L’IA au service de l’Etat pour lutter contre la corruption : la Chine teste « Confiance zéro »

Confiance zéro

Un système qui met mal à l’aise les fonctionnaires

La résistance des représentants du gouvernement chinois à une expérience en matière de big data n’est qu’un des nombreux défis à relever, alors que le gouvernement chinois commence à utiliser les nouvelles technologies pour naviguer dans sa bureaucratie géante.

Selon les médias officiels, plus de 50 millions de personnes étaient sur la liste de paye du gouvernement chinois en 2016, bien que les analystes aient estimé ce chiffre à plus de 64 millions, un peu moins que la population britannique estimée à 66,02 millions selon les données officielles.

Xi Jinping encourage les innovations scientifiques et technologiques

La Chine a commencé à adapter divers types de technologies sophistiquées. Le ministère des Affaires étrangères, par exemple, utilise l’apprentissage automatique pour faciliter l’évaluation des risques et la prise de décisions concernant les principaux projets d’investissement de la Chine à l’étranger.

Beijing a mis au point un système national de reconnaissance faciale utilisant des caméras de surveillance capables d’identifier n’importe qui, n’importe où, 24h / 24. À Guizhou, un système sur le cloud suit les mouvements de chaque policier avec un rapport d’état en direct.

Confiance zéro

Les grandes entreprises de télécommunications chinoises telles que ZTE ont remporté des contrats avec le gouvernement pour développer une technologie de type blockchain afin d’empêcher la modification des données gouvernementales par des personnes ou des organisations non autorisées.

Le président Xi Jinping a souligné à plusieurs reprises la nécessité de promouvoir les innovations scientifiques et technologiques telles que le Big Data et l’intelligence artificielle dans la réforme du gouvernement.

Des équipes anti-corruption installées dans les banques d’État et les compagnies d’assurance de Chine

Le défi consiste à mettre en œuvre cette vision sur le terrain. Ne cherchez pas plus loin qu’un système d’IA anti-corruption baptisé « Confiance zéro » par les chercheurs qui le développent.

Conçu et déployé conjointement par l’Académie chinoise des sciences et les institutions de contrôle interne du Parti communiste chinois pour surveiller, évaluer ou intervenir dans le travail et la vie personnelle des fonctionnaires, le système peut accéder à plus de 150 bases de données protégées dans les gouvernements centraux et locaux en effectuant des références croisées..

Le chef de la police se tue après que deux collègues aient été arrêtés dans des affaires de corruption

Le système peut détecter immédiatement les augmentations inhabituelles de l’épargne bancaire, par exemple, ou s’il y a eu un nouvel achat de voiture ou une offre pour un contrat avec le gouvernement sous le nom d’un responsable, d’un membre de sa famille ou de ses amis.

Une fois que ses soupçons ont été soulevés, il calcule les chances que l’action soit le résultat d’une corruption. Si le résultat dépasse un marqueur défini, les autorités sont alertées.

Un informaticien impliqué dans le programme, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré qu’à ce stade, un supérieur pouvait alors contacter la personne sous examen et peut-être l’aider à éviter de « prendre la voie du non-retour avec de nouvelles erreurs plus graves ».

L’expérience « Confiance zéro » a été limitée à 30 comtés et villes, soit à peine 1% de la superficie administrative totale du pays. Les gouvernements locaux concernés, y compris le comté autonome de Mayang Miao dans la province du Hunan, sont situés dans des régions relativement pauvres et isolées, éloignées des centres du pouvoir politique de la Chine.

Un autre chercheur impliqué dans le programme a déclaré que l’idée était « d’éviter de déclencher une résistance à grande échelle parmi les bureaucrates », en particulier les plus puissants, contre l’utilisation de bots dans la gouvernance.

Depuis 2012, Confiance zéro a désigné 8 721 employés du gouvernement comme étant coupables de malversations, tels que des détournement de fonds, des abus de pouvoir, des détournement de fonds publics et du népotisme.

Quelle est la prochaine étape de la lutte de Xi Jinping contre la corruption ?

Certains ont été condamnés à des peines d’emprisonnement, mais la plupart ont été autorisés à conserver leur emploi après avoir été avertis ou punis légèrement.

Néanmoins, selon certains chercheurs, certains gouvernements, notamment les comtés de Mayang, de Huaihua City et de Li, dans le Hunan, ont mis la machine hors service, selon l’un des chercheurs, et ont déclaré « ne pas se sentir assez à l’aise avec la nouvelle technologie ».

Zhang Yi, un responsable de la Commission pour l’inspection de la discipline du Parti communiste chinois à Ningxiang, dans la province du Hunan, a déclaré que son agence était l’une des rares à utiliser encore le système.

« Ce n’est pas facile… nous subissons une énorme pression », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que l’objectif principal du programme n’était pas de punir les fonctionnaires mais de les « sauver » à un « stade précoce de corruption ».

« Nous utilisons simplement le résultat de la machine comme référence », a déclaré Zhang. « Nous devons vérifier et revérifier sa validité. La machine ne peut pas prendre le téléphone et appeler la personne qui a un problème. La décision finale est toujours prise par les humains ».

Lire aussi : Une province chinoise lance une application pour dire aux gens s’ils sont à proximité d’une personne endettée

Sources : Developpez.com par Stéphane le calmeSCMP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *