Un phénomène lumineux rare a été filmé depuis l’espace

phénomène lumineux rare

Un séjour prolongé dans l’espace n’inflige pas qu’un éventail de changements physiques : de nombreux effets psychotropes sont à prévoir et les hallucinations causées par l’exposition aux rayons cosmiques sont fréquentes. En revanche, il arrive parfois que les voyageurs à 400 kilomètres au-dessus de la surface dans l’espace soient les témoins de phénomènes bien réels, parfois très rares. En témoignent ces images filmées par le danois Andreas Mogensen lors de son passage dans la Station spatiale internationale en 2015.

Alors qu’il se trouvait au-dessus du golfe du Bengale, le spationaute réussit alors à filmer deux phénomènes météorologiques quasi inconnus jusqu’alors. Ces images inédites nous laissent entrevoir des jets bleus et des sylphes rouges, deux types de décharges électriques qui ne se produisent qu’à des altitudes extrêmes au-dessus des orages traditionnels. « Les premiers, qui prennent la forme d’éruptions bleutées qui se dirigent vers le haut, surviennent à partir de 18 km d’altitude (dans la stratosphère supérieure). Les seconds, d’une teinte rouge-rosée, sont observés à partir de 50 km d’altitude », rapporte le site France-Info.

« Les satellites avaient déjà étudié le phénomène, mais leur angle de vue n’est pas idéal pour rassembler des données sur l’échelle des jets bleus et des décharges bleues, qui sont de plus petite taille », peut-on cette fois lire sur le site de l’ESA. « La Station spatiale placée sur une orbite relativement basse au-dessus de la Terre est au contraire idéalement située pour prendre des photos des sylphes et des jets ». Ces phénomènes pourraient jouer un rôle dans la manière dont notre atmosphère nous protège des radiations cosmiques.

Selon l’Institut de géophysique à l’université Fairbanks, en Alaska, ces jets bleus se déplacent à des vitesses de plus de 360 000 km/h et peuvent parfois clignoter plus de cent fois par minute. Les flashs sont éphémères, quasiment insaisissables, avec une durée comprise entre 83 et 125 millisecondes. Autrement dit, sans une caméra à haute vitesse, vous pourriez facilement prendre ces flashs étranges pour des hallucinations fugaces.

Voici quelques captures d’écran pour mieux vous rendre compte :

phénomène lumineux rare

phénomène lumineux rare

phénomène lumineux rare

Notons qu’un instrument appelé Asim (Atmosphere-Space Interactions Monitor) est actuellement en cours de développement afin d’observer spécifiquement ces phénomènes orageux et lumineux. Il devrait être installé d’ici fin 2017 à l’extérieur du laboratoire spatial européen Columbus qui est sur la Station spatiale internationale.

Source : ScienceAlert via SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *