Comment le temps passé devant l’écran affecte-t-il le cerveau des enfants ? Les premiers résultats d’une étude décisive sont alarmants

temps passé devant l’écran

Les National Institutes of Health ont récemment entrepris une étude de 300 millions de dollars pour examiner les effets du temps passé devant un écran sur le développement du cerveau.

  • L’étude utilise l’IRM pour suivre les changements dans le cerveau des enfants qui utilisent des écrans à des degrés divers.
  • Les premiers résultats ont révélé que les enfants qui utilisent des écrans pendant plus de 7 heures par jour présentent des changements physiques au cerveau sous la forme d’un amincissement prématuré du cortex.
  • Il faudra probablement des décennies avant que les scientifiques comprennent vraiment comment les smartphones et les autres technologies affectent le cerveau.

Comment le temps de dépistage affecte-t-il le développement du cerveau des jeunes enfants ?

C’est la grande question qui sous-tend une étude de 300 millions de dollars menée par les National Institutes of Health qui utilise l’IRM pour examiner les changements dans la structure du cerveau chez les enfants utilisant des smartphones et d’autres appareils avec un écran. La première série de résultats de l’étude, qui a été soulignée dans l’émission 60 Minutes de CBS dimanche dernier, montre que les enfants qui passaient plus de deux heures par jour sur des écrans ont obtenu des résultats inférieurs aux tests de langage et de pensée.

Il est alarmant de constater que les enfants qui passaient plus de sept heures par jour sur des appareils électroniques présentaient un amincissement prématuré du cortex, que le Dr Gaya Dowling des National Institutes of Health a décrit comme un “processus de maturation” qui survient habituellement plus tard dans le développement.

“Nous ne savons pas si c’est à cause du temps passé à l’écran”, a déclaré M. Dowling. “Nous ne savons pas encore si c’est une mauvaise chose. Ce n’est que lorsque nous les suivrons au fil du temps que nous verrons s’il y a des résultats associés aux différences que nous voyons dans cet instantané unique.”

Il faudra quelques années pour obtenir des réponses à certaines des questions soulevées par l’étude. Cependant, les résultats les plus intéressants viendront probablement dans des décennies, lorsque les chercheurs pourront constater les effets à long terme de l’utilisation de la technologie sur le cerveau. Le Dr Dimitri Christakis, du Seattle Children’s Hospital, l’auteur principal des lignes directrices les plus récentes de l’American Academy of Pediatrics concernant le temps passé devant un écran, s’est dit préoccupé par cette incertitude.

“À bien des égards, les enquêteurs comme moi s’inquiètent du fait que nous sommes en quelque sorte au milieu d’une sorte d’expérience naturelle et incontrôlée sur la prochaine génération d’enfants”, a dit Christakis.

La plupart des enfants disent qu’ils passent trop de temps sur les smartphones

Les adolescents américains passent maintenant plus de quatre heures et demie par jour sur leur téléphone, sans compter le temps supplémentaire passé à jouer à des jeux vidéo, à regarder la télévision ou à utiliser l’ordinateur. Il n’est donc pas surprenant qu’une génération d’enfants qui ont du mal à se souvenir du temps sans les smartphones les a intégrés dans leur quotidien : l’iPhone est sorti en 2007, après tout, les enfants nés après 1995 sont donc entrés à l’adolescence avec des écrans tactiles en main.

Beaucoup d’enfants sont eux-mêmes concernés. Un récent sondage du Pew Research Center a révélé que 54 % des adolescents américains ont déclaré qu’ils passaient trop de temps au téléphone et que 60 % d’entre eux considèrent que passer trop de temps en ligne est un “problème majeur”. Les données semblent confirmer cela, les adolescents d’aujourd’hui déclarant des niveaux plus faibles de consommation d’alcool, de sexe et de drogues, mais des niveaux plus élevés de dépression et de solitude.

Cette année, Facebook, Apple et Instagram ont commencé à offrir des outils pour aider les utilisateurs à surveiller et à réduire le temps passé à l’écran, y compris des fonctions qui permettent aux utilisateurs de fixer des limites de temps et de voir comment le temps passé à l’écran est réparti entre différentes applications. Certaines de ces fonctions sont conçues pour aider les parents à limiter le temps d’utilisation de l’écran de leurs enfants.

Bien sûr, la meilleure solution pourrait être d’attendre que votre enfant ait un téléphone jusqu’à ce que ce soit nécessaire. L’American Academy of Pediatrics recommande aux “enfants de moins de 18 mois d’éviter l’utilisation d’autres médias que le vidéo-chat” et aux parents “des enfants de 18 à 24 mois qui veulent introduire les médias numériques de choisir une programmation de haute qualité et de la regarder avec leurs enfants pour les aider à comprendre ce qu’ils voient”.

Une technologie sans précédent

Tristan Harris, un ancien directeur de Google qui s’est exprimé publiquement sur la façon dont la Silicon Valley rend intentionnellement les appareils intelligents aussi addictifs que possible, a déclaré à 60 Minutes que certains parents avaient la fausse impression que l’utilisation d’un smartphone ressemblait à une conversation téléphonique des dernières décennies.

“… il y a un récit selon lequel, oh, je suppose qu’ils font cela comme nous parlions autrefois au téléphone, mais ce qui manque, c’est que votre téléphone dans les années 1970 n’avait pas un millier d’ingénieurs de l’autre côté du téléphone qui le refaçonnait pour qu’il fonctionne avec d’autres téléphones, puis mettait à jour le fonctionnement de votre téléphone chaque jour pour qu’il soit de plus en plus persuasif.”


Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *