L’hypothèse de simulation : Le philosophe n’avait pas vu “Matrix” avant de publier sa théorie

hypothèse de simulation

Nick Bostrom ne pense pas que vous devriez essayer de vous libérer de la Matrice.

Situation de simulation

En 2003, Nick Bostrom a explosé les esprits avec Are You Living in a Computer Simulation ?, un document de philosophie extrêmement influent qui postule que – vous l’avez deviné – notre réalité pourrait en fait être une simulation informatique.

Si vous avez vu Matrix, cette théorie peut vous sembler familière – dans le film, un hacker se joint à une rébellion contre des machines artificiellement intelligentes qui ont piégé l’humanité dans une réalité simulée (“la Matrice”) pour qu’elle ne panique pas pendant que les IA récoltent leur corps pour son énergie.

Mais d’après une interview récemment publiée de Vulture, Bostrom n’avait pas vraiment vu le blockbuster de 1999 lorsqu’il a rédigé son article. Un pépin dans la Matrice, peut-être ?

Peu probable, d’après Bostrom.

Il croit que son écriture de l’argument de la simulation était le résultat logique de deux choses : son intérêt pour la théorie de la sélection de l’observation, qui a fait l’objet de sa thèse de doctorat, et sa fascination pour l’impact potentiel des progrès technologiques sur l’avenir.

“Donc, quand vous avez ces deux éléments d’arrière-plan, dit-il à Vulture, alors l’argument de la simulation n’est vraiment qu’à un pas de là.”

La Trinité

En surface, l’argument de la simulation de Bostrom n’est pas aussi sauvage que l’avenir dystopique décrit dans Matrix. Cela n’inclut pas les oracles, le kung-fu, ou les balles ralenties – juste la suggestion qu’au moins un des trois énoncés sur l’avenir doit être vrai :

L’humanité s’éteindra très probablement avant d’atteindre un stade “posthumain”.
Nous atteindrons cette étape “posthumaine”, selon Bostrom, lorsque nous débloquerons presque toutes les capacités technologiques possibles étant donné les limites physiques de notre univers. Cela inclurait la technologie nécessaire pour effectuer des simulations convaincantes de la réalité, du genre qui a fait croire à Neo qu’il était un programmeur informatique nommé Thomas Anderson.

L’humanité atteindra le stade “post-humain”, mais “il est extrêmement improbable” qu’elle puisse effectuer un nombre significatif de simulations de son histoire.
Si cela s’avère vrai, c’est peut-être parce que nous sommes trop occupés à faire quelque chose de cool comme former des alliances galactiques ou ouvrir le huitième parc jurassique du monde.

Nous vivons “presque certainement” dans une simulation informatique de l’histoire d’une civilisation “posthumaine” en ce moment même.
Celui-ci a les maths de son côté. Après tout, si l’humanité a déjà atteint un stade “post-humain” et a décidé de faire des simulations, il devrait y avoir une tonne de ces réalités simulées et une seule réalité “réelle” – ce qui rend beaucoup plus probable que nous vivions dans une fausse réalité.

Si notre réalité est bien réelle, il semble qu’il nous reste encore du chemin à parcourir avant d’atteindre le stade “posthumain” (si nous y parvenons – voir l’énoncé 1). Mais cela n’a pas empêché tout le monde, de Neil deGrasse Tyson à Elon Musk, de réfléchir à la théorie de Bostrom.

Certains milliardaires de la technologie paieraient même des scientifiques pour essayer de nous libérer de la simulation alors que nous y sommes déjà – et Bostrom pense que ces gens ont besoin de ralentir leur course.

“C’est un peu imprudent d’essayer de sortir de la simulation hypothétique”, a-t-il dit à Vulture. “Les chances de succès sont négligeables. Si ça ne marche pas, c’est un gaspillage d’argent, et si c’est le cas, ça pourrait être une calamité. C’est du moins le genre de chose à laquelle vous devriez d’abord penser pendant un certain temps, à savoir s’il serait prudent d’essayer de le faire avant de vous lancer.”

Tu entends ça, Silicon Valley ? La Matrice n’ira nulle part, alors prenez peut-être votre temps avant d’essayer de forcer l’humanité à avaler la pilule rouge.

Lire aussi : Vivons-nous dans la simulation géante d’un “jeu d’ordinateur” ?

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *