“On dirait un chat qui se noie” : Une femme interdite de chanter dans sa maison suite à une plainte de ses voisins

interdite de chanter

Une femme de Norwich, au Royaume-Uni, a récemment été interdite de chanter et de jouer de la musique forte dans son appartement, après que ses voisins se sont plaints que ses cris ressemblaient à ceux d’un “chat qui se noie”.

Heather Webb, 48 ans, aurait terrorisé ses voisins dans son immeuble en chantant depuis au moins quatre ans. En 2014, ses voisins ont rempli des formulaires de comportement antisocial et les ont envoyés au conseil municipal, mais elle n’a reçu qu’un avertissement de protection communautaire de la police. Puis, en 2016, les voisins se sont de nouveau plaints au conseil au sujet de ses chants bruyants et dérangeants, mais aucune action n’a été prise contre la femme. Enfin, en décembre de l’année dernière, un juge a émis une ordonnance de comportement criminel qui lui interdisait légalement de chanter dans son appartement. Mais elle n’a pas laissé ça l’arrêter.

L’ordonnance de deux ans interdisait à Heather Webb de “s’engager dans une conduite qui cause un état d’alarme ou de détresse” et lui interdisait également de “jouer de la musique, chanter, crier ou créer du bruit à un volume qui peut être entendu à l’extérieur de sa propriété”.

On a dit aux magistrats que Webb a enfreint les termes de l’ordonnance au moins trois fois, en janvier et février de cette année, et certains voisins ont présenté des preuves audio de cela. Par exemple, Paul Burford, qui habite à 40 mètres de l’appartement du rez-de-chaussée de la chanteuse d’opéra amateur, a utilisé une application smartphone pour enregistrer son chant et l’a envoyé au conseil municipal comme preuve.

Burford a dit que le “chant erratique de l’opéra” a eu lieu le 7 février à 8h30 du matin et qu’il sonnait “comme un chat qui se noie, pour être honnête”. Une autre voisine, qui habite deux étages au-dessus de l’appartement de Webb, a dit qu’elle regardait la télévision le 8 janvier, avec ses écouteurs allumés, mais qu’elle entendait encore les “cris et hurlements” de la chanteuse.

“Quand je l’ai entendu pour la première fois, j’ai enlevé mes écouteurs et je suis allé à la fenêtre pour m’assurer que son appartement était bien là d’où venait le bruit, et il l’était. Cela vient constamment de cet appartement”, a dit la femme, ajoutant que le chant de Webb l’avait aussi dérangée le 9 janvier.

Lors de l’audience du 5 mai, le procureur Nicola Pope a déclaré aux magistrats que la police avait interviewé Webb le 12 février et qu’elle ne se souvenait pas d’avoir chanté le 8 janvier, car trop de temps s’était écoulé. Quant à l’incident du 7 février, elle a dit à la police qu’elle avait “fait beaucoup d’efforts pour fermer ses fenêtres et modifier les choses”.

Le juge a déclaré Heather Webb coupable d’avoir enfreint l’ordonnance à trois reprises – les 8 et 9 janvier et le 7 février – et un mandat d’arrestation sans cautionnement a été émis contre elle.

Source : Oddity Central

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *