquée sur le plan culturel et mystérieuse qui avait émigré d’Europe vers le Levant il y a environ 40 000 ans.

Les Aurignaciens ont fait des images étonnantes avec des points. La découverte témoigne de ce qu’on appelle les “techniques pointillistes” utilisées il y a 35 000 ans déjà. Image : R. Bourrillon

Les Aurignaciens sont considérés comme la culture humaine la plus ancienne d’Europe, qui possédait, entre autres, une connaissance des “techniques pointillistes”. Il s’agissait d’une technique de peinture (pointillisme), dans laquelle de petits points sont utilisés pour créer l’illusion d’une image plus grande.

Cette technique ancienne mais novatrice a été adoptée par de grands artistes des XIXe et XXe siècles tels que Georges Seurat, Vincent Van Gogh, Camille Pissarro et Roy Lichtenstein.

De nombreux mystères concernant l’Aurignacien ne sont pas encore élucidés, mais la découverte de dents dans la grotte de Manot, située en Galilée occidentale, en Israël, et découverte en 2008, éclaire une population connue pour ses contributions culturelles, selon les chercheurs de TAU.

Vue de la grotte de Manot et d’un gros plan de la zone où l’on a trouvé quelques dents. Israël Hershkovitz/Amis américains de l’Université de Tel Aviv.

Pendant des années, les chercheurs ont cru que l’entrée de l’homme moderne en Europe avait entraîné le déclin rapide des Néandertaliens, soit par la confrontation violente, soit par la lutte pour le contrôle des sources alimentaires.

Mais des études génétiques récentes ont montré que les Néandertaliens n’ont pas disparu. Au lieu de cela, ils se sont assimilés aux populations d’immigrants humains modernes. La nouvelle étude ajoute d’autres preuves à l’appui de cette théorie. Les Aurignaciens sont arrivés d’Europe en Israël il y a environ 40 000 ans et se composaient de Néandertaliens et d’Homo sapiens.

“Contrairement aux os, les dents sont bien conservées parce qu’elles sont faites d’émail, la substance du corps humain la plus résistante aux effets du temps”, a déclaré la Dre Rachel Sarig de l’École de médecine dentaire de l’UAT et du Centre Dan David pour l’évolution humaine et la recherche biohistorique, dans un communiqué.

“La structure, la forme et la topographie ou les bosses de surface des dents ont fourni des informations génétiques importantes. Nous avons pu utiliser la forme externe et interne des dents trouvées dans la grotte pour les associer à des groupes d’hominidés typiques : Neandertal et Homo sapiens.”

Les molaires supérieure et inférieure ont été prélevées dans la grotte de Manot, datée d’il y a 38 000 ans et présentant un mélange de caractéristiques. Crédit : Dre Rachel Sarig.

Les chercheurs ont effectué des tests de laboratoire approfondis à l’aide de scanners micro-CT et d’analyses 3D sur quatre des dents. Les résultats ont surpris les chercheurs : Deux dents présentaient une morphologie typique de l’Homo sapiens ; une dent présentait des caractéristiques caractéristiques des Néandertaliens ; la dernière dent présentait une combinaison des caractéristiques du Néandertal et de l’Homo sapiens.

Cette combinaison de caractéristiques néandertaliennes et humaines modernes n’a, à ce jour, été trouvée que dans les populations européennes du début du paléolithique, ce qui suggère leur origine commune.

“Suite à la migration des populations européennes dans cette région, une nouvelle culture a existé dans le Levant pendant une courte période, environ 2.000-3.000 ans. Elle a ensuite disparu sans raison apparente”, ajoute le Dr Sarig. “Maintenant, on sait quelque chose sur leur maquillage.”

“Jusqu’à présent, nous n’avions pas trouvé de restes humains datant de cette période en Israël, ajoute le professeur Israel Hershkovitz, directeur du Centre Dan David, donc le groupe reste un mystère. Cette étude novatrice contribue à l’histoire de la population responsable de certaines des contributions culturelles les plus importantes du monde.”

Lire aussi : Les légendes des Menehunes, peuple nain mythologique d’Hawaï qui existe peut-être encore aujourd’hui

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *