Voici ce qui arrive à votre cerveau et à votre corps si vous stoppez le sucre pour le Carême

Tous ceux qui me connaissent savent aussi que j’ai une grande dent sucrée. Je l’ai toujours eu. Mon ami et étudiant diplômé Andrew est également affligé, et vivre à Hershey, en Pennsylvanie – la “Capitale mondiale du chocolat” – ne nous aide aucunement.

Mais Andrew est plus courageux que moi. L’an dernier, il a abandonné les sucreries pour le Carême. Je ne peux pas dire que je suis ses traces cette année, mais si vous vous abstenez de sucreries pour le Carême cette année, voici à quoi vous pouvez vous attendre au cours des 40 prochains jours.

Sucre : récompense naturelle, remède artificiel

En neurosciences, l’alimentation est ce que nous appelons une “récompense naturelle”. Pour survivre en tant qu’espèce, des choses comme manger, avoir des relations sexuelles et nourrir les autres doivent être agréables pour le cerveau afin que ces comportements soient renforcés et répétés.

L’évolution a donné naissance au circuit mésolimbique, un système cérébral qui déchiffre ces récompenses naturelles pour nous. Lorsque nous faisons quelque chose de plaisant, un faisceau de neurones appelé l’aire tegmentale ventrale utilise le neurotransmetteur dopamine pour signaler à une partie du cerveau appelée le noyau accumbens.

Le lien entre le noyau accumbens et notre cortex préfrontal dicte notre mouvement moteur, comme décider de prendre ou non une autre bouchée de ce délicieux gâteau au chocolat. Le cortex préfrontal active également les hormones qui le disent à notre corps : “Hé, ce gâteau est vraiment bon. Et je m’en souviendrai à l’avenir.”

Bien sûr, tous les aliments ne sont pas aussi gratifiants les uns que les autres. La plupart d’entre nous préfèrent les sucreries aux aliments acides et amers parce que, au cours de l’évolution, notre voie mésolimbique renforce le fait que les aliments sucrés constituent une source saine de glucides pour notre corps.

Quand nos ancêtres allaient à la recherche de baies, par exemple, aigre signifiait “pas encore mûr”, alors qu’amer signifiait “alerte – poison !”

Les fruits sont une chose, mais l’alimentation moderne a pris une autre vie. Il y a dix ans, on estimait que l’Américain moyen consommait 22 cuillères à café de sucre ajouté par jour, soit 350 calories supplémentaires ; il est fort possible qu’il ait augmenté depuis lors.

En 2014, un expert a suggéré que le Britannique moyen consomme 238 cuillères à café de sucre par semaine.

Aujourd’hui, la commodité étant plus importante que jamais dans nos sélections alimentaires, il est presque impossible de trouver des aliments transformés et préparés qui n’ont pas de sucre ajouté pour leur saveur, leur conservation ou les deux.

Ces sucres ajoutés sont sournois – et à l’insu de beaucoup d’entre nous, nous sommes devenus accros. D’une certaine manière, l’abus de drogues – comme la nicotine, la cocaïne et l’héroïne – détourne la voie de la récompense du cerveau et rend les consommateurs dépendants, l’augmentation des preuves neurochimiques et comportementales suggère que le sucre crée également une dépendance de la même manière.

L’addiction au sucre est réelle

“Les premiers jours sont un peu difficiles”, m’a raconté Andrew à propos de son aventure sans sucre l’an dernier.

“J’ai presque l’impression que c’est un sevrage d’une drogue. Je me suis retrouvé à manger beaucoup de glucides pour compenser le manque de sucre.”

Il y a quatre composantes principales de la dépendance : l’hyperphagie, le sevrage, l’état de manque et la sensibilisation croisée (l’idée qu’une substance qui crée une dépendance prédispose une personne à devenir dépendante d’une autre).

Tous ces composants ont été observés dans des modèles animaux de dépendance – pour le sucre et les drogues.

Une expérience typique est la suivante : les rats sont privés de nourriture pendant 12 heures par jour, puis on leur donne 12 heures d’accès à une solution sucrée et à un repas régulier. Après un mois à suivre ce schéma quotidien, les rats affichent des comportements similaires à ceux des toxicomanes.

Ils se gaveront de la solution sucrée en peu de temps, beaucoup plus que leur nourriture habituelle. Ils montrent également des signes d’anxiété et de dépression pendant la période de privation alimentaire.

De nombreux rats traités au sucre qui sont ensuite exposés à des drogues, comme la cocaïne et les opiacés, présentent des comportements de dépendance à ces drogues par rapport aux rats qui ne consommaient pas de sucre auparavant.

Comme les drogues, le sucre augmente la libération de dopamine dans le noyau accumbens. À long terme, la consommation régulière de sucre modifie l’expression génétique et la disponibilité des récepteurs de la dopamine dans le cerveau moyen et le cortex frontal. Plus précisément, le sucre augmente la concentration d’un type de récepteur excitateur appelé D1, mais diminue un autre type de récepteur appelé D2, qui est inhibiteur.

La consommation régulière de sucre inhibe également l’action du transporteur de dopamine, une protéine qui pompe la dopamine hors de la synapse et la renvoie dans le neurone après le tir.

En bref, cela signifie que l’accès répété au sucre au fil du temps entraîne une signalisation prolongée de la dopamine, une plus grande excitation des voies de récompense du cerveau et un besoin accru de sucre pour activer tous les récepteurs de dopamine du cerveau moyen comme auparavant.

Le cerveau devient tolérant au sucre – et il en faut plus pour atteindre le même “taux de sucre élevé”.

Le retrait du sucre est également réel

Bien que ces études aient été menées chez des rongeurs, il n’est pas exagéré de dire que les mêmes processus primitifs se produisent également dans le cerveau humain. “Les envies n’ont jamais cessé, [mais c’était] probablement psychologique”, m’a dit Andrew.

“Mais c’est devenu plus facile après la première semaine.”

Dans une étude réalisée en 2002 par Carlo Colantuoni et ses collègues de l’Université de Princeton, des rats qui avaient subi un protocole typique de dépendance au sucre ont ensuite subi un “sevrage du sucre”.

Cela a été facilité soit par la privation de nourriture, soit par un traitement à la naloxone, une drogue utilisée pour traiter la dépendance aux opiacés qui se lie aux récepteurs dans le système de récompense du cerveau.

Les deux méthodes de retrait ont entraîné des problèmes physiques, notamment des claquements de dents, des tremblements de pattes et des tremblements de tête. Le traitement à la naloxone semblait aussi rendre les rats plus anxieux, car ils passaient moins de temps sur un appareil surélevé qui n’avait pas de parois des deux côtés.

Des expériences de sevrage semblables menées par d’autres font également état d’un comportement semblable à la dépression dans des tâches comme l’épreuve de nage forcée. Les rats en manque de sucre sont plus susceptibles de manifester des comportements passifs (comme flotter) que des comportements actifs (comme essayer de s’échapper) lorsqu’ils sont placés dans l’eau, ce qui suggère des sentiments d’impuissance.

Une étude publiée par Victor Mangabeira et ses collègues de Physiology & Behavior en 2015 rapporte que le sevrage du sucre est également lié au comportement impulsif.

Au début, on entraînait les rats à recevoir de l’eau en appuyant sur un levier. Après l’entraînement, les animaux retournaient dans leurs cages et avaient accès à une solution sucrée et à de l’eau, ou simplement à de l’eau seule.

Après 30 jours, lorsque les rats ont de nouveau eu l’occasion d’appuyer sur un levier pour obtenir de l’eau, ceux qui étaient devenus dépendants du sucre ont appuyé sur le levier beaucoup plus de fois que les animaux témoins, ce qui suggère un comportement impulsif.

Ce sont des expériences extrêmes, bien sûr. Nous, les humains, ne nous privons pas de nourriture pendant 12 heures et ne nous permettons pas de consommer des boissons gazeuses et des beignets à la fin de la journée.

Mais ces études sur les rongeurs nous donnent certainement un aperçu des fondements neurochimiques de la dépendance au sucre, du sevrage et du comportement.

À travers des décennies de programmes diététiques et de best-sellers, nous avons longtemps joué avec la notion de “dépendance au sucre”. Il y a des récits de ceux qui sont en “retrait de sucre” et décrivent des envies de manger, ce qui peut déclencher une rechute et une alimentation impulsive.

Il y a aussi d’innombrables articles et livres sur l’énergie illimitée et le bonheur retrouvé chez ceux qui ont renoncé au sucre pour de bon. Mais malgré l’omniprésence du sucre dans notre alimentation, la notion de dépendance au sucre reste un sujet assez tabou.

Êtes-vous toujours motivé à abandonner le sucre pour le Carême ? Vous vous demandez peut-être combien de temps il vous faudra jusqu’à ce que vous soyez libéré des envies et des effets secondaires, mais il n’y a pas de réponse – tout le monde est différent et aucune étude humaine n’a été faite à ce sujet.

Mais après 40 jours, il est clair qu’Andrew avait surmonté le pire, probablement même en inversant une partie de sa signalisation de dopamine altérée. “Je me souviens d’avoir mangé mon premier bonbon et d’avoir trouvé qu’il était trop sucré”, dit-il. “J’ai dû reconstruire ma tolérance.”

Lire aussi : Les boissons sucrées artificiellement (Aspartame etc) triplent le risque de démence et d’accident vasculaire cérébral

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *