L’astéroïde Oumuamua pourrait-il être une sonde extraterrestre ? Le Seti enquête

L’astéroïde Oumuamua

L’astéroïde Oumuamua est mystérieux par sa forme longiligne, souvent comparée à celle d’un cigare. Il est le tout premier observé en provenance d’un autre système. Mais pourrait-il s’agir d’une sonde interstellaire dotée d’une super I.A. ? Des scientifiques du centre de recherches sur la vie extraterrestre, le Seti, cherchent vraisemblablement à le savoir.

Il y a quelques jours, nous vous parlions de ce mystérieux objet rocheux à la forme d’un cigare observé au sein de notre Système solaire, détecté en octobre dernier. Ce lundi 20 novembre, des astronomes confirmaient qu’il s’agissait d’un astéroïde, baptisé Oumuamua, qui ne s’est pas formé dans notre système comme tous ceux qui avaient été observés jusque-là, mais bel et bien en dehors de celui-ci.

Toutefois, sa forme si particulière ne ressemble à aucun des astéroïdes observés jusque-là et même si son origine est extrastellaire, cela n’explique pas vraiment cette forme longiligne. D’ailleurs, les astrophysiciens non plus ne l’expliquent pas. Pourrait-il alors s’agir d’une sonde interstellaire ou encore d’une machine dotée d’une super I.A. ?

Pour le savoir, les membres du programme Seti (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) ont décidé d’écouter l’astéroïde Oumuamua avec l’Allen Telescope Array (ATA), un observatoire composé d’un champ de 42 antennes. L’information est révélée par l’astronome américain Franck Marchis, membre du Seti Institute, sur sa page Facebook professionnelle.

Il y partage également un article posté sur le site de Centauri Dreams dans lequel Jill Tarter, célèbre astronome américaine et directrice du centre de recherches du Seti Institute, confirme l’orientation de certaines des antennes en direction de l’astéroïde. Il s’agit là de tenter d’intercepter un signal dans la fameuse bande 1,1-1,9 GHz, où se trouve la raie à 21 centimètres de l’hydrogène : une bande que l’on pense privilégiée pour la communication interstellaire. Les premières analyses de ces écoutes seraient actuellement en cours et l’on pourrait en savoir plus prochainement.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *