L’industrie du charbon était déjà au courant du réchauffement climatique il y a plus de 50 ans


Bien qu’elle ait subit un énorme essor au cours des dernières années, la préoccupation concernant le réchauffement climatique n’est pas récente.

Un journal redécouvert des années 1960 révèle que l’industrie charbonnière comprend les dangers du changement climatique causé par l’Homme depuis plus de 50 ans, et constitue peut-être la première preuve connue d’une telle connaissance des dangers industriels.

Au cours des dernières années, il est devenu évident que le géant pétrolier Exxon était conscient des causes et des conséquences du changement climatique depuis au moins les années 1970, mais avait délibérément induit le public en erreur pendant des décennies. Les éléments de preuve récents montrent que les dirigeants du secteur du charbon ont également compris le réchauffement catastrophique de la planète dès 1966.

Dans un article de recherche publié dans le numéro d’août 1966 de la revue spécialisée Mining Congress Journal, James Garvey, alors président de Bituminous Coal Research Inc., qui développa des équipements de contrôle de la pollution, discute de l’état des polluants et de leur réglementation dans l’industrie du charbon à cette époque.

Bien que la majeure partie du document porte sur le soufre dans le charbon, une petite partie du début de l’article traite des rejets de dioxyde de carbone (CO2) et montre à quel point on comprend le caractère profond du problème de la pollution atmosphérique dès les années 1960. Garvey termine le paragraphe en notant : « De tels changements de température provoqueront la fonte des calottes glaciaires polaires, ce qui, à son tour, entraînera l’inondation de nombreuses villes côtières, y compris New York et Londres ».

L’existence de l’article a été découverte en août par l’ingénieur Chris Cherry, de l’Université du Tennessee, à Knoxville, qui l’a trouvé dans une pile de journaux anciens sur le point d’être détruits. Cherry était déçu par les observations de Garvey et par ce qu’elles impliquaient au sujet de l’étendue de la conscience scientifique historique du changement climatique, même dans les années 1960.

Il convient de noter que l’article de Garvey n’est pas le seul à prendre en compte les dangers de la pollution par le charbon dans le numéro d’août 1966. Dans un article de discussion suivant l’article de Garvey, l’ingénieur en combustion James Jones de Peabody Coal (maintenant appelé Peabody Energy, la plus grande entreprise de charbon privée au monde), n’aborde pas le problème du réchauffement planétaire, mais admet que les normes de pollution de l’air visant à protéger la santé ont place, en disant que la “situation est urgente”.

Bien que la redécouverte du journal de 1966 soit importante, même si cela révèle que l’industrie charbonnière a bien compris les conséquences de la combustion de combustibles fossiles sur le changement climatique, la vérité est que, à ce stade, ces dangers n’étaient plus un secret.

L’année précédente, en 1965, un comité consultatif scientifique américain avait informé le président Lyndon Johnson du processus de réchauffement planétaire en cours en raison de l’utilisation de combustibles fossiles.

Les dangers du changement climatique ont littéralement fait la une des journaux dès 1912, il y a plus de 100 ans, et ont même été évoqués dans la presse populaire dès le milieu du XIXe siècle.

Bien que notre compréhension scientifique des nombreux processus impliqués dans le changement climatique ait sans aucun doute énormément évolué au cours des 150 dernières années, on sait depuis très longtemps que la combustion du charbon produit du CO2 qui piège la chaleur dans l’atmosphère et réchauffe la planète.

Lire aussi : Seulement 20 entreprises produisent plus d’un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre

Sources : Trust My ScienceClimate Files

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *