4 villes sous-marines perdues dans le monde

villes sous-marines

Nous sommes déterminés à chercher les vestiges d’anciennes civilisations sur terre, mais certaines de ces ruines sont cachées sous la surface des océans et des mers, et comme l’illustre un exemple de la Chine… submergées dans un lac artificiel.

Voici une revue de quatre des villes sous-marines perdues dans le monde. Certaines d’entre elles évoquent un sentiment que quelque chose de cauchemardesque se passait lorsqu’elles sombraient au fond des eaux.

Yonaguni-jima : La pyramide sous-marine du Japon

villes sous-marines

Le royaume perdu de Mu, Yonaguni, Japon. Photo byjpatokal CC BY-SA 3.0

Les débats se poursuivent pour savoir si l’étrange monument de Yonaguni, également appelé les ruines sous-marines de l’île de Yonaguni, est l’œuvre de la nature ou une ancienne merveille construite par l’homme.

Les structures submergées dispersées sur le fond marin sont situées au large des côtes japonaises, pas très loin de Taiwan. Le site a été identifié pour la première fois en 1986 grâce à des plongeurs à la recherche de requins-marteaux dans la région.

L’élément le plus important des ruines est une roche rectangulaire, la structure mesure plus ou moins 75 mètres de long et 25 mètres de haut

villes sous-marines

Marqueur du point le plus à l’ouest du Japon, le cap Irizaki. Photo jpatokal CC BY-SA 3.0

Un groupe d’experts croit que les humains ont créé les structures il y a plusieurs millénaires, peut-être au cours de la dernière période glaciaire, lorsque le terrain était encore au-dessus de l’eau.

Le professeur émérite de géologie marine Masaaki Kimura, de l’Université des Ryukyus, croit que les sculptures trouvées à Yonaguni sont similaires aux glyphes Kaida, des pictogrammes utilisés par les autochtones des îles Yaeyama dans le sud-ouest du Japon.

villes sous-marines

L’île de Yonaguni, l’île la plus occidentale du Japon, située dans la préfecture d’Okinawa.

Selon Kimura, la pyramide, les structures de fort, les monuments et les routes se distinguent des ruines. Il postule que ceux-ci pourraient être les restes de Mu – un continent perdu dont l’existence même est contestée, tout comme l’Atlantide de l’Europe.

Les opposants à cette théorie attribuent la création des ruines à de forts courants océaniques et à des plaques tectoniques actives, bien que cela n’explique pas la présence sur le site de poteries et d’autres objets en pierre datant de plus de 4 millions d’années. Il se peut que le monument et les artefacts n’aient aucun rapport.

Quoi qu’il en soit, Yonaguni n’a toujours pas été reconnue comme une zone patrimoniale protégée par les autorités japonaises.

Rungholt, la cité engloutie de la mer du Nord

villes sous-marines

Rungholt et Strand au Moyen Age, sur une carte de 1850.

Une autre preuve que la nature est toujours à l’œuvre, remodelant sans relâche le visage de ses continents et de ses mers, est l’île de Strand.

Cette île autrefois prospère de la côte de la mer du Nord a disparu après une tempête de vent sans précédent par une sombre et froide journée de janvier 1632.

On se souvient de cet événement violent comme de l’inondation de la Grote Mandrenke, ou la seconde inondation de la Saint Marcel, qui a frappé les côtes des îles britanniques, des Pays-Bas, du Danemark et de l’Allemagne.

L’impact de la tempête a été désastreux. Au moins 25 000 personnes se sont noyées dans la vague de tempête, et de nombreuses villes et villages côtiers ont été perdus, dont Rungholt – la seule colonie de l’île de Strand.

villes sous-marines

Découvertes de la mer des Wadden, peut-être de Rungholt. Photo : Joachim Müllerchen CC BY-SA 2.0 de

Après la tempête, l’île a été réduite à quelques îlots insignifiants. L’emplacement exact de Rungholt n’a jamais été localisé. Jusqu’à présent, les plongeurs ont pu récupérer des artefacts que l’on croyait liés aux ruines sous-marines de Rungholt.

À l’époque, Rungholt était un port prospère de la mer du Nord, où vivaient 3 000 personnes qui dépendaient du commerce et de la pêche maritimes. Environ 5 000 maisons ont été perdues lorsque la ville a disparu dans les eaux.

La ville de Chine artificiellement submergée

villes sous-marines

Dans la ville submergée de Shi Cheng. Photo par Nihaopaul CC BY-SA 3.0

La Chine est aujourd’hui bien connue pour son architecture copieuse bizarre, une tendance connue sous le nom de duplitecture. Le pays a sa propre version de la Tour Eiffel, son propre Rockefeller Center et son propre Tower Bridge, parmi sa riche collection d’exemplaires historiques.

Il y a un demi-siècle, avant la construction de l’une de ces structures, le pays a opté pour une autre décision architecturale bizarre : inonder volontairement une de ses propres villes.

Le nom de la ville était Shi Cheng et était autrefois un centre administratif et politique florissant dans la province orientale du Zhejiang. La ville a été fondée au IIe siècle après J.-C., et malgré ses origines séculaires, Shi Cheng a été sacrifiée en 1959 pour construire une centrale hydroélectrique.

villes sous-marines

Le lac des Mille-Îles, ou lac Qiandao, pris au sommet d’un clocher.

Peu à peu, Shi Cheng a été inondé par un plan d’eau artificiel, maintenant appelé lac Qiandao. Des décennies plus tard, lorsque les plongeurs sont retournés sur le site pour voir s’il restait quelque chose de la ville, ils ont été étonnés de tomber sur des structures urbaines dans un état plutôt impeccable.

De magnifiques temples blancs, des édifices publics et des maisons ont été remarquablement préservés jusque dans les moindres détails. Des sculptures et des reliefs complexes peuvent également être repérés pendant la plongée. Toutes les structures de la ville se trouvent maintenant entre 25 et 40 mètres sous la surface du lac artificiel d’eau douce.

Shi Sheng est aussi connue sous le nom de Ville du Lion, du nom des montagnes du Lion qui jettent leur ombre sur la région. Le site est devenu une destination touristique populaire ces dernières années.

Port Royal de la Jamaïque – le port englouti des pirates

villes sous-marines

Ports de Port Royal et de Kingston (carte de 1774).

Qualifiée de “ville la plus méchante et la plus pécheresse du monde”, Port-Royal est l’endroit où les pirates sont venus faire la fête au XVIIe siècle. La ville a été découverte sur la côte sud-est de la Jamaïque et pendant un court moment, elle a même été gouvernée par l’un des pirates les plus célèbres de tous les temps – Henry Morgan.

Sous l’administration anglaise, Port Royal s’appuyait sur le marché de la traite négrière, la prostitution et les raids menés par des pirates sur des navires espagnols ennemis. Sa taille et sa population ont augmenté de façon importante.

Le blasphème et le vice ont pris fin tôt le matin du 7 juin 1692. Un séisme de magnitude 7,5 a secoué les fondations de l’île et a dévasté la ville de Port Royal.

villes sous-marines

Navires à Port-Royal vers 1820.

Les récits de la tragédie disent que la terre s’est ouverte et a englouti tout le monde et tout ce qui se tenait sur le plateau sablonneux où la ville était située. Le peu qui a survécu au tremblement de terre a été réclamé par un énorme tsunami déclenché par le violent tremblement de terre.

Au lendemain de la tragédie, la majeure partie de la ville, ses forts et ses ports, ainsi que les corps d’au moins 2 000 personnes ont disparu sous l’eau. La plupart des restes ont disparu au fond de l’océan.

Il y a quelques décennies à peine, les bateaux naviguant au-dessus de la ville, où la ville était immergée, en voyaient des traces, à une quarantaine de mètres sous la surface. Cela a dû être une expérience étrange.

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *