Un guerrier de l’âge du bronze unique en son genre offre la preuve d’un conflit violent en Europe


Les archéologues ont découvert une collection de 31 objets inhabituels qui appartenaient à un guerrier de l’âge du bronze mort sur le champ de bataille il y a environ 3000 ans.

guerrier-bronze-artefacts

Les artefacts ont été trouvés sur la rivière Tollense dans le nord de l’Allemagne et le site fournit pour la première fois en Europe la preuve d’un champ de bataille préhistorique.

Plus de 12 000 morceaux d’os humain ont déjà été récupérés dans la vallée et les chercheurs ont identifié plus de 140 individus – de jeunes hommes adultes en bonne condition physique.

Selon le Dr Joachim Krüger, de l’Université de Greifswald, qui a dirigé l’équipe de plongée, les artefacts de l’âge du bronze ont été protégés dans la rivière contre les pillages qui ont inévitablement suivi les combats.

Parmi les artefacts mis au jour se trouvaient une boîte de ceinture décorée, trois épingles de robe et des pointes de flèches. Étonnamment, les scientifiques ont également trouvé 31 objets (250 g) emballés serrés les uns contre les autres, ce qui donne à penser qu’ils étaient dans un contenant en bois ou en tissu qui a pourri depuis.

Les articles comprennent un outil en bronze avec un manche en bouleau, un couteau, un ciseau à bois et des fragments de bronze. La datation au radiocarbone de la collection d’objets montre que les trouvailles appartiennent à la couche du champ de bataille et qu’elles étaient probablement l’équipement personnel d’une des victimes.

Des études sur les objets anciens révèlent qu’il y a eu un conflit violent et massif à l’âge du bronze nordique (2000-1200 av. J.-C.). En fait, des données récentes donnent à penser qu’il s’agit probablement d’un phénomène à grande échelle, s’étendant manifestement au-delà des frontières régionales.

Le professeur Thomas Terberger, du département de préhistoire et d’histoire ancienne de l’Université de Göttingen, déclare : “Il s’agit de la première découverte d’effets personnels sur un champ de bataille et elle donne un aperçu des équipements d’un guerrier. Le bronze fragmenté a probablement été utilisé comme une forme de monnaie ancienne. La découverte d’un nouvel ensemble d’artefacts nous fournit également des indices sur les origines des hommes qui ont combattu dans cette bataille et il est de plus en plus évident qu’au moins certains des guerriers sont originaires du sud de l’Europe centrale.”

Lire aussi : L’épée de Goujian parfaitement conservée depuis 2000 ans, sans une seule trace de rouille

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *