Plus de 500 scientifiques de renom partagent conjointement les raisons pour lesquelles ils rejettent la théorie de l’évolution de Darwin

théorie de l'évolution

C’est incroyable comme la théorie de l’évolution est poussée sur la population en tant que fait et science solide, mais comme l’explique le professeur Colin Reeves, du Département des sciences mathématiques de l’Université de Coventry, “le darwinisme était une idée intéressante au 19e siècle, lorsque les explications faites à la main ont donné un cadre plausible, sinon scientifique, dans lequel nous pouvions intégrer les faits biologiques. Cependant, ce que nous avons appris de la science à l’époque de Darwin jette un doute sur la capacité de la sélection naturelle à créer des systèmes biologiques complexes ; et nous n’avons encore guère plus que de brandir la main comme argument en sa faveur”.

Il est l’un des 500 scientifiques dans plusieurs domaines qui se sont réunis quelques années plus tard pour créer A Scientific Dissent From Darwinism. Voici une autre excellente citation de l’un des scientifiques, Chris Williams, titulaire d’un doctorat en biochimie de l’Ohio State University :

En tant que biochimiste et développeur de logiciels qui travaille dans le domaine du dépistage génétique et métabolique, je suis continuellement étonné par l’incroyable complexité de la vie. Par exemple, chacun d’entre nous a un vaste “programme informatique” de six milliards de bases d’ADN dans chaque cellule qui a guidé notre développement à partir d’un œuf fécondé, qui précise comment fabriquer plus de 200 types de tissus et relie tout cela dans de nombreux systèmes d’organes hautement fonctionnels. Peu de gens en dehors de la génétique ou de la biochimie se rendent compte que les évolutionnistes ne peuvent toujours pas fournir de détails substantiels sur l’origine de la vie, et en particulier l’origine de l’information génétique dans le premier organisme qui se réplique. De quels gènes avait-il besoin ; ou avait-il même des gènes ? Quelle quantité d’ADN et d’ARN avait-il ; ou avait-il même des acides nucléiques ? Comment d’énormes molécules riches en information se sont-elles formées avant la sélection naturelle ? Comment est né le code génétique reliant les acides nucléiques à la séquence d’acides aminés ? Il est clair que l’origine de la vie – le fondement de l’évolution – est encore pratiquement que spéculation, avec peu ou pas de faits.

Bien que cela semble être en cours et que de nouvelles informations sont apparues, j’aimerais en discuter.

Il s’agit d’un sujet controversé, qui a fait l’objet de réprimandes de la part de certains scientifiques pour s’y être opposés dans certains cas. Cette théorie fait l’objet d’une forte pression sur la communauté scientifique, ce qui pourrait être la raison pour laquelle ces scientifiques ont choisi d’exprimer leurs préoccupations de cette manière. Cette théorie est enseignée, dans certains cas, dans les écoles comme un fait.

Bien que la liste soit ancienne, elle montre que cette pensée est là, et que ce type de pensée est clairement légitime et existe pour plusieurs raisons. Il existe de multiples théories dont nous devrions discuter, par exemple, Francis Crick, prix Nobel, co-découvreur de la double hélice de l’ADN, comme le souligne Gregg Braden, Crick croyait que les éléments constitutifs de la vie doivent être le résultat de quelque chose de plus que des mutations aléatoires, une “bizarrerie” de la nature ?

Crick a risqué sa réputation de scientifique en déclarant publiquement : “Un homme honnête, armé de toutes les connaissances dont nous disposons aujourd’hui, ne pouvait qu’affirmer que, dans un certain sens, l’origine de la vie semble à l’heure actuelle être presque un miracle. Dans le monde scientifique, cette affirmation est l’équivalent de l’hérésie, suggérant que quelque chose de plus que l’évolution fortuite a conduit à notre existence.

Crick est l’un des nombreux scientifiques qui ont cru que l’intervention intelligente avait quelque chose à voir avec cela, et a également postulé une hypothèse extraterrestre.

Gregg Braden soulève un autre point important :

Le sentiment qu’il y a quelque chose de plus dans notre histoire n’est pas seulement un phénomène récent. Les découvertes archéologiques montrent que, presque universellement, depuis l’ancien Popol Vuh maya et les traditions indigènes du désert américain du Sud-Ouest jusqu’aux racines des principales religions du monde, les anciens humains se sentaient liés à bien plus qu’à leur environnement immédiat. Ils ont senti que nous avons nos racines dans d’autres mondes, certains que nous ne pouvons même pas voir.

Il n’y a pas si longtemps, Alfred Worden, pilote d’Apollo 15, a déclaré :

Nous sommes les extraterrestres, mais nous pensons qu’ils sont quelqu’un d’autre, mais c’est nous qui venons d’ailleurs. Parce que quelqu’un d’autre devait survivre, ils sont montés dans un petit vaisseau spatial et ils sont venus ici, ils ont atterri et ils ont commencé la civilisation ici, c’est ce que je crois. Et si vous ne me croyez pas, allez chercher des livres sur les Sumériens anciens et voyez ce qu’ils avaient à dire à ce sujet, ils vous le diront tout de suite.

En fin de compte, nous devons simplement nous demander pourquoi il devient de plus en plus difficile de remettre les choses en question. Beaucoup de gens vivent dans un état de peur et s’inquiètent de la façon dont ils seront perçus de nos jours pour avoir adopté un point de vue particulier, quel qu’il soit…

En tant que chimiste, la question la plus fascinante pour moi tourne autour de l’origine de la vie. Avant le début de la vie, il n’y avait pas de biologie, seulement de la chimie – et la chimie est la même pour tous les temps. Ce qui fonctionne (ou non) aujourd’hui a fonctionné (ou non) au début. Ainsi, nos idées sur ce qui s’est passé sur Terre avant l’émergence de la vie sont éminemment testables en laboratoire. Et ce que nous avons vu jusqu’à présent quand les réactions sont laissées sans guide comme elles le seraient dans le monde naturel n’est pas grand-chose. En effet, les réactions de décomposition et les réactions concurrentes éloignent de loin les réactions synthétiques. Ce n’est que lorsqu’un agent intelligent (tel qu’un scientifique ou un étudiant diplômé) intervient et “modifies” les conditions de réaction “juste comme il faut” que nous voyons des progrès, et même dans ce cas, c’est encore assez limité et très loin de là où nous devons aller. Ainsi, c’est la chimie même qui parle d’un besoin de quelque chose de plus que le temps et le hasard. Et que ce soit simplement un ensemble très précis de conditions initiales (ajustement) ou une certaine forme d’orientation continue jusqu’à ce que la vie émerge finalement est encore inconnue. Mais ce que nous savons, c’est que les réactions chimiques aléatoires sont à la fois lamentablement insuffisantes et qu’elles vont souvent à l’encontre des voies nécessaires pour réussir. Pour ces raisons, j’ai de sérieux doutes quant à savoir si le paradigme darwinien actuel fera un jour des progrès supplémentaires dans ce domaine.
Edward Peltzer Doctorat en océanographie, Université de Californie, San Diego (Scripps Institute), rédacteur en chef adjoint, Chimie marine.

L’éducation traditionnelle nous enseigne que 99% des liens avec l’ADN indiquent notre origine, mais que nous partageons environ 65% de notre ADN avec une banane, qu’est-ce que cela signifie ?

Les êtres humains ne sont pas stupides, et c’est pourquoi, en 2014, un sondage Gallup a révélé qu’aux États-Unis seulement, près de la moitié de la population croit qu’il y a quelque chose de plus à l’origine de l’existence humaine que les deux options qui sont constamment présentées aux masses. Ils croient qu’il y a quelque chose de plus que la théorie de l’évolution de Darwin.

Cela nous dit que l’intuition humaine nous oriente vers quelque chose de plus et que certains des plus grands esprits scientifiques sont d’accord.

Le fait est qu’il reste encore de nombreuses questions sans réponse et de nombreuses discussions à mener.

Source : Collective Evolution – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *