Dans un jeu vidéo parodique, Angela Merkel peut lancer l’attaque «vague de migrants» (IMAGES)

Le jeu de combat en ligne Bundes Fighter II, dans lequel s’affrontent les têtes d’affiche des législatives allemandes, est sorti sur le net. Chacun ayant sa spécialité, la chancelière peut submerger ses adversaires avec… une vague de réfugiés.

S’inspirant du célèbre jeu de combat Street fighter II, le groupe comique Bohemian Browser Ballet a créé, avant les élections législatives allemandes qui ont lieu le 24 septembre, Bundesfighter II Turbo, un jeu qui met aux prises (physiquement) les candidats à la chancellerie.

Chaque avatar y possède des pouvoirs spécifiques qui se basent avec humour sur les accomplissements politiques de leurs doubles de chair et d’os.

Ainsi, la chancelière Angela Merkel, qui vise un quatrième mandat consécutif, dispose d’atouts majeurs pour l’emporter sur ses adversaires. Mi-femme, mi-reptile, la chancelière allemande qui a accueilli plus d’un million de réfugiés en 2015, peut utiliser une vague migratoire pour terrasser ses opposants.

Dans le jeu parodique, l’attaque spéciale d’Angela Merkel est le déclenchement d’une vague de migrants

Martin Schulz, l’ancien président du Parlement européen et candidat à la chancellerie pour le Parti social-démocrate (SPD) est quant à lui représenté avec une auréole. Il peut écraser la concurrence à l’aide d’un train «MEGA» – pour «Make Europe Great Again» – le slogan qu’il avait emprunté à Donald Trump pour lancer sa campagne.

Alexander Gauland, le co-fondateur de l’AfD, le parti de droite eurosceptique et anti-immigration qui pourrait faire une percée lors des élections, assène pour sa part un coup de pied retourné. Qui, malgré les apparences, n’a rien à voir à une croix gammée, ont certifié les créateurs du jeu dans une interview publiée dans le Spiegel du 22 septembre.

Le Bohemian Browser Ballett, qui a reçu des financements du gouvernement allemand pour la création de ce jeu, assure qu’il a une vocation éducative. Selon le groupe, il permet de toucher des électeurs jeunes qui n’ont pas pour habitude de lire les brochures fournies par les candidats.

Source : RT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *