Photos de rue secrètes prises dans les années 1890 par un élève à l’aide d’un appareil photo caché

Le Norvégien Carl Størmer est devenu une force incontournable dans les domaines des mathématiques et de l’astrophysique. Mais il avait aussi d’autres intérêts.

Tout grand esprit commence quelque part et c’est la photographie qui a attiré son attention… littéralement.

Alors qu’il étudiait les mathématiques à l’Université d’Oslo (anciennement l’Université royale Frederick, Kristiania), il s’est retrouvé à s’adonner à l’art de prendre des photos.

Carl Størmer. Photo par Nasjonalbiblioteket CC BY 2.0

Pourtant, il ne s’agissait pas d’images ordinaires. Størmer, 19 ans, a utilisé l’équivalent historique de la caméra espion pour capturer la vie urbaine dans son aspect le plus naturaliste.

Photo par Carl Størmer – Norsk Folkemuseum CC BY-SA 3.0

Photo par Carl Størmer – Norsk Folkemuseum CC BY-SA 3.0

Photo par Carl Størmer – Norsk Folkemuseum CC BY-SA 3.0

Photo par Carl Størmer – Norsk Folkemuseum CC BY-SA 3.0

Photo by Carl Størmer – Norsk Folkemuseum CC BY-SA 3.0

Selon My Modern Met, l’appareil “était si petit que l’objectif passait à travers la boutonnière de son gilet avec un cordon qui descendait vers sa poche, lui permettant de prendre des clichés secrètement”.

Photo par Carl Størmer – Musée d’Oslo CC BY-SA 3.0

Cependant, l’inspiration pour cette activité secrète est venue d’une source résolument non scientifique. Au dire de tous, c’est sa passion cachée pour une dame qui l’a conduit à avoir un penchant pour la photographie cachée. Ce fait a émergé dans sa biographie Fellows of the Royal Society.

Officier norvégien Per Schjelderup Nissen dans une rue de Kristiania (Oslo). Photographié à l’aide d’une “caméra espion” de Carl Størmer. Photo par Carl Størmer – Musée d’Oslo CC BY-SA 3.0

Comme beaucoup de messieurs amoureux, Størmer n’avait pas le courage d’approcher directement l’objet de son affection. Il a donc pris une photo secrète d’elle à la place, au lieu de la relation qu’il pensait ne jamais avoir.

Professeur norvégien d’astronomie Hans Geelmuyden (1844-1920). Photo vers 1895.

On ne sait apparemment pas ce que la dame en question pensait. Elle ne l’a probablement jamais su ! Par la suite, il semble avoir été piqué par le virus et a poursuivi ce nouvel intérêt avec une vigueur furtive.

Professeur norvégien de botanique Haaken Hasberg Gran (1870-1955) photographié devant les bâtiments de l’Université d’Oslo vers 1893 Photo de Carl Størmer – Oslo Museum CC BY-SA 3.0

Entre 1893 et 1897, il a utilisé son objectif à boutonnière pour photographier les passants dans la célèbre rue Karl Johansgate d’Oslo. Il a commencé à “travailler comme un paparazzi”, ses sujets ignorant généralement qu’ils avaient été conservés pendant des siècles sur celluloïd.

Tout le monde n’a pas été pris au piège. Il y avait des “salutations amicales” sur les visages de son peuple élu, mais aussi des “regards suspicieux” qui “se répandent à travers son œuvre, servant de premiers exemples de la photographie de rue”.

Le professeur Kristian Birkeland photographié avec une caméra espion devant l’université, Kristiania (Oslo), Norvège. Photo par Carl Størmer – Musée d’Oslo CC BY-SA 3.0

Les images de Størmer sont diverses et remettent en question l’idée que les photos du 19e siècle sont des affaires rigides et sans vie. Avant l’ère des caméras et de la culture de la surveillance, il a eu des photos intimes de femmes, de bébés et même de chats qui se promenaient.

Des célébrités sont également apparues devant son œil artificiel – l’écrivain Henrik Ibsen a été pris d’assaut parmi d’autres.

Carl Størmer avec son assistant Birkeland en 1910.

On ne sait pas si Ibsen souriait ou non, mais ce sont ces détails qui font que le travail de Størmer se démarque de la foule. Lomography.com a écrit que “Plus important encore, la plupart des photos d’espionnage prises par Størmer ont fait sourire les gens (et nous savons tous que les gens ne sourient généralement pas pour les photos des premières photographies)”.

Après avoir pris près de 500 photos, il a poursuivi sa carrière. Le développement des images a été remplacé par le développement de la “théorie de Størmer”, qui fait partie de la branche des mathématiques pures connue sous le nom de théorie des nombres.

Photo par Nasjonalbiblioteket CC BY 2.0

Peut-être sentait-il qu’il manquait d’ambition, parce qu’il a aussi écrit le tome de physique From the Depths of Space to the Heart of the Atom. Son lieu d’études est devenu sa base d’opérations, Størmer travaillant comme professeur à l’université pendant plus de 40 ans.

Størmer est décédé à l’âge de 82 ans en 1957, bien que sa collection de clichés secrets ne soit pas morte avec lui. Une dizaine d’années plus tôt, il avait présenté ses photos de visages célèbres dans une exposition publique. Il était considéré comme un amateur habile, bien qu’un étudiant plus intelligent de la photographie que la moyenne.

Il n’a jamais perdu de vue son activité extrascolaire, l’appliquant aux étoiles dans ses écrits sur l’astrophotographie. Si Størmer avait réussi à capturer le gentleman du 19ème siècle dans une ambiance décontractée, alors photographier des phénomènes cosmiques n’aurait certainement pas été une mince affaire !

Lire aussi : Eduard Einstein : L’histoire du fils oublié d’Albert Einstein qui a passé une partie de sa vie en hôpital psychiatrique

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *