Un scientifique a découvert par hasard ce qui pourrait être le plus ancien tableau périodique au monde

Un vieux tableau périodique imprimé a été découvert à l’Université de St Andrews, et il est considéré comme le plus ancien au monde. La trouvaille a été faite par le Dr Alan Aitken, chercheur en chimie, lorsqu’il était en train de procéder à un rangement complet dans une salle de conférence.

Alan Aitken, chercheur à l’Université de St Andrews (Royaume-Uni), était en train de fouiller dans une zone de stockage située dans une salle de conférence du département de chimie, lorsqu’il est tombé sur une relique unique d’histoire scientifique.

Caché au milieu de produits chimiques et de divers équipements de laboratoire, un ensemble de fiches pédagogiques contenait un secret bien gardé : ce que l’on pense être le plus ancien exemplaire de tableau périodique au monde.

Le tableau est annoté en allemand, et une inscription en bas à gauche révèle — “Verlag v. Lenoir & Forster, Wien”, ce qui semble identifier un imprimeur scientifique ayant exercé à Vienne entre 1875 et 1888. Une autre inscription — “Lith. von Ant. Hartinger & Sohn, Wien” — identifie le lithographe, décédé en 1890. En collaboration avec l’équipe des collections spéciales de l’université, des experts internationaux ont été désignés pour analyser l’exemplaire.

ancien tableau périodique

Crédits : Université de St Andrews

Une des premières constatations que les experts ont rapidement pu faire est que le germanium, découvert en 1886, n’est pas indiqué sur le tableau, alors que le gallium et le scandium, découverts en 1875 et 1879, sont présents. Cela permettait donc déjà d’estimer l’âge du tableau comme se situant entre 1879 et 1886.

Après une analyse approfondie de la comptabilité et des achats de l’université, il a été remarqué qu’un article datant de 1885 avait été acheté à un éditeur basé à Vienne, suggérant qu’il s’agissait du plus ancien tableau périodique connu, produit moins de deux décennies après la mort du légendaire chimiste Dmitri Ivanovitch Mendeleïev.

Mendeleïev étant principalement connu pour son travail de classification des éléments (classification périodique). La première classification fut publiée en 1869, et donna lieu à un tableau initialement appelé « tableau de Mendeleïev », qui devint le tableau périodique des éléments que nous connaissons tous aujourd’hui.

La véritable affiche a fait l’objet d’un traitement de conservation complet, comprenant un nettoyage, deux bains chimiques pour équilibrer le pH du papier, un processus de réparation en douceur à l’aide de papier kozo japonais, ainsi qu’une pâte à base d’amidon de blé.

Gabriel Sewell, responsable des collections spéciales à l’Université de St Andrews a ajouté : « Nous sommes ravis de savoir que le plus ancien tableau périodique connu a été utilisé à St Andrews pour l’enseignement. Grâce à la générosité du National Manuscripts Conservation Trust, le tableau a été préservé pour le plaisir des générations actuelles et futures, et nous sommes impatients de le rendre accessible à tous ».

Le “bijou” est désormais stocké dans des conditions de climat contrôlé à l’université de St Andrews, mais une copie à taille réelle est exposée au département de chimie de l’université.

Lire aussi : Un nouveau tableau périodique interactif révèle comment chaque élément influence la vie quotidienne

Sources : Trust My ScienceUniversity Of St Andrews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *