Pourquoi avons-nous parfois cette impression de « déjà vu » ?

déjà vu

Cela est arrivé à une grande majorité des personnes, cette sensation d’avoir déjà vu, déjà vécu une situation à laquelle on est confronté. Appelé le « déjà vu », ce phénomène reste encore assez mal compris des scientifiques, et de nombreuses interprétations lui sont prêtées, pas forcément toutes vérifiables.

Récemment, une théorie privilégiée évoque une sorte de « bug » du cerveau, lequel écrirait une scène vécue en direct directement dans la mémoire, provoquant cette sensation de « déjà vu ». Mais cette théorie est difficilement vérifiable, et vient surtout d’être totalement réfutée par le chercheur Akira O’Connor, de l’université de St Andrew, en Écosse, lequel est parvenu à observer le comportement du cerveau lors d’une sensation de déjà-vu.

Par le biais de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), le chercheur a analysé le cerveau de 21 participants en modifiant une technique visant à produire de faux souvenirs. Durant l’analyse, les chercheurs ont lu aux volontaires une série de mots tournant autour d’une même thématique, mais sans évoquer cette thématique. Exemple : oreiller, nuit, couverture pour la thématique du sommeil. Lorsque l’on demande aux cobayes s’ils ont entendu un mot commençant par la lettre « S », ils répondent non. Mais lorsqu’on leur suggère le mot sommeil, ils ont le sentiment de l’avoir entendu. D’où l’impression de « déjà-vu ».

C’est « une bataille entre une sensation subjective de familiarité et une sensation objective que cette familiarité ne peut pas être correcte« , explique Akira O’Connor à la BBC. Durant cette sensation de « déjà vu » ressentie par les participants, les chercheurs ont observé leur activité cérébrale et ont découvert quelque chose de surprenant : la région de la mémoire, l’hippocampe, n’est pas activée. Au contraire, ce sont les régions liées à la prise de décision, situées sur le devant du cerveau, qui sont activées.

Pour le chercheur, cette activité particulière montre que le cerveau va vérifier dans la mémoire lors de ce genre de situation s’il n’y a pas une sorte d’erreur entre ce que nous expérimentons et ce que nous pensons avoir expérimenté. Pour résumer, ce phénomène serait donc le signe que le cerveau fonctionne bien et corrige les faux souvenirs.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *